premierdimanche

Les textes et leurs commentaires

Traduction de "la Bible expliquée" dans la colonne de GAUCHE -Commentaires de "la Bible expliquée" dans la colonne du CENTRE- Commentaires de Jean Charles Thomas dans la colonne de DROITE.

Impression papier des commentaires: très facile. Les trois colonnes sont formatées pour tenir sur une feuille classique format A4. Demandez à votre imprimante les pages, de 2 à la fin (la page 1 n'est pas utile, elle donne seulement les titres, photos et boutons de navigation)

Si vous avez seulement besoin d'un petit passage,sélectionnez-le avec la souris et reportez-le dans un document word ou open office et imprimez-le ou envoyez-le dans un mail.

 

Vous pouvez lire également sur votre SMARTPHONE, PORTABLE.

Les colonnes ne seront pas juxtaposées.

Défileront d'abord les TRADUCTIONS,

puis les Commentaires de la BIBLE EXPLIQUEE,

et enfin les COMMENTAIRES de Jean Charles THOMAS

Message de Vie annoncé à Marie

Arcabas, peintre

Traduction en Français courant de

"la Bible expliquée"

avec les autorisations de l'éditeur

 

 

 

Job 7

1 à 7

 

Réplique de Job (suite) :

Il se plaint de Dieu

1 La vie est rude pour les hommes sur la terre : ils ont la condition d’un travailleur de force, 2 d’un esclave au soleil, qui voudrait un peu d’ombre, ou d’un pauvre ouvrier, qui attend qu’on le paie.

3 Tel est aussi mon sort : des mois de déception, et des nuits de tourments ; c’est ce que j’ai gagné. 4 Dès que je suis couché, je commence à me dire : «Quand me lèverai-je ?» Le soir n’en finit pas. Je n’en peux plus de m’agiter jusqu’à l’aurore. 5 J’ai le corps recouvert de vermine et de croûtes, et ma peau écorchée n’est que plaies purulentes.

6 Ma vie aura passé plus vite que la navette d’un tisserand,

elle touche à sa fin quand le fil de l’espoir est arrivé au bout.

7 O Dieu, ne l’oublie pas, ma vie tient à un souffle, mes yeux ne reverront plus jamais le bonheur. 8 Toi qui veillais sur moi, tu ne me verras plus ; tu me regarderas, je ne serai plus là. 9 Comme un nuage se dissipe et disparaît, on descend chez les morts

pour n’en plus remonter.

10 Celui qui part ainsi ne revient plus chez lui, et là où il vivait,

on l’oubliera bientôt.

11 Alors je ne veux plus me taire davantage ; j’ai l’esprit en détresse, il faut donc que je parle. Mon coeur est trop amer, j’exprimerai ma plainte.

 

12 Toi, pourquoi me fais-tu surveiller de si près : serais-je l’Océan ou le Monstre marin ?

13 Quand je me mets au lit en espérant trouver quelque soulagement ou quelque apaisement, 14 tu viens me terroriser par des cauchemars ;

ce que tu me fais voir me jette dans l’angoisse.

15 Ah, si tu m’étranglais,

j’aimerais mieux cela !

Je préfère mourir, plutôt qu’être réduit à l’état de squelette.

16 Je n’en peux plus,

je ne durerai pas toujours.

Ma vie tient à un rien,

laisse-moi donc tranquille.

 

I Corinthiens 9

16 à 23

15Mais je n’ai usé d’aucun de ces droits, et je n’écris pas cela pour demander à en profiter. J’aimerais mieux mourir ! Personne ne m’enlèvera

ce sujet de fierté !

16Je n’ai pas à me vanter d’annoncer la Bonne Nouvelle. C’est en effet une obligation qui m’est imposée, et malheur à moi si je n’annonce pas

la Bonne Nouvelle.

17Si j’avais choisi moi-même cette tâche, j’aurais droit à un salaire ; mais puisqu’elle m’est imposée, je m’acquitte simplement de la charge

qui m’est confiée.

18Quel est alors mon salaire ? C’est la satisfaction d’annoncer la Bonne Nouvelle gratuitement, sans user des droits que me confère la prédication de cette Bonne Nouvelle. 19Je suis libre, je ne suis l’esclave de personne ; cependant je me suis fait l’esclave de tous afin d’en gagner le plus grand nombre possible au Christ.

