genesetrois

Genèse chapitre 3

Compléments pour une étude approfondie

Compléments à paraître dans le prochains mois, verset par verset

....

 

......

 

........

 

 

 

 

 

 

 

Ci-dessous

COMMENTAIRES PUBLIES jadis

sur le SITE PERSONNEL

de Catherine VRIGNAUD CHEYNS

 

 

JCT. 3.1 « Or le serpent était plus rusé (ou astucieux, ou avisé : aroum) que tout animal des champs que YE avait fait »

 

C.V. On peut traduire mot à mot :

 

« Et le serpent était à la fois avisé et rusé plus que tout vivant du champ que YHWH Elohim avait fait. »

 

Un serpent est un animal. Ici il parle, comme ‘le corbeau et le renard.’ C’est un humain réel, crée par Elohim, resté à l’état « mâle » ou « femelle » mais parfaitement avisé de Gen.2 "plus" que d’autres. Il a refusé "le faire" de Y-E.: il s'y oppose. Qui sont-ils ces autres ? Tout « vivant » que Y-E avait « fait » en Gen. 2 : des adhérents à Lui qui reconnaissent Son Souffle, Sa Respiration, L’écoutent, construisent leurs vies de couple sur le Roc et en principe sur Gen.2. Car en Gen.1,26 Elohim « crée » seulement l’humain « mâle et femelle » après sa volonté exprimée de « faire » ensemble le Roi: « Que nous fassions ADM » Ce « faire » se trouve expliqué en Gen. 2 : ce chapitre est « l’idéal » proposé. Où sont-ils ? Ils sont dans le champ. Selon Jésus en Matt. 13 le champ est le monde. Ils ont bien les pieds sur terre, mais ils sont en esprit dans le Royaume de Dieu, des cieux. Leur tête est en principe dans le ciel. Ce sont des "croyants". Jésus y donne l’explication quant à l’auteur de l’ivraie dans son Royaume et la fin de l’ère. Le ch.3 de genèse est une vérification, une mise à l'épreuve : il indique "le sens interdit".

 

JCT. Le Serpent, le dragon, l’antique (archaios) serpent, qui est diable (diviseur) et le Satan (l’opposant) (apoc.20, 2) tueur d’homme dès l’origine(archès) et menteur et père du mensonge (Jn 8,44), l’adversaire-diable rôde comme un lion cherchant qui engloutir (I Pi 5,8), le Mauvais (ponèros) dont le notre Père demande que nous soyons délivrés (Mat 6.13). Certains comportements de l’humain le font ressembler au serpent : « engeance de serpents, génération de vipères »…

 

C.V. Sa postérité et son engeance, continuent l’opposition à la volonté de YHWH afin que basar Ehad par le couple n’advienne pas. Jésus est le Basar Ehad, descendu du Ciel, l’unique incarné. Lui qui est La Vérité, La Loi de YHWH, La Parole, sera tué.

 

..... Il me semble qu'il y a ici une grande difficulté ou un réel problème linguistique et alors de traduction , qui mériterait d'être mise au point. Nous pouvons tout simplement comparer les lettres de « à la fois avisé et rusé » et « nu », et les pluriels dans l'ATI et le dictionnaire de Philippe Reymond.

 

Dans la Bible (ATI) le serpent est dit au singulier ayin/res /vav ( pointé au ventre= ou)/mem . La plupart des traducteurs traduisent il me semble à juste titre par « habile, rusé, à la fois avisé et rusé » ; rusé alors dans le sens de : malin , roublard , matois, voleur, bandit, qui a de la ruse sous des dehors de bonhomie. Mais d'autres ( p. ex. Chouraqui) traduisent " le serpent était "nu" plus que .... ." Si c'était "nu" il serait écrit : ayin/res/vav pointé en haut/mem ! ou ayin/ yod/ res pointé en haut /mem ou ayin/res pointé en haut/mem. Ce n'est pas le cas.

