deuxiemedim

Les textes et leurs commentaires

Traduction de "la Bible expliquée" dans la colonne de GAUCHE -Commentaires de "la Bible expliquée" dans la colonne du CENTRE- Commentaires de Jean Charles Thomas dans la colonne de DROITE.

Impression papier des commentaires: très facile. Les trois colonnes sont formatées pour tenir sur une feuille classique format A4. Demandez à votre imprimante les pages, de 2 à la fin (la page 1 n'est pas utile, elle donne seulement les titres, photos et boutons de navigation)

Si vous avez seulement besoin d'un petit passage,sélectionnez-le avec la souris et reportez-le dans un document word ou open office et imprimez-le ou envoyez-le dans un mail.

 

 

Vous pouvez lire également sur votre SMARTPHONE, PORTABLE.

Les colonnes ne seront pas juxtaposées.

Défileront d'abord les TRADUCTIONS,

puis les Commentaires de la BIBLE EXPLIQUEE,

et enfin les COMMENTAIRES de Jean Charles THOMAS

Silence, Méditation, Prise de Conscience

Traduction

en Français courant de

"la Bible expliquée"

avec les autorisations de l'éditeur

 

 

 

Ezechiel 17

22-24

 

Les deux aigles et la vigne

1Le Seigneur m’adressa la parole : 2«Toi, l’homme, propose une énigme aux Israélites, raconte-leur une *parabole. 3Dis-leur que c’est moi, le Seigneur Dieu, qui la leur adresse. La voici : “Il y avait un aigle gigantesque, aux ailes immenses, aux longues plumes, abondantes et de couleurs variées. Il vola jusqu’aux montagnes du Liban. Il y brisa la cime d’un cèdre, 4il arracha la plus élevée de ses branches. Il l’emporta dans un pays de commerçants et la déposa dans une ville de marchands. 5Il prit ensuite une autre plante du pays d’Israël et la plaça dans une pépinière. Il la mit en terre au bord d’un abondant cours d’eau, comme si c’était un saule. 6Cette plante poussa et devint une vigne florissante, d’une espèce rampante. Ses branches se développaient en direction de l’aigle et ses racines s’étendaient sous lui. Elle devint une vigne qui produisit des rameaux et fit pousser des sarments.

7Mais un second aigle, gigantesque lui aussi, survint ; ses ailes étaient immenses et son plumage abondant. Alors la vigne dirigea ses racines vers lui et tourna ses branches dans sa direction. Elle espérait ainsi recevoir encore plus d’eau que dans le terrain où elle était. 8Elle avait pourtant été plantée dans un champ fertile, au bord d’un cours d’eau abondant, de façon à produire des rameaux, à porter des fruits et à devenir une vigne magnifique.”. 9«Transmets ce que je déclare, moi, le Seigneur Dieu : “Cette vigne pourra-t-elle se développer ? Le premier aigle ne va-t-il pas arracher ses racines, détruire ses fruits, faire en sorte que ses pousses nouvelles se dessèchent ? Il n’aura pas besoin d’une grande force ni d’une troupe nombreuse pour la déraciner. 10La vigne a bien été plantée, mais pourra-t-elle prospérer ? Dès que le vent d’est soufflera sur elle, ne va-t-elle pas se dessécher complètement ? Elle séchera sur pied à l’endroit où elle devait pousser !” » Explication de la parabole 11Le Seigneur m’adressa la parole : 12«Demande à ces gens récalcitrants s’ils ne comprennent pas ce que signifie cette histoire. Rappelle-leur comment le souverain de Babylone est entré à Jérusalem, a capturé le roi et les chefs et les a emmenés dans son pays. 13Il a ensuite pris un membre de la famille royale, a conclu un traité avec lui et lui a fait prêter un serment de fidélité. Il a éloigné du pays tous les notables 14pour que le royaume reste modeste, perde toute ambition et respecte fidèlement le traité. 15Mais le nouveau roi s’est révolté contre le vainqueur, il a envoyé des messagers en Égypte pour demander des chevaux et un nombre important de soldats. Vat- il réussir et sauver la situation après avoir agi ainsi ? Il ne peut sûrement pas se tirer d’affaire alors qu’il a rompu le traité conclu ! 16«Par ma vie, je l’affirme, moi, le Seigneur Dieu, ce roi mourra dans le pays du souverain qui l’a placé sur le trône. En effet, il n’a pas tenu compte du serment prêté, il a rompu le traité conclu. C’est à Babylone qu’il mourra. 17Même avec une nombreuse et puissante armée, le *Pharaon d’Égypte ne pourra pas l’aider à se défendre lorsque les Babyloniens élèveront des remblais et creuseront des tranchées en vue de massacrer une foule de gens. 18En rompant le traité, ce roi s’est moqué des engagements pris. Puisqu’il a agi ainsi, après avoir donné sa parole, il ne s’en tirera pas ! 19«Voici ce que je déclare, moi, le Seigneur Dieu : Par ma vie, le roi a rompu le traité qu’il avait juré d’observer devant moi, et je lui en ferai subir les conséquences. 20Je vais lui tendre un piège et le capturer. Je l’emmènerai à Babylone où je le condamnerai pour l’infidélité qu’il a commise envers moi. 21Ses meilleurs soldats seront tués au combat et les survivants seront dispersés aux quatre vents. Vous serez convaincus ainsi que c’est moi, le Seigneur, qui vous ai parlé.» Promesses du Seigneur 22«Voici ce que je déclare, moi, le Seigneur Dieu : Je prendrai moi-même un jeune rameau à la cime du cèdre, je le cueillerai à l’extrémité de ses branches et je le planterai sur une très haute montagne. 23Sur une montagne élevée d’Israël je le planterai. Il développera des branches, produira des graines et deviendra un cèdre magnifique. Des oiseaux de toute espèce nicheront dans ses branches et trouveront un abri à leur ombre. 24Alors tous les arbres de la campagne sauront que je suis le Seigneur.

