quatriemedim

Les textes et leurs commentaires

Traduction de "la Bible expliquée" dans la colonne de GAUCHE -Commentaires de "la Bible expliquée" dans la colonne du CENTRE- Commentaires de Jean Charles Thomas dans la colonne de DROITE.

Impression papier des commentaires: très facile. Les trois colonnes sont formatées pour tenir sur une feuille classique format A4. Demandez à votre imprimante les pages, de 2 à la fin (la page 1 n'est pas utile, elle donne seulement les titres, photos et boutons de navigation)

Si vous avez seulement besoin d'un petit passage,sélectionnez-le avec la souris et reportez-le dans un document word ou open office et imprimez-le ou envoyez-le dans un mail.

 

 

Vous pouvez lire également sur votre SMARTPHONE, PORTABLE.

Les colonnes ne seront pas juxtaposées.

Défileront d'abord les TRADUCTIONS,

puis les Commentaires de la BIBLE EXPLIQUEE,

et enfin les COMMENTAIRES de Jean Charles THOMAS

Méditer, Voir intérieurement, Prier

Arcabas, Christ d'Emmaüs

Traduction en Français courant de

"la Bible expliquée"

avec les autorisations de l'éditeur

 

 

Samuel, Livre 1

ch 3, v. 3 à 19

1Quant au jeune Samuel, il servait le Seigneur, sous la surveillance d’Héli.

Dieu établit Samuel comme prophète

En ce temps-là, il était rare que le Seigneur parle directement à un homme ou lui accorde une vision. 2Une nuit, le prêtre Héli, qui était devenu presque aveugle, dormait à sa place habituelle. 3Samuel aussi dormait. Il était dans le temple du Seigneur, près du *coffre sacré.

Avant l’aube, alors que la lampe du *sanctuaire brûlait encore, 4le Seigneur appela Samuel. Celui-ci répondit : « Oui, Maître », 5puis il accourut auprès d’Héli et lui dit : «Tu m’as appelé ; me voici !» – « Je ne t’ai pas appelé, dit Héli ; retourne te coucher.» Samuel alla se recoucher.

 

6Une seconde fois le Seigneur appela : « Samuel!» L’enfant se leva et revint dire à Héli : «Tu m’as appelé ; me voici !» – « Non, mon enfant ! répondit Héli, je ne t’ai pas appelé ; retourne te coucher.» 7Samuel ne connaissait pas encore personnellement le Seigneur, car celui-ci ne lui avait jamais parlé directement jusqu’alors.

 

8Pour la troisième fois, le Seigneur appela : « Samuel !» Samuel se leva, revint trouver Héli et lui dit : «Tu m’as appelé ; me voici !» Cette fois, Héli comprit que c’était le Seigneur qui appelait l’enfant.

9Il lui dit alors :

«Va te recoucher. Et si on t’appelle de nouveau, tu répondras : “Parle, Seigneur, ton serviteur écoute !” »

Samuel alla donc se recoucher à sa place.

10Le Seigneur vint

et se tint là ; comme les autres fois, il appela : « Samuel, Samuel ! » L’enfant répondit : « Parle, ton serviteur écoute. »

11Le Seigneur déclara à Samuel : « Je vais frapper Israël d’un malheur tel qu’il fera l’effet d’un coup de tonnerre sur ceux qui l’apprendront. 12Ce jour-là, je réaliserai à l’égard d’Héli et de sa famille tous les malheurs dont je les ai menacés, sans rien négliger. 13Je l’ai averti que je condamnais sa famille pour toujours ; en effet, ses fils ont *péché en me traitant avec mépris, et lui, qui savait cela, les a laissés faire. 14C’est pourquoi j’ai juré à la famille d’Héli que ni *sacrifices ni offrandes ne pourront jamais faire oublier son péché. » 15Samuel resta couché jusqu’au matin.

Puis il alla ouvrir les portes du *sanctuaire.

Il craignait de raconter sa vision à Héli ; 16mais Héli l’appela : « Samuel, mon enfant !» – « Oui, Maître », répondit-il. 17«Que t’a dit le Seigneur ? demanda Héli ; ne me cache rien. Si tu me caches un seul mot de ce que Dieu t’a dit, je veux qu’il t’inflige la plus terrible des punitions. »

18Alors Samuel lui raconta tout, sans rien cacher.

Héli déclara : « Il est le Seigneur ! Qu’il fasse ce qu’il juge bon. »

19Samuel devint grand.

Le Seigneur était avec lui, si bien qu’aucune des paroles que Samuel prononçait de sa part ne restait sans effet.

20C’est ainsi que dans tout le pays d’Israël, de Dan à Berchéba, on sut que Samuel était un vrai *prophète du Seigneur.