20Lorsque j’ai affaire aux *Juifs, je vis comme un Juif, afin de les gagner ; bien que je ne sois pas soumis à la loi de Moïse, je vis comme si je l’étais lorsque j’ai affaire à ceux qui sont soumis à cette loi, afin de les gagner.

21De même, lorsque je suis avec ceux qui ignorent la loi de Moïse, je vis comme eux, sans tenir compte de cette loi, afin de les gagner.

Cela ne veut pas dire que je suis indifférent à la loi de Dieu, car je suis soumis

à la loi du Christ.

22Avec ceux qui sont faibles dans la foi, je vis comme si j’étais faible moi-même, afin de les gagner.

Ainsi, je me fais tout à tous

afin d’en sauver de toute manière quelques-uns.

23Je fais tout cela pour la Bonne Nouvelle, afin d’avoir part aux biens qu’elle promet.

 

Marc 1

29 à 39

 

Jésus guérit beaucoup

de malades

(Voir aussi Matt 8.14-17 ;

Luc 4.38-41)

29Ils quittèrent la *synagogue et allèrent aussitôt à la maison de Simon et d’André, en compagnie de Jacques et Jean. 30La belle-mère de Simon était au lit, parce qu’elle avait de la fièvre ; dès que Jésus arriva, on lui parla d’elle. 31Il s’approcha d’elle, lui prit la main et la fit lever. La fièvre la quitta et elle se mit à les servir.

 

32Le soir, après le coucher du soleil, les gens transportèrent vers Jésus tous les malades et ceux qui étaient possédés d’un esprit mauvais. 33Toute la population de la ville était rassemblée devant la porte de la maison. 34Jésus guérit beaucoup de gens qui souffraient de toutes sortes de maladies et il chassa aussi beaucoup d’esprits mauvais.

Il ne laissait pas parler les esprits mauvais, parce qu’ils savaient, eux, qui il était.

 

 

Jésus parcourt la Galilée

(Voir aussi Luc 4.42-44) 35Très tôt le lendemain, alors qu’il faisait encore nuit noire, Jésus se leva et sortit de la maison. Il s’en alla hors de la ville, dans un endroit isolé ;

là, il se mit à prier.

 

36Simon et ses compagnons partirent à sa recherche ; 37quand ils le trouvèrent,

ils lui dirent :

«Tout le monde te cherche.»

38Mais Jésus leur dit :

« Allons ailleurs, dans les villages voisins.

Je dois prêcher là-bas aussi, car c’est pour cela que je suis venu. »

 

39Et ainsi, il alla dans

toute la Galilée ;

il prêchait dans les *synagogues de la région

et il chassait

les esprits mauvais.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires de

"la Bible expliquée"

avec les autorisations de l'éditeur

 

 

Job 7

1 à 7

 

Job, porte-parole de l’humanité souffrante

(7.1-6)

Comme en 3.20, Job généralise sa situation.

 

Il devient une figure universelle, le modèle du souffrant, un esclave sans espoir de libération.

 

Chacun peut se reconnaître en lui et faire sienne sa souffrance et sa révolte.

 

 

Quand la prière ose

dire la révolte

(7.7-21)

 

Seul Job ose s’adresser à Dieu en le tutoyant.

Pour ses amis, Dieu n’est qu’une théorie ou un système, mais pour Job, Dieu est quelqu’un.

 

Job est capable d’intégrer la prière dans son débat intérieur, mais il malmène les traditions.

Par exemple, les v. 7-10 nient toute espérance au delà de la mort.

 

Les v. 17-19 prennent le contre-pied du Psaume 8 qui exalte l’homme.

 

Ainsi, la prière de Job est une lamentation où se mêlent la douleur, le doute, l’accusation, l’ironie et la révolte.

 

 

N’est-ce pas souvent la seule prière possible ?

 

Comment passer d’un savoir sur Dieu à une relation vraie avec Dieu ?

 

 

I Corinthiens 9

16 à 23

 

 

Une argumentation déconcertante

(9.3-18)

 

Paul revendique le droit d’être soutenu financièrement par la communauté,

 

mais il n’use pas de ce droit.