 

Quant à « nu » en 3,10 « et j’ai craint car « nu » moi » et 3,11 sont les lettres ayin/yod/res /mem. Quant à "nus" en 3,7 : ayin/yod/res /mem /mem.

 

S’il y a dans « nu » 3,10 et 11, et "nus" 3,7, ici dans le texte, en plus un yod (= consonne) entre le ayin et le res, il n’y a pas de vav du tout ni sec, ni accompagné de la vocalisation shourouq= ou, ni pointé en haut =O,o entre le res et le mem. Ce ne sont pas les mêmes lettres employées en Gen.2,25 ! et 3,1 où là il n'y pas de yod mais un vav pointé au ventre .

 

Maintenant quant à Gen.2, 25 , les lettres sont bien ayin/res/ vav pointé au ventre/ mem/ yod/mem pour le pluriel et non pas ayin/res/ mem/yod/mem, qui est le pluriel de "nus" ou ayin/yod/res/mem/mem comme en 3,7dans l'ATI. A mon humble avis la traduction est : « Ils étaient à la fois avisés et rusés et n’étaient pas honteux » ; rusé ici dans le sens de astucieux, habile, finaud, futé, fine mouche" ……

 

« Qui t’a "raconté" que « nu toi ? » 3,11

 

C’est donc qu’un ish -même s'ils ont "eux deux" à tort compris qu'ils s'agit de nudité physique- ne l’est de toute manière spirituellement pas : il a un vêtement de noce.

 

« Est-ce que de l’arbre que je t’avais ordonné de ne pas manger de lui tu as mangé ? » 3,11

 

C’est bien l’explication de YHWH même de ce qu’est l’ « arbre défendu.»

 

En hébreu il a plusieurs mots qui désignent le serpent comme tanim, seraf. Les mots « nah’ash » ici employé , serpent et « mashiah » l’oint, YHWH-Christ, ont le même poids numérique . Entre les deux il faut choisir !

 

JCT. Créé par Elohim : le serpent n’est pas un dieu mauvais qui se serait donné l’existence. Il peut déjà nous faire penser à l’humain avisé, créé par Y E en Gen. 2 quand il se met en état de désobéissance envers YHWH-Elohim.

 

C.V. Le serpent est un humain « crée » en Gen.1 par « Elohim » Il connaît très bien « YHWH »-Elohim et Genèse 2 : Il est avisé mais s'y oppose. Il est doué de la parole, intelligent et conscient mais mauvais, adversaire de YHWH-E. Il devient un enseignant rusé, attaquant la femme, catalyseur de la mort spirituelle du couple humain. Il mord au talon de la femme et inculque son venin. C’est un humain avec toutes les caractéristiques du serpent, entre autre d’être « nu » lui: il n’a pas « la robe de noce » comme dira Jésus. Il est une puissance hostile à YHWH-E, de Genèse 2 et des humains. Jésus confirme en Matt. 13 que « le mauvais est un ennemi humain ». La Femme ici, une épouse, qui connaît mal Genèse 2 en est alors la première victime. De plus, non seulement le serpent tord les Paroles de YHWH mais il accuse YHWH de mensonge. Il anéantit la volonté de Dieu du 7° jour : « les deux sont pour Basar Ehad » : Corps Un, Chair Un(e). EHAD est un NOM DIVIN. L’on peut comprendre que « les deux sont pour Corps Divin » Deux pour Un. Et non un pour un ou deux pour deux.

 

 

JCT. « Et il dit à la ishah : « vraiment, Elohim a dit que : vous ne mangerez pas de tout arbre du jardin »

 

Première parole, premier mensonge : le serpent déforme, tord la Parole de YE qui a dit de manger de tout, sauf d’un seul. Son but ? Faire passer Elohim pour quelqu’un qui interdit tout, qui retire après avoir donné. Le serpent n’appelle pas Dieu « Yahvé-Elohim », mais seulement « Elohim », comme d’ailleurs ishah dans sa réponse. Prise de distance avec Yahvé pour le serpent : ignorance de la Isha de Gen. 2.