J’abats les arbres trop élevés et je fais pousser les plus petits. Je dessèche les arbres verdoyants et je redonne de la sève aux arbres desséchés. C’est moi, le Seigneur,

qui parle, et je fais

ce que je dis. »

 

 

2 Corinthiens 5

6 à 10

 

 

 

Vivre par la foi

16C’est pourquoi nous ne perdons jamais courage. Même si notre être physique se détruit peu à peu, notre être spirituel se renouvelle de jour en jour. 17La détresse que nous éprouvons en ce moment est légère en comparaison de la gloire abondante et éternelle, tellement plus importante,

qu’elle nous prépare.

18Car nous portons notre attention non pas sur ce qui est visible, mais sur ce qui est invisible. Ce qui est visible est provisoire, mais ce qui est invisible dure toujours.

1Nous savons, en effet, que si la tente dans laquelle nous vivons – c’est-à-dire notre corps terrestre – est détruite, Dieu nous réserve une habitation dans les *cieux, une demeure non faite par les hommes, qui durera toujours. 2Et nous gémissons maintenant, car notre désir est grand d’être recouverts de notre habitation céleste ; 3en effet, nous serons vêtus et non pas nus. 4Oui, aussi longtemps que nous vivons dans cette tente terrestre, nous gémissons comme sous un fardeau. Ce n’est pas que nous voudrions être débarrassés de notre corps terrestre, mais nous souhaitons être revêtus du corps céleste, afin que ce qui est mortel soit absorbé par la vie. 5C’est Dieu lui-même qui nous a destinés à cela, et il nous a accordé son *Esprit comme garantie des biens

qu’il nous réserve.

6Nous sommes donc toujours pleins de courage. Nous savons que tant que nous demeurons dans ce corps, nous sommes loin de la demeure du Seigneur 7–nous marchons en effet par la *foi et non par la vue –. 8Nous sommes pleins de courage et nous préférerions quitter ce corps pour aller demeurer auprès du Seigneur. 9Mais nous désirons avant tout lui plaire, que nous demeurions dans ce corps ou que nous le quittions.

10Car nous devons tous comparaître devant le *Christ pour être jugés par lui ; alors chacun recevra ce qui lui revient, selon ce qu’il aura fait en bien ou en mal durant sa vie terrestre.

 

 

 

Marc 4

26 à 34

 

La parabole de la semence

qui pousse toute seule

26Jésus dit encore : «Voici à quoi ressemble le *Royaume de Dieu : Un homme lance de la semence dans son champ. 27Ensuite, il va dormir durant la nuit et il se lève chaque jour, et pendant ce temps les graines germent et poussent sans qu’il sache comment. 28La terre fait pousser d’elle-même la récolte : d’abord la tige des plantes, puis l’épi vert, et enfin le grain bien formé dans l’épi. 29Dès que le grain est mûr, l’homme se met au travail avec sa faucille, car le moment de la moisson

est arrivé. »

 

La parabole de la graine de moutarde

(Voir aussi Matt 13.31-32,34 ; Luc 13.18-19)

 

30 Jésus dit encore : «A quoi pouvons-nous comparer le *Royaume de Dieu ? Au moyen de quelle *parabole allons-nous en parler ? 31Il ressemble à une graine de moutarde ; quand on la sème dans la terre, elle est la plus petite de toutes les graines du monde. 32Mais après qu’on l’a semée, elle monte et devient la plus grande de toutes les plantes du jardin.