 

Il veut rester libre à l’égard des Corinthiens, afin de pouvoir continuer à leur prêcher l’Évangile en toute liberté.

 

 

Prendre les gens

comme ils sont

(9.19-23)

La liberté de Paul lui permet de s’adapter aux pratiques du groupe avec lequel il se trouve, sans heurter personne.

 

 

La priorité est de créer un climat propice à l’annonce de l’Évangile.

 

Il est possible de vivre

dans le respect des traditions et des cultures,

sans pour autant leur être soumis quand elles risquent

de faire obstacle à l’Évangile.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marc 1

29 à 39

 

 

 

Des gestes de libération (1.29-34)

 

En guérissant

le jour du sabbat des personnes liées

par la maladie,

 

Jésus montre que le véritable sens du sabbat

est bien la libération des humains.

 

 

Certains lui reprocheront de ne pas respecter la loi (3.1-6).

 

 

Le coucher du soleil et l’apparition des premières étoiles indiquaient la fin du sabbat : il était alors permis de se déplacer.

 

 

 

 

 

La prière et la mission (1.35-39)

 

Avant toute action missionnaire,

Jésus s’isole

en présence de Dieu

pour se ressourcer

dans la prière.

 

 

Commentaires de

Jean Charles Thomas

 

Job 7

1 à 7

 

Ceux qui sont en grande détresse et souffrent du silence de Dieu trouveront dans cette réplique de Job les mots forts qui libèrent la relation à Dieu

et rendent possible la prière

comme attitude de confiance,

quoi qu'il arrive.

 

Par de tels textes, authentifiés par la communauté croyante depuis des siècles, la Bible rejoint les réactions spontanées de ceux qui se battent dans des situations inextricables.

**

Et pour ceux qui ne souffrent pas à ce point, la méditation des paroles de Job introduira dans une communion véritable avec ceux qui affrontent le mal sans perdre la foi..

 

Ces lignes du livre de Job aident

les bien-portants à ne pas faire des théories sur la souffrance et le mal

- à écouter ceux qui souffrent au lieu de leur faire de doctes sermons.

- à se rendre proches d'eux

y compris dans le silence.

 

***

Invitation aussi à en lire

davantage dans le livre de Job.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

I Corinthiens 9

16 à 23

 

Paul a fait un choix libre, personnel, qu'il n'impose absolument pas aux autres Envoyés du Seigneur (apôtres) annonçant la Bonne Nouvelle.

Il répond vigoureusement aux critiques que certains lui adressent. Il connaît ses droits comme ouvrier de l'annonce de l'Evangile: recevoir un salaire, avoir une épouse (ou une collaboratrice ?) à la charge de la communauté, être dispensé d'un travail professionnel rétribué.

 

Paul argumente à partir des droits reconnus au berger, au prêtre, au moissonneur, et même au boeuf...

Il cite le Christ: "Le Seigneur a ordonné à ceux qui annoncent l'Evangile de vivre de l'Evangile" (v14)

 

La grande et unique raison pour laquelle il n'exige pas l'application de ses droits tient en quelques mots: "Pour ne créer aucun obstacle à l'Evangile du Christ" (v13).

Paul considère l'annonce de l'Evangile comme une charge, et même davantage, comme une obligation à laquelle il ne peut se soustraire.

Il n'a pas reçu un appel auquel il aurait pu répondre librement, oui ou non, comme les autres apôtres.

Le Seigneur a fait irruption dans sa vie,

il s'est imposé à Lui comme Lumière, évidence, Amour.

Il conclut:" Oui, libre à l'égard de tous,

je me suis fait l'esclave de tous pour en gagner le plus grand nombre": Juif avec les Juifs, faible avec les faibles, tout à tous...etc " Et tout cela , je le fais à cause de l'Evangile afin d'y avoir part.. de peur qu'après avoir proclamé le message aux autres je ne sois moi-même éliminé".

Quel souffle!

Quelle passion pour l'Evangile! Quel Amour du Christ!

Paul, modèle pour tous ceux qui annoncent la Bonne Nouvelle, leur "patron" , imité par d'incroyables missionnaires, hommes et femmes, au long des siècles. 9,16-23

En écrivant ainsi, Paul prouve plusieurs choses:

1.Sa grande passion d'homme c'est d'annoncer la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ. Il ne vit que pour cela. C'est son occupation de chaque instant.