 

C.V. « ignorance ». A qui la faute ? Certes ici, dans le texte hébraïque de la Isha, puisque plus loin, ne se remettant pas en cause et accusant le serpent elle sera punie, renvoyée du jardin, le paradis. C’est la fameuse notion nostalgique du « paradis perdu ». Le mot paradis vient du persan, repris par le grec et même le français. Il a la même signification que le gan hébreu , le jardin.

 

Et ceux qui ne pouvaient pas lire eux-mêmes ?

 

Quand les autorités religieuses entrainaient la foule à la décision de tuer Jésus, Le Crucifié dit « Père pardonne à eux qui ne savent pas ce qu’ils font » Comment était-elle enseignée, la foule : dans la tradition des autorités religieuses ou dans la Parole de Dieu ? Jésus a donné des réponses. «Vous annulez la Parole de Dieu par votre tradition . » « Vous avez pour père le diable »

 

 

JCT. 3.2 « Et dit la ishah au serpent : du fruit de l’arbre du jardin nous mangeons 3.3 et du fruit de l’arbre qui (est) au milieu du jardin Elohim a dit ‘de lui vous ne mangerez pas, et à lui vous ne toucherez pas de peur que vous mouriez »

 

La Isha confond l’arbre des Vies, celui qui est au milieu du jardin, 2,9 avec celui, le seul dont ils n’ont pas le droit de manger, l’arbre de connaître le bon et le mauvais. Elle situe l’arbre interdit « au milieu » du jardin : elle parle de l’arbre des vies comme si Elohim avait interdit d’y toucher. Le mensonge du serpent commence à faire son œuvre en elle.

 

C.V. En premier lieu la isha d' elle-même plaque sur l’arbre des vies au milieu du jardin ce qui est dit de l’arbre interdit qui lui ne se trouve pas au milieu. Elle fait de l’arbre des vies et de l’arbre interdit un seul arbre. Est-elle tellement fascinée, obnubilée, entêtée par la notion morale du bien et du mal qu’elle en oublie l’arbre des vies ? En plus elle en rajoute : où se trouve en Gen. 2 qu’il ne faut pas y « toucher » de peur de mourir ? L’arbre interdit signifie alors quant à la Isha d' ici qu’elle ne lit, n’écoute, n’entend, ne médite pas bien Gen.2. « Elle connaît mal la Parole de Y-E., le Bon. Jésus dira « seul Dieu est bon ». Sur sa faute à l’origine, isha écoute l’interprétation mauvaise, pernicieuse du serpent qui s’appuie sur son dire erroné. Ignorante de ce que Gen. 2 dit réellement, elle ne peut faire échec et mat au diable et lui, au lieu de la corriger, est mauvais, meurtrier, scélérat. Il sera maudit. D’où l’importance capitale de bien lire en hébreu les mots arwm/ arwmim et ayrm/ ayrmm et de voir la différence. N’oublions - pas que selon Jésus il s’agit du premier et du plus grand commandement exprimé en Deut. 6. 4-5. Le 4° évangéliste commence par y faire référence : « En archè, au commencement, en tête, était La Parole et La Parole était auprès de Dieu et La Parole était Dieu. Celle-ci était au commencement tournée vers Dieu …. »

 

 

JCT. 3.4 « Et le serpent dit à la ishah : non, vous ne mourrez pas, 5 car Elohim connaît qu’au jour où vous en mangerez alors vos yeux s’ouvriront et vous serez comme des elohim connaissant bon et mauvais ».

 

Seconde parole de l’opposant à Dieu, encore un mensonge (vous ne mourrez pas)

 

C.V. alors que YHWH-E dit : « oui, du jour où tu mangeras de lui, mourir, tu mourras » Il s’agit de mort spirituelle. : au jour .