Elle pousse des branches si grandes que les oiseaux peuvent faire leurs

nids à son ombre. »

 

33Ainsi, Jésus donnait son enseignement en utilisant beaucoup de paraboles

de ce genre ;

il le donnait selon ce que ses auditeurs pouvaient comprendre.

34Il ne leur parlait pas

sans utiliser des paraboles ; mais quand il était seul avec ses *disciples, il leur expliquait tout.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aux rameaux

 

 

 

 

 

La passion de Jésus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

de

"la Bible expliquée"

avec les autorisations de l'éditeur

 

Ezechiel 17

22-24

 

Respecter les alliances

(17.1-21)

L’aigle gigantesque représente le roi Nabucodonosor, le cèdre le peuple juif, et la plus élevée des branches le roi de Juda, Joakin,qui fut déporté à Babylone en 597.

«L’autre plante » d’Israël (v. 5) désigne Sédécias, l’oncle de Joakin, qui fut placé sur le trône de Juda par Nabucodonosor pour remplacer son neveu (2 Rois 24.17).

Sous la protection des Babyloniens celui-ci, et avec lui le peuple resté dans le pays, devient une « vigne florissante» (v. 6). -

Malgré cela, Sédécias et son entourage vont se tourner vers les Égyptiens, le deuxième aigle, et tenter de conclure une alliance politico-militaire avec eux. Le roi trahit ainsi l’accord passé avec les Babyloniens. Dieu condamne ce parjure. La parole donnée doit être respectée,même si l’ennemi ne reconnaît pas Dieu. Le manquement est d’autant plus grave qu’un serment a été prononcé, impliquant le nom de Dieu (v. 19).

 

 

Un espoir messianique (17.22-24)

Compte tenu de ce qui précède, le jeune rameau pris à la cime du cèdre (v. 22) représente le futur roi issu de la lignée de David. Ainsi s’accomplira la promesse de Dieu à ce souverain, selon laquelle la royauté serait toujours donnée à l’un de ses descendants (1 Rois 11.36).

 

La haute montagne désigne Jérusalem, où le futur roi régnera.

 

Cette restauration de la royauté est synonyme de restauration du peuple lui-même

et de l’alliance

de Dieu avec son peuple.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 Corinthiens 5

6 à 10

 

 

Toujours pleins de courage (4.16–5.10)

 

Paul est certain que notre être se prolongera au-delà

de la vie présente :

le corps terrestre est appelé à se détruire peu à peu, mais l’Esprit accorde déjà un

renouvellement intérieur.

 

 

Ce corps terrestre, marqué par la faiblesse, sera remplacé par un corps céleste,

animé par l’Esprit, présenté comme une habitation nouvelle ou un nouveau vêtement.

 

 

Il importe de chercher dès maintenant à plaire au Seigneur (5.9),

qui se charge lui-même

de notre avenir éternel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marc 4

26 à 34

 

 

 

 

Dieu est déjà à l’oeuvre (4.26-34)

 

 

Deux courtes paraboles illustrent la croissance du Royaume de Dieu

au sein de l’humanité.

 

L’oeuvre de Dieu grandit

sur la terre

ou dans le coeur des gens

à la manière d’une

plante qui pousse.

 

 

Cela se fait tout naturellement, sans bruit et sans éclat,

mais Dieu y travaille.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires de

Jean Charles Thomas

 

Ezechiel 17

22-24

Consultez d’abord dans votre Bible l'analyse politique faite par Ezéchiel à partir de la parabole des deux aigles.( Ez 17, 1 à 22) Nous ne la lisons jamais alors qu'elle constitue l'essentiel du message dont les versets 22 à 24 sont la finale.

On trouve chez plusieurs grands prophètes ce type de regard sur les alliances déjà faites ou déjà défaites par les rois de Judée ou les chefs des peuples.

Parabole similaire sur les bergers (chefs) et les brebis (le peuple) d'Israël et la décision de Yhwh d'assumer lui-même la charge de berger pour l'exercer au bénéfice de tout le peuple .

Ez 34, repris par Jésus en Jean 10, v 11+

Les prophètes agissaient en observant leurs contemporains sur tous les domaines de leur existence, sans la réduire aux comportements cultuels. Ils commentaient l'actualité sous le regard de Dieu, avec Sagesse et lucidité. ***

A partir du verset 22, Ezéchiel envisage l'avenir de façon positive.

Yhwh intervient lui-même.

Le Seigneur interviendra: un autre roi conduira une politique différente.

Ce sera un bien pour le peuple tout entier. Selon son habitude, Ezéchiel utilise des comparaisons, ici celle du jeune rameau planté à Jérusalem et qui deviendra un grand cèdre.

Il désigne ainsi le petit Reste, fidèle à Dieu, qui deviendra un grand Peuple de Dieu.