21Le Seigneur continua de se manifester à Silo :

en effet, c’est là qu’il se révélait à Samuel pour lui faire connaître sa parole,

et Samuel transmettait cette parole à tout le peuple d’Israël.

 

I Corinthiens

6, 13 à 20

 

Mettre son corps au service de la gloire du Seigneur

12Vous allez jusqu’à dire : «Tout m’est permis. »

Oui, cependant tout ne vous est pas bon.

Je pourrais dire :

«Tout m’est permis », mais je ne vais pas me laisser asservir par quoi que ce soit. 13Vous dites aussi :

« Les aliments sont pour le ventre et le ventre pour les aliments. »

Oui, cependant Dieu détruira les uns comme l’autre.

Mais le corps humain, lui, n’est pas fait pour l’immoralité : il est pour le Seigneur et le Seigneur est pour le corps.

14Dieu a ramené le Seigneur à la vie et il nous ramènera de la mort à la vie par sa puissance.

 

15Vous savez que vos corps sont des parties du corps du *Christ.

Vais-je donc prendre une partie du corps du Christ pour en faire une partie du corps d’une prostituée ? Certainement pas !

16Ou bien ne savez-vous pas que l’homme qui s’unit à une prostituée devient avec elle un seul corps ?

Il est écrit, en effet : « Les deux deviendront un seul être. »

17Mais celui qui s’unit au Seigneur devient spirituellement un avec lui.

18Fuyez l’immoralité !

Tout autre *péché commis par l’homme reste extérieur à son corps ; mais l’homme qui se livre à l’immoralité pèche contre son propre corps.

19Ne savez-vous pas que votre corps est le *temple du Saint-Esprit, cet *Esprit qui est en vous et que Dieu vous a donné ? Vous ne vous appartenez pas : 20Dieu vous a acquis, il a payé le prix pour cela. Mettez donc votre corps lui-même au service de la *gloire de Dieu.

 

Jean 1

35 à 42

 

Les premiers disciples de Jésus

35Le lendemain, Jean était de nouveau là, avec deux de ses *disciples. 36Quand il vit Jésus passer, il dit : «Voici l’Agneau de Dieu !»

37Les deux disciples de Jean entendirent ces paroles, et ils suivirent Jésus.

38Jésus se retourna,

il vit qu’ils le suivaient et leur demanda: « Que cherchez-vous ?»

Ils lui dirent : « Où demeures-tu, Rabbi ?»

Ce mot signifie « *Maître ».

– 39Il leur répondit : «Venez, et vous verrez. » Ils allèrent donc

et virent où il demeurait,

et ils passèrent le reste de ce jour avec lui.

Il était alors environ quatre heures de l’après-midi. 40L’un des deux qui avaient entendu les paroles de Jean et avaient suivi Jésus, était André, le frère de Simon Pierre. 41La première personne que rencontra André fut son frère Simon ; il lui dit : « Nous avons trouvé le *Messie. »

– Ce mot signifie « Christ ».

42Et il conduisit Simon auprès de Jésus.

Jésus le regarda et dit :

«Tu es Simon, le fils de Jean ; on t’appellera Céphas. »

Ce nom signifie «Pierre ».

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires de

"la Bible expliquée"

avec les autorisations de l'éditeur

 

 

Samuel, Livre 1

ch 3, v. 3 à 19

 

Silence et parole de Dieu (3.1-10)

Par contraste avec le chap.2,où domine le péché des hommes, ce nouveau récit montre Dieu intervenant dans le silence de la nuit et s’adressant à un Samuel encore adolescent.

 

Dieu n’a donc pas oublié son peuple.

Alors que les deux fils d’Héli n’écoutent que leur ventre, Samuel écoute la voix de Dieu.

 

La vocation de Samuel

(3.10-20)

 

Samuel vit au sanctuaire de Silo et c’est dans ce cadre qu’il va faire une expérience spirituelle décisive.

 

Le vieux prêtre Héli aidera Samuel à discerner l’authentique voix du Seigneur.

 

Même si sa mère l’a consacré à Dieu, Samuel n’a pas encore reçu de mission particulière.

 

Ici, Dieu l’appelle et le jeune Samuel est accrédité comme «prophète».

 

Sa mission sera redoutable : dénoncer le péché de la famille d’Héli et annoncer la fin du sacerdoce de Silo.

 

Le coffre sacré

Le coffre sacré, aussi appelé « l’arche de l’alliance »,

était une caisse en bois d’acacia

recouverte d’or, conservée au sanctuaire de Silo.