 

YHWH-E ne dit pas que l’adam terrien ne va pas mourir. Abraham, Isaac, Jacob sont morts dit Jésus. Jésus aussi est mort ! Lui Christ incarné, quoique tué par l’humain adversaire. La femme a peur de la mort physique. Elle ne veut pas mourir. Je note que jusqu’ici il n’est pas question d’ « Eve ».

 

JCT. Et une suggestion particulièrement perfide contre les intentions de Dieu : Il vous interdit de devenir des élohim , alors qu’en réalité YElohim a créé l’humain à son image divine : des élohim . Toute la Bible affirmera que les humains sont des « dieux » ; « Tu en as fait presque un dieu »-Ps 8,6. Jésus, LE Fils, le rappellera clairement, Jn 10,34-35 ).

 

C.V La septante( le grec) et la vulgate (latin) traduisent élohim par « des dieux » et non pas par « Dieu » comme certains traducteurs. Ceci engendre une tout autre signification et alors avec des commentaires autres, certes d’ordre moral. Il me semble que traduire Élohim par Dieu est une erreur, car en Gen.2 il ne s’agit pas d’Élohim mais de son NOM : YHWH-E.

 

Le serpent dit sa vérité : d’élohim, des dieux qu’ils sont déjà, ils seront "comme des élohim de l’arbre interdit." Ils seront des dieux selon Gen. 3, « arché-types » de la bonne et mauvaise connaissance de genèse 2 et pas des dieux de genèse1,26 selon Gen. 2, qui est « l’arché-type » du couple Ish/Isha selon YHWH-E. Cette traduction me semble confirmée par le verset 3,22 .

 

Le mot « comme des dieux : k élohim » vaut 666. ( apok.) Petit clin d'oeil.

 

JCT. YHWH-Elohim veut que l’humain masculin et féminin deviennent ish et ishah « pour chair Une », but de la création, devenir UN comme YE est UN, à l’image de Jésus, l’Emmanuel d’en haut incarné sur terre totalement UN avec Yahvé.

 

C.V. Oui, Ish et Isha déjà à l'image d'Elohim (gen.1,26) et "comme" la ressemblance de YHWH-E " UN et Amour, comme" Jésus l' est à la ressemblance de son Père. L’équation est parfaite : « Je Suis Celui Je Suis. » Il y a équivalence : totale ressemblance. Jésus dira de lui-même : égo eimi : Je, Je suis . La résurrection ........

 

JCT. Autre perfidie « vos yeux s’ouvriront ». Autrement dit, actuellement vos yeux sont fermés, vous ne voyez pas la réalité, vous êtes naïfs et ignorants, vous n’avez pas encore découvert les intentions secrètes de Dieu. Voici Le soupçon contre Dieu. « Qui mange de son fruit le devient » : engeance de vipères.

 

C.V. Leur attention est attirée vers leurs yeux physiques alors que gen. 2 parle de l'oeil intérieur, méta-physique, d' intelligence, de sagesse, d'intériorité, de spiritualité, du Royaume des cieux. C'est trop drôle qu'en science on dit des couches optiques dans le cerveau "les couches nuptiales"

 

 

JCT. 3.6 «Et la ishah vit que l’arbre est bon comme nourriture, et délice pour les yeux, et désirable l’arbre pour discerner. Et elle prit de son fruit, et elle mangea, et elle donna aussi à son ish avec elle et il mangea ».

 

Ishah adhère aux paroles du serpent plutôt qu’aux Paroles de YE. Elle tombe dans la tentation du serpent. Elle entre dans le soupçon : cet arbre est bon à manger, beau à regarder, désirable pour connaître et comprendre. Bon pour devenir comme Elohim. La voici séduite, convaincue d’avoir raison en écoutant celui qui contredit Y- Elohim. Elle mange et convainc son ish d’adhérer aux paroles du serpent en mangeant avec elle. Manger, c’est adhérer, communier entre eux et avec le serpent. Devenir ce qu’ils mangent : soupçon, illusion, mort.