La fin de l'exil se profile.

Yahvé n'a pas oublié son peuple.

On peut lui faire confiance

car il dit ce qu'il va faire,

et il fera ce qu'il vient de dire.

***

Les situations différentes se succèdent dans l'histoire.

Les heures de déclin suivent souvent les heures d'infidélité.

Des purifications se produisent au gré des revers et des échecs qui obligent à réfléchir, à faire le point, à changer de cap.

Et ce changement d'orientation amène une fidélité renouvelée qui "redonne de la sève aux arbres desséchés".

Eglises et chrétiens traversent depuis des siècles ce genre de périodes critiques

dont on peut sortir rajeuni,

amélioré spirituellement si on cultive

en soi le désir de vivre

selon la Sagesse proposée par Yhwh..

dont la bibliothèque biblique transmet l'essentiel.

Mais si on ne lit jamais la Bible,

si on ne fait jamais silence,

si on ne s'intéresse qu'à la réussite professionnelle, financière,

de son propre pouvoir,

on ne connaîtra aucun développement intérieur .....

Voici des questions

que chacun devrait se poser

en ce dimanche, pour prendre

quelques bonnes décisions

de renouveau intérieur.

 

 

 

 

2 Corinthiens 5

6 à 10

 

Le raisonnement de Paul s'appuie sur la certitude que notre statut actuel d'êtres humains terrestres ne durera pas éternellement: la mort physique y mettra fin. Mais Paul est non moins certain que la mort physique ne met pas fin à notre existence,

à notre personne, à notre destin éternel.

Celui-ci correspondra au destin du Christ qui a traversé la mort biologique sans disparaître dans le néant mais en entrant

dans une Vie définitive, éternelle.

Paul adhère dans la foi, même s'il ne sait pas quels mots employer pour décrire

ce double statut de personnes mortelles

et limitées destinées à une Vie éternelle.

Avec ses frères et sœurs de Corinthe

il partage

- un constat: nous traversons des moments où l'existence est difficile à porter, où nous désirons entrer dès maintenant dans la Vie définitive

- une invitation au courage,

dans ces heures-là, ne pas se laisser abattre mais faire confiance à l'Esprit

qui nous soutient autant que nécessaire

- une conviction: c'est le Christ qui jugera la qualité finale de notre résistance au mal,

au désespoir, au gémissement

ou à l'agressivité

et la qualité finale de notre confiance envers Dieu.

Son jugement sera tout à la fois tendre et juste, à la différence de nos appréciations provisoires

donnant trop de poids

à la rigueur ou à la facilité.

 

 

.

 

 

Marc 4

26 à 34

 

 

 

Les médias parlent en priorité

de ce qui fait du bruit, d'immeubles qui s'écroulent, de catastrophes, ou de ce qui va mal.

Les medias cherchent l'audience:

ils sont soumis à sa dure loi qui s'appuie sur les désirs de ceux qui les écoutent,

les consomment ou les achètent.

Autrement dit sur nos réactions habituelles, sur ce qui mobilise notre attention:

attentats, sang, tueries, catastrophes, énormes mensonges, vengeances spectaculaire etc...

Le Christ connaît bien cette psychologie.

Il invente donc des paraboles

pour attirer l'attention sur des réalités

qui ne font pas de bruit,

dont on ne parle pas,

mais qui sont aussi véritables

et encore plus répandues.

Par exemple, la germination,

les cycles de la nature,

le blé qui sort de terre,

qui va mûrir et dont des millions

de personnes pourront se nourrir.

Voilà quelque chose de tout à fait réel, qui fonctionne depuis que la planète existe,

de façon parfaite, sans bruit.

Jésus essaie d'attirer notre attention

sur l'évolutions des consciences,

les progrès dans les relations humaines,

la poussée permanente

de l'amour d'agapè envers les autres

et envers Dieu:

que Jésus appelle globalement "le Royaume de Dieu".

Prenons conscience de tout ce qui se passe de Vrai, de Bien, de Bon dans l'ensemble de l'Humanité

- jour après jour -

silencieusement.

Même si les medias en parlent peu,

le Christ nous invite à ne pas l'oublier,

à prendre des moments de silence

et de réflexion pour

en être revigorés et remercier.

Regard positif, non par naïveté,

seulement par réalisme.

Observons aussi notre existence,

regardons tout ce qui fut améliorations, progrès, valeurs, croissances:

tout ce qui a engendré de la vie, de l'amour, de l'humain, du spirituel.

Ne passons pas l'essentiel de notre temps

à broyer du noir,

à ruminer nos erreurs et nos péchés.

Passons plus de temps à rendre grâce pour la moisson qui se prépare...

en nous,

dans l'Humanité,

et dans les Eglises.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© Copyright 2015. All Rights Reserved