2. Agissant ainsi, il répond à l'appel et à la mission dont il a été bénéficiaire. Il n'en a pas pris l'initiative. Mais, désormais, il est enchanté d'avoir reçu cette mission.

3. Pour enlever tous les obstacles à l'efficacité de son ministère de la Bonne Nouvelle, Paul renonce librement à tous les droits qu'il pourrait avoir: salaire, accueil et hospitalité gratuite, vie de foyer, prestige et droit à être écouté.

4.Il renonce même à l'idée de suivre son tempérament spontané: il choisit de se faire faible avec les faibles, de raisonner en tenant compte de ses auditeurs. Il parle de façon ciblée, si possible adaptée. Il agit en pédagogue.

***

Quand nous parlons aujourd'hui d'évangélisation, nous devrions tenir compte de tous les paramètres culturels, sociaux, politiques des pays que nous désirons "évangéliser"

... Celui qui se contente de clamer publiquement ses convictions sans tenir compte des réalités humaines est-il évangélisateur ?

On peut en douter si on le compare à Paul - et même à Jésus qui commençait par vivre au milieu et avec les gens pour pouvoir leur parler de façon adaptée et percutante...

Belles leçons pour nous aujourd'hui.

 

Marc 1

29 à 39

 

Suite d'une journée type de Jésus.Jésus vit au milieu des gens. Ses relations sont celles de la vie quotidienne. Il est disponible et accueillant. Il met au service des personnes malades ses capacités et sa mission de guérir. * Il ne limite pas son attention aux personnes faisant partie de ses amis: il l'étend à tous ceux et celles qui recourent à lui et lui font confiance.

Il prouve ainsi qu'il est venu pour tous, pour que tous aient la vie. Il protège, réconforte, libère. Son comportement est celui d'un sauveur, certainement au sens humain, symbolique d'un Salut plénier.

* Sa générosité n'échappe pas à certains esprits perspicaces. Sa bonne réputation commence à lui valoir l'estime générale. Loin d'en profiter pour se comporter en gourou, pour cultiver son succès, il invite à la discrétion ceux qui pourraient le considérer comme un personnage aussi attendu que le Messie.

* Sa première relation est avec Dieu.

Il passe du temps avec lui, dans la prière. Il prend sur son temps de repos pour lui parler, le remercier, intercéder. Il pratique ce qu'il demandera un jour dans le schéma essentiel de la prière, le "Notre Père".

* Les intentions des disciples qui le cherchent sont probablement "mélangées": satisfaction d'être les proches d'un homme qui devient célèbre - et bonheur de demeurer avec lui, de l'écouter en bénéficiant de sa spiritualité. Volontiers ils le garderaient pour eux seuls.

Sans hésiter, Jésus précise qu'il regarde un horizon nettement plus large: d'autres villages, d'autres personnes, " C'est pour cela que je suis venu, "avec le sens: "que je suis sorti du Père et venu dans le Monde". L'Humanité entière est en attente.

* Marc résume l'essentiel dans le verset 39: "Il alla dans toute la Galilée, prêchant dans les synagogues et chassant les esprits mauvais".

Au principe de sa communication il y a le désir de transmettre ce qui lui tient à cœur.

Dieu, depuis toujours, désire transmettre ses plus intimes convictions. Et pour cette raison, il parle et cela est il dit et ça existe. Il dit sa Vie et ce sont les Vivants. Il dit son Amour et ce sont les Humains. Il dit sa Fidélité et ce sont l'époux et l'épouse liés par l'Amour. Ainsi commence la Bible par le livre de la Genèse de toutes choses.

Qui veut évangéliser selon le Christ doit incarner et associer ces paramètres dans sa façon d'être, de penser et d'annoncer Dieu et la vie selon Dieu.

*

Remarquons à quel point Marc amplifie et généralise pour accentuer son propos: tous les malades, tous les gens de toute la Galilée et de tous les pays voisins.

Il souligne ainsi que chaque journée de Jésus est construite sur le même emploi du temps et le même souffle intérieur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© Copyright 2015. All Rights Reserved