 

On voit réapparaître maintenant l’adam : où était-il et que faisait-il pendant que sa ishah écoutait la voix du serpent ? Endormi ? Au travail ? Inconscient ? Non intéressé ?

 

C.V. Le réponse se trouve dans 3,17 Y-E dit « oui, tu as écouté la voix de ta femme et mangé de l’arbre, dont je t’avais ordonné pour dire : tu n’en mangeras pas » Lui aussi connaissait mal Genèse 2 ou ne l’appliquait pas. Apparemment il s’est tu dans le dialogue entre le serpent et sa femme. : aucune réplique, il n’a rien redressé, pas rétorqué. Il est co-responsable ! Il n’a pas fait à son tour échec et mat au dire erroné de sa femme et ensuite instruite par le serpent. Ne se remettant pas en cause, mais accusant sa femme, il sera puni : la sortie du jardin .

 

JCT. Et sa ishah ? Pourquoi s’est-elle laissée aborder seule par le serpent ? Finalement, chacun est toujours seul devant ses tentations intérieures. Mais l’un des bons moyens d’exorciser les tentations c’est d’abord de ne pas rester seul, isolé, puisqu’il n’est pas bon pour l’humain d’être isolé et solitaire.

 

C.V. Je retourne la question. Le serpent s’adresse à la femme pour la vérifier, parce que le côté féminin de l’humain est d'abord « bâti » en Femme, Issha , épouse, par YHWH même, avant de la conduire vers le côté masculin de l’humain. Selon YHWH la responsabilité, la réponse de la femme à YHWH est grande concernant la bonne compréhension de Genèse 1, 26 et Genèse 2. La isha de Genèse 3 ne se remettant pas non plus en cause , accusant le serpent, sera punie aussi. Même sortie !

 

 

JCT. 3.7 « Et leurs yeux à eux deux s’ouvrirent et ils connurent, (comprirent) qu’eux étaient nus et ils cousirent du feuillage de figuier et ils firent pour eux des pagnes.

 

C.V. - Le serpent les ( eux deux) a fait ouvrir à chacun leurs deux yeux extérieurs. Ils ont perdu chacun l’œil spirituel : leur intériorité, le Royaume de Dieu. Ils sont eux deux à l'origine, au commencement, en tête, morts spirituellement.

 

- C’est la première fois dans la Genèse qu’apparait le « figuier » et « eux nus ». Peut-être entre quatre yeux, en tête à tête, mais certes de leur faute et instruits par le serpent, ils ont compris à tort qu’ils étaient nus : qu’il s’agissait de la nudité extérieure. Ils ont mangé de l’arbre de la mauvaise connaissance du BON. "Dieu est Esprit ...." dira Jésus dans le 4°Év.

 

- Lire en hébreu et traduire en Gen. 2,25 « tout à la fois avisés et astucieux » par « nus » est à mon humble avis la première grande erreur mais serait aussi la conséquence d’avoir adhéré au serpent pour manger de l’arbre interdit.

 

- L’hébreu hagoroth se traduit par pagnes ou ceintures. En tout cas ils font « deux » ceintures ou « deux » pagnes. Quand hagoroth est traduit par ceintures il s’agit du sens spirituel biblique de ce mot et non pas des ceintures ou pagnes matériels. Mais les deux traductions sont à prendre en compte.

 

En tout cas, ils font « pour eux », vivent pour eux - mêmes, même chacun pour soi, puisqu’il y a deux ceintures ou pagnes , et non pas une ceinture spirituelle pour Y-E. et son Visage.