 

Il contenait essentiellement deux tablettes de pierre

 

sur lesquelles étaient inscrits

 

les dix commandements.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

I Corinthiens

6, 13 à 20

Une vraie liberté (6.12-14)

Certains chrétiens de Corinthe,

au nom de l’Évangile,

s’appuient sur la devise « tout est permis » pour revendiquer une liberté totale.

 

 

Paul ne récuse pas la liberté d’user de tout ce qui est disponible,

mais il rend attentif au risque d’asservissement et de dépendance.

 

 

Membres du corps du Christ

(6.15-20)

 

Paul utilise volontiers l’image du corps pour illustrer

l’union du croyant au Christ

(12.12-31; Rom 12.4-5) :

 

puisque les chrétiens sont membres

de ce corps,

 

l’union à une prostituée est impensable.

 

Paul décrit en d’autres termes la réalité du chrétien :

 

son corps est habité par l’Esprit Saint.

 

Or, dans la

culture juive,

le corps ne désigne pas seulement la partie visible

de la personne,

 

mais la totalité de l’être humain

 

avec ses caractéristiques physiques, intellectuelles et affectives.

 

 

 

Jean 1

35 à 42

 

 

Le Christ, Messie offert au monde (1.29-34)

En référence à l’agneau offert en sacrifice le jour de la Pâque juive,

 

l’Agneau de Dieu représente ici

 

celui que Dieu choisit pour libérer le monde de l’esclavage,

de l’égoïsme,

et du sentiment de suffisance.

 

Il offre à celui qui le reçoit une liberté nouvelle,

la possibilité d’entrer dans la plénitude de vie

que le Créateur a voulue pour lui.

 

Être « baptisé dans le Saint-Esprit », c’est laisser sa vie être poussée par l’Esprit de Dieu, comme un voilier sur l’océan.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires de

Jean Charles Thomas

 

Samuel, Livre 1

ch 3, v. 3 à 19

 

Nous sommes aux environs des années 1040 avant notre ère. Le rédacteur du Livre va souligner les qualités de Samuel ( en hébreu: Son nom est El), l'enfant demandé à Yahvé par Anne la stérile, épouse d'Elqana. Il a été voué par sa mère au service du sanctuaire de Silo.

Héli en est le prêtre:

l'arche d'alliance y réside, faisant de Silo le sanctuaire le plus important, au coeur de la Samarie.

*

- Samuel garde l'oreille attentive aux paroles venant de Yahvé. Il répond sans hésiter "Me voici" dès qu'il pense que Yahvé parle.

- Samuel n'est pas prêtre, mais il sert Yahvé en totale fidélité, à la différence des deux jeunes prêtres que sont les fils d'Héli.

- C'est à Samuel que Yahvé fait connaître ses pensées, lui donnant mission de travailler à les mettre en oeuvre et à les faire comprendre de tout le peuple.

- La suite du Livre montrera Samuel comme l'homme influent capable d'installer Saül comme premier roi d'Israël, puis David.

 

- Samuel est ainsi présenté comme le Fidèle qui parle au Nom de Yahvé: il en est le prophète, l'interprète.

Il va conduire le peuple,

réveiller sa spiritualité.

 

Une ère nouvelle commence avec Samuel,

car, "la parole de Yahvé était rare en ces jours-là, la vision n'était pas chose courante".

*

Plusieurs expressions du livre deviendront célèbres et seront reprises par d'autres rédacteurs bibliques:

- Le "Me voici"

- L'appel du Seigneur qui retentit "trois fois"

- "Yahvé était avec lui

et ne laissa sans effet aucun de ses paroles"

 

- quant au petit Samuel, " il grandissait en taille et en beauté devant le Seigneur et aussi devant les hommes".

 

Le Siracide fait le portrait de Samuel

(Siracide, ou Ecclésiastique,

46, 13-20)

"13 Samuel fut aimé de son Seigneur.

Comme prophète du Seigneur,

il établit la royauté

et donna l’onction aux chefs de son peuple.

14 Il fut juge dans l’assemblée

selon la loi du Très-Haut,

et le Seigneur a visité Jacob.

15 Par sa fidélité il s’est montré vrai prophète

et, par ses oracles,

il fut reconnu digne de foi dans ses visions.

16 Il invoqua le Seigneur, le Puissant,

quand les ennemis le pressaient de toute part

et il offrit un agneau de lait.

17 Le Seigneur tonna du haut du ciel et,

dans un grand fracas, fit entendre sa voix ;

18 il extermina les chefs ennemis

et tous les princes des Philistins.

19 Avant le moment du repos éternel,

Samuel prit à témoin le Seigneur

et celui à qui il avait donné l’onction ;

il déclara :

« Je n’ai jamais pris le bien de qui que ce soit, pas même une paire de sandales »,

et personne ne l’accusa.