 

- Le mot figuier aussi est important. Le figuier apparaît souvent dans les textes bibliques. En latin c'est "ficus"d'où vient le mot foie. En hébreu caved signifie le foie et gloire, de poids 26 comme YHWH. Il y aurait beaucoup à commenter mais rappelons-nous ici ce que Jésus dit au figuier feuillu. ( Marc, 11, 12-14) « Être sous le figuier » comme le dit Jésus à Nathanaël dans le 4° Évangile juste avant la Noce à Cana, principe des signes, veut dire préparer son mariage. De lui Jésus dira : « voici un israélite sans détour »

 

JCT.3.8 Et ils entendirent la voix de Yahvé Elohim marchant dans le jardin au souffle du jour. Et l’adam et sa ishah se dissimulèrent loin de la face de YE au milieu des arbres du jardin ».

 

La promesse du serpent se réalise: leurs yeux s’ouvrent : Leur regard change. Jusqu’à présent, ce qu’ils connaissaient d’eux était bon, ils ne se faisaient pas honte. Ils faisaient confiance à YHWH. Maintenant, ce qu’ils découvrent sur eux-mêmes leur fait honte. Ils expérimentent leur capacité d’adhérer aux paroles du serpent, de soupçonner Dieu, leur liberté de choisir le Mauvais, autrement dit de faire des choix pas bons pour eux. Ils se dissimulent.

 

C.V. Ce verset 8 me semble d’une importance capitale, car elle est faute sur faute à l'origine. C’est bien maintenant ensemble que le couple écoute « la voix de YHWH Elohim qui va dans le jardin pour le souffle du Jour ». Mais ils ne comprennent pas la VOIX qui va, qui avance pour l'esprit du Jour et alors ne peuvent appliquer sa volonté. Au contraire : « Et ils se cachent, loin de LA FACE, Le Visage de l’Éternel Dieu au milieu de l’arbre du jardin », qui est l’arbre des vies : d’en haut et ici sur terre.

 

Que dit YHWH de Lui-même en trois mots A-hié A-cher A-hié sinon que le troisième mot égal au premier est la Face de Lui-même ? Mais ils vivent « pour eux », chacun sa ceinture, et non pas pour Basar Ehad, qui est leur Emmanuel d’En-haut .

 

JCT Ils se font illusion en croyant échapper ainsi au Visage de YE qui sait tout sur les replis les plus inconscients de l’humain (Psaume 138/139). Dieu, Lui, n’a pas honte de l’humain : il garde considération pour lui : il va au-devant de lui (Ezéchiel 16,7-39).

 

C.V. Oui , YE appellera encore Adam .

 

JCT En reprenant la traduction du mot « nu » par « avisé » on peut également interpréter ainsi : l’humain est devenu plus avisé sur son propre compte, il a perdu son innocence (refus de nuire). Le voici tellement conscient qu’il est terrassé par cette prise de conscience, meurtri. Il en a honte et il se cache.

 

C.V. Interpréter ainsi ?! Où se trouve au singulier le mot « nu » / « avisé » dans ce verset 8 ? De plus, ce n’est pas la pensée de l’Adam de la Bible. La suite en 3,9 le prouve, puisqu’il répondra à YHWH, qu'il ne nomme pas non plus, qu’il est « nu » C’est bien ce qu’il a compris en 3,7 - Et dans ces deux versets il est réellement écrit « nus » et "nu". Il est impossible linguistiquement de les remplacer par « avisé-s »

 

 

JCT . 3.9 « Et YE appela vers l’adam et il dit : où es-tu ? 3.10 Et (l’humain) dit : j’ai entendu ta voix dans le jardin et j’ai craint car nu moi je suis et je me suis dissimulé.

 

C.V. « où est-tu ? » A quel niveau de compréhension, de conscience te trouves-tu? Adam, ayant entendu la VOIX relate son niveau de conscience : il dit avoir eu « peur » parce que « nu » et « s’être caché ». Adam a cru bien faire ! Pas question ici de « loin de la Face… » : il n’en est pas conscient. Si hagoroth veut bien dire ceintures/pagnes aurait-il alors ici enlevé sa ceinture/son pagne et pourquoi ? Et que pour cela il s’est caché ? Cela ne tient pas. Ou bien alors: « se cacher » voudrait dire « se mettre un pagne/une ceinture . » Les mots et les verbes parlent d’eux-mêmes: un pagne ou une ceinture de feuille/feuillage de figuier ne recouvre pas tout le corps !

 

Sur cette phrase de l’adam il y aurait certainement beaucoup à dire.

 

Si Isha a déjà parlé de « peur » lié à mourir, apparaît ici la première fois dans La Bible, quant à l'ish, le mot « peur » lié à la nudité. Il est question de peur et pas de honte.

 

 

JCT . 3.11 Et (YE) dit : qui t’a raconté que tu es nu, toi ? Est-ce que de l’arbre que je t’avais ordonné de ne pas manger tu as mangé ? »

 

Yahvé Dieu avait interdit à l’humain d’utiliser sa liberté pour expérimenter tout et n’importe quoi, le mauvais comme si c’était du bon. Il savait que cette expérience serait un désastre pour l’humain, une mort de sa confiance en lui, une destruction de sa spontanéité. Une perte de l’harmonie avec son Créateur. Observons la façon discrète et délicate avec laquelle YE intervient : il pose une question, il n’accuse pas. Il n’écrase pas l’humain, ne lui fait pas de reproches virulents. Il ne coupe pas la relation : il demeure là, proche, attentif au malheur de l’humain qui découvre ses erreurs en essayant de les camoufler.

 

C.V. Les deux questions de YHWH qui se suivent, adressées à l’adam, le renvoient à lui-même. Nulle part dans le dialogue entre le serpent et la femme il est question de « nus » « nudité » « nu », ni dans Gen. 2 ,25, ni 3,1

 

D’où et pourquoi Adam a-t-il pris alors ou compris qu’il était nu ? Ceci est dit en 3,7 et 8.

 

Que l' ish et sa isha disent qu’ils sont « nus » veut bien dire selon YHWH qu’ils ont mangé du seul arbre interdit du bien et mal connaître : qui est en premier lieu mal lire la Parole en hébreu, puis la tordre, mal l’interpréter, et de plus la mal traduire. Ils ne peuvent plus ni lire, ni comprendre la Voix de YHWH-Elohim, ni l’enseigner. Paul interdira à la femme séduite d’enseigner. Si YHWH E. pose ces deux questions, le Adam et puis sa isha à la suite , se mettront-ils en question ? Finalement pas, car plus loin ils seront ensemble "expulsés" du jardin, du Royaume de Dieu, vers là où poussent les ronces et les épines. Seul le serpent sera "maudit".

 

JCT 3.12 « Et l’adam dit : la ishah que tu as donnée avec moi, elle, elle a donné à moi de l’arbre, et j’ai mangé. 3.13 Et (YE) dit à la ishah : qu’as-tu fait là ? Et la ishah dit : le serpent m’a trompée et j’ai mangé. 3.14 Et YE dit au serpent : parce que tu as fait cela tu es maudit entre toute bête et entre tout animal de la campagne, sur ton ventre tu iras et de la poussière tu mangeras tous les jours de ta vie. 3.14 Et je mettrai une hostilité entre toi et la ishah, et entre ta descendance et sa descendance, elle te visera la tête et tu lui viseras le talon »

 

-Voici mis à nu le refus d’assumer la responsabilité de ses actes, le réflexe de la reporter sur l’autre, responsable et coupable de tous les malheurs qui touchent l’individu : lui sur elle, elle sur l’autre, le serpent. Seule excuse : « on m’a trompé », ce qui ne signifie pas exactement « je me suis trompé », encore moins « je n’aurais pas dû me laisser tromper ».

 

- Le rapport annoncé entre le serpent et les humains sera marqué par l’opposition (animal dont on se méfie, maudit) et une proximité permanentes (serpent et poussière, l’humain étant tiré de la poussière du sol).