20 Même après s’être endormi,

il prophétisa encore pour annoncer

au roi sa fin prochaine ;

du sein de la terre,

il éleva une voix prophétique

afin que soit effacée la faute du peuple."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

I Corinthiens

6, 13 à 20

 

Paul connaît l'ambiance

dans laquelle vivent les gens de Corinthe:

laxisme pouvant aller jusqu'à la débauche physique.

 

Il propose un discernement en plusieurs point:

1. Bien des choses sont permises, notamment en matière de nourriture: mais tout n'est pas profitable, tout ne fait pas du bien. En tenir compte.

2. Certes notre corps nous appartient: c'est le nôtre. Mais nous sommes également les membres d'un autre corps, celui du Seigneur, son corps spirituel.

L'Esprit de Dieu nous habite.

Ceci invite à réfléchir avant de faire n'importe quoi de notre corps. Par exemple, pratiquer la prostitution, c'est en quelque sorte livrer à l'immoralité le membre du corps spirituel que nous sommes avec le Christ et avec les autres. Nous ne pouvons pas prendre cette liberté.

Dès lors que nous sommes

membres du corps du Christ,

nous lui appartenons d'une certaine manière

et nous devons en tenir compte.

Paul développera plus longuement cette comparaison du Corps dans la suite de sa lettre (12, 12 à 27) mais dans un autre contexte.

 

 

Paul utilise deux raisonnements

pour inviter les Corinthiens à considérer leur être corporel avec dignité:

1. son rapport avec le Christ,

dans le symbolisme de l'amour conjugal,

élément de relation

2. son rapport avec l'Esprit de Dieu,

dans le symbolisme du Temple,

du Saint des Saints, lieu habité.

Paul veut ainsi lutter, entre autres,

contre les relations du type prostitution,

dans lesquelles seul est impliqué le sexe

alors qu'il doit exprimer

l'amour vraiment humain

impliquant toute la personne;

affectivité,

coeur,

esprit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean 1

35 à 42

 

La mémoire d'un témoin L'auteur du quatrième évangile est probablement l'un des deux hommes du récit. Avec André (de Galilée) il cherche près de Jean Baptiste une vision approfondie du Judaïsme. Le Baptiste, prédicateur très ouvert lui aussi, leur montre Jésus, homme de Galilée,

en le qualifiant d'Agneau de Dieu:

l'agneau pascal, celui qui libère,

celui que tout cet évangile désignera

comme le véritable Agneau

de la Grande Libération de l'Humanité.

Ces deux hommes ont le coeur touché:

ils suivent Jésus dont la première interrogation porte sur ce qu'ils cherchent.

 

Observons ce qui a joué dans la rencontre avec le Christ

et la découverte de sa personnalité

de Messie en hébreu,

Christ en grec,

Oint en français (inutilisé en raison des déformations à l'écoute):

1. Jean le baptiseur a vu et entendu les signes du ciel (décrits comme colombe et voix)

invitant à voir en Jésus de Nazareth

plus qu'un humain ordinaire.

Il a fait confiance à ces signes.

2. Jean a relié ces signes à ce que disait la Bible sur la libération de l'esclavage

vécu jadis par le peuple hébreu en Egypte.

Il a conclu que Jésus était comme l'Agneau pascal , lié à une libération venant de Dieu.

3. Jean a désigné Jésus, le décrivant comme

ayant reçu l'onction de libérateur, de messie

- et capable de plonger (baptiser)

les humains dans une relation directe

avec l'Esprit de Dieu.

4. André et un autre disciple

font confiance à Jean et

"suivent" Jésus

(mot ayant deux sens: marcher derrière quelqu'un physiquement - accompagner quelqu'un en devenant disciple).

5. Jésus invite à "demeurer" avec lui,

à passer du temps à ses côtés,

à l'écouter, à discerner son engagement spirituel profond.

6. André ne garde pas pour lui seul cette découverte de Jésus de Nazareth.

Il en parle à son frère Simon , (tout comme lui "bar Yonah", "fils de Yonah" dont le nom signifie colombe en hébreu)

7. Et Simon accepte de rencontrer Jésus

qui lui donne un nouveau nom:

Képha, qui veut dire pierre:

déjà se profile la mission que Jésus lui confiera plus tard.

***

Dans toute évangélisation nouvelle il y a ces éléments:

- des personnes qui disent leurs convictions profondes sur Jésus

- d'autres qui y attachent de l'importance

- et surtout la rencontre personnelle d'esprit et de coeur avec Jésus, le Christ,

libérateur mis à mort et ressuscité,

toujours Vivant et accessible

à tous ceux qui lui donnent leur Foi

dans un Amour plein d'Espérance.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© Copyright 2015. All Rights Reserved