 

- De génération en génération les descendants de la Femme (ishah) seront visés au talon (l’assise de l’humain, son contact avec le sol) par le serpent- mais la Femme et sa descendance viseront la tête du serpent ( sa pensée, son astuce à retourner les pensées, à tordre les paroles de YHWH). L’apocalpyse précisera qu’un fils de la femme remportera la victoire et sera emporté au ciel malgré l’astuce du dragon à vouloir le dévorer dès sa naissance (Apoc 12). Jean l’Ancien, auteur de l’apocalypse, affirme ainsi que la victoire finale appartient au fils de l’homme et au Fils de Dieu, fils de Marie « LA mère ».

 

C.V.3.14 : " et je placerai/mettrai une inimitié/une hostilité entre toi et entre la Issha et entre ta semence et entre sa semence. Elle( sa semence) t'attaquera/ t'écrasera/meurtrira la tête et toi tu la( sa semence) viseras/écraseras, l'attaqueras, meurtriras au talon : x "

 

C'est YHWH-E - même qui place l'hostilité/inimitié "entre le serpent et entre la issha " : ce n'est pas le serpent de lui-même, ni la Issha ( en général, mot générique) d'elle- même qui la place. Chacun aura de l'hostilité envers l'autre. Ceci en dit long. N'oublions pas que la issha de gen. 2 est "bâtie"directement par Y_E même. Si le serpent est hostile à la femme, la issha, c'est qu'il est hostile à YHWH-E. L'inverse pas ! Le mot zera ( anagramme de ezer:aide) est bien semence. "Et (l'hostilité/l'inimitié) entre ta semence et entre sa semence." La semence de chaque Issha selon gen.2 est le Christ , le Roi : cette semence visera/écrasera /meurtrira/attaquera la tête du serpent. La semence du serpent .. : cette semence visera/attaquera/écrasera/ meurtrira/ en chaque issha sa semence au" talon: X ( 60) En hébreu il est écrit : jaco(e)b : s ( double point + la lettre samek 60 ). Cette lettre est notre lettre X. En très bref : la lettre samek signifie "l'Arbre" dont l'hiéroglyphe égyptien ressemble à un peit arbre de NoEl( natalis El) à trois branches horizontales. En même temps je pense à l'arbre des vies au milieu du jardin, à " Le troisième jour il y eut une noce à Cana" et à Matt. 13: le Semeur qui est sorti pour semer lui ( complément direct : acc.). et à "d'aucuns ( neutre pluriel ) tombèrent ... ", tandis que l'humain ennemi, le diable, sème par dessus la bonne semence la zizanie, l'ivraie: les scandales (ce qui fait chuter) et les faisant "anomia= sans Loi".

 

.JCT. - Le serpent, si présent aux humains, ne serait-il pas intérieur à l’humain ? sa face sombre et désireuse de tout expérimenter, y compris ce qui est mauvais pour lui ? non pas un personnage à part mais la capacité de nuisance tapie dans la conscience de chacun dès lors qu’il a reçu du Créateur la liberté de choisir ? Si Dieu n’avait pas donné aux humains la liberté de choisir, s’il les avait construits comme des robots, le mauvais tenterait-il ce robot ? le Mauvais existerait-il ? Mais quelle relation Dieu pourrait-il entretenir avec des robots ? Et si l’humain n’était pas construit « à l’image » de Dieu, pourrait-il « connaître » amour et bonheur ?

 

C.V. Si on ne connaît pas ou si on connaît mal YHWH E. on ne connaît pas ou on ne reconnaît pas le Dieu biblique. « Celle-ci est l'éternelle vie: qu' ils te connaissent toi le seul véritable Dieu et celui que tu as envoyé Jésus Christ » (4° Év.) : Prière de Jésus à son Père. YHWH-Elohim et son Visage Parfait.

 

Cette connaissance révélée est Amour donné aux humains. Et il n'existe pas d'amour rendu à Dieu sans preuves d'amour.

© Copyright 2015. All Rights Reserved