sixiemedim

Les textes et leurs commentaires

Traduction de "la Bible expliquée" dans la colonne de GAUCHE -Commentaires de "la Bible expliquée" dans la colonne du CENTRE- Commentaires de Jean Charles Thomas dans la colonne de DROITE.

Impression papier des commentaires: très facile. Les trois colonnes sont formatées pour tenir sur une feuille classique format A4. Demandez à votre imprimante les pages, de 2 à la fin (la page 1 n'est pas utile, elle donne seulement les titres, photos et boutons de navigation)

Si vous avez seulement besoin d'un petit passage,sélectionnez-le avec la souris et reportez-le dans un document word ou open office et imprimez-le ou envoyez-le dans un mail.

 

 

Vous pouvez lire également sur votre SMARTPHONE, PORTABLE.

Les colonnes ne seront pas juxtaposées.

Défileront d'abord les TRADUCTIONS,

puis les Commentaires de la BIBLE EXPLIQUEE,

et enfin les COMMENTAIRES de Jean Charles THOMAS

Accepter sa Mission pour le Bien de Tous

Rupnick, mosaïque

Traduction en Français courant de

"la Bible expliquée"

avec les autorisations de l'éditeur

 

 

Josué 24

1 à 28

 

Israël décide de servir

le Seigneur

1Josué réunit à Sichem *l’assemblée de toutes les tribus d’Israël. Il convoqua les *anciens, les chefs, les juges et les officiers d’Israël, et ils vinrent se présenter devant Dieu. 2Alors Josué dit à tous : «Voici ce que déclare le Seigneur, Dieu d’Israël : “Autrefois, vos ancêtres étaient établis de l’autre côté de l’Euphrate, le grand fleuve, et ils adoraient des dieux étrangers. C’était la famille de Téra, le père d’Abraham et de Nahor. 3J’ai fait sortir votre ancêtre Abraham du pays situé de l’autre côté de l’Euphrate ; je l’ai conduit à travers tout le pays de *Canaan et je lui ai accordé une nombreuse descendance. Je lui ai donné Isaac 4et à Isaac j’ai donné Jacob et .saü. J’ai attribué la région montagneuse de Séir à .saü pour qu’il s’y installe, mais Jacob et ses fils se rendirent en Égypte. 5Plus tard, j’ai envoyé *Moïse et Aaron et j’ai infligé divers fléaux à l’Égypte avant d’en faire sortir votre peuple. 6Une fois partis d’Égypte, vos ancêtres arrivèrent à la *mer des Roseaux, mais les Égyptiens les poursuivirent jusque-là avec des chars et des cavaliers. 7Alors ils m’appelèrent à l’aide et je plaçai une colonne de fumée entre votre peuple et les Égyptiens. Puis je rabattis sur ceux-ci l’eau de la mer et elle les recouvrit. Vous savez bien comment j’ai traité les Égyptiens ! Après cela, votre peuple a vécu pendant très longtemps dans le désert. 8Ensuite je vous ai conduits dans le pays des *Amorites, installés à l’est du Jourdain. Ils vous ont attaqués mais je les ai livrés en votre pouvoir ; vous avez pu conquérir leur pays, car je les ai exterminés à votre approche. 9Le roi de Moab, Balac, fils de Sippor, vous a également attaqués. Il fit même appeler Balaam, fils de Béor, pour qu’il vienne vous maudire. 10Mais j’ai refusé d’écouter Balaam, qui dut vous bénir et je vous ai délivrés ainsi du pouvoir de Balac. 11Vous avez traversé le Jourdain et vous êtes parvenus à Jéricho. Les habitants de Jéricho combattirent contre vous, de même que les Amorites, les Perizites, les *Cananéens, les Hittites, les Guirgachites, les Hivites et les Jébusites. Je les ai tous livrés en votre pouvoir. 12J’ai envoyé devant vous des frelons qui mirent en fuite les deux rois amorites. Vos épées et vos arcs ne furent pour rien dans tout cela ! 13Ainsi je vous ai donné un pays que vous n’aviez pas eu la peine de cultiver, des villes que vous n’aviez pas bâties mais que vous occupez, des vignes et des oliviers que vous n’aviez pas plantés mais dont vous mangez les fruits.” » 14Et Josué ajouta : «A vous maintenant de reconnaître l’autorité du Seigneur pour le servir de tout votre coeur, avec fidélité. Débarrassez- vous des dieux que vos ancêtres adoraient quand ils étaient de l’autre côté de l’Euphrate ou en Égypte, et mettez-vous au service du Seigneur. 15Si cela ne vous convient pas, alors choisissez aujourd’hui les dieux auxquels vous rendrez votre culte: par exemple ceux que vos ancêtres adoraient de l’autre côté de l’Euphrate, ou ceux des Amorites dont vous habitez le pays. Mais ma famille et moi, nous servirons le Seigneur.» 16Le peuple répondit : « Il n’est pas question que nous abandonnions le Seigneur pour nous mettre au service d’autres dieux ! 17Car c’est le Seigneur notre Dieu qui nous a arrachés, nos pères et nous, à l’esclavage d’Égypte, et nous savons les grands *miracles qu’il a faits alors. C’est lui qui nous a protégés tout le long du chemin que nous avons parcouru et au milieu de tous les peuples dont nous avons traversé le territoire. 18C’est lui qui a repoussé devant nous tant de peuples, en particulier les Amorites qui vivaient dans ce pays. Nous donc aussi nous servirons le Seigneur, car c’est lui qui est notre Dieu. »

19Alors Josué dit au peuple : «Vous ne serez pas capables de servir le Seigneur. C’est le vrai Dieu et il exige d’être votre seul Dieu. Il ne supportera ni vos révoltes ni vos fautes. 20Si vous l’abandonnez pour adorer des dieux étrangers, il se retournera contre vous, vous fera du mal et vous exterminera, après vous avoir fait tant de bien. » – 21« Mais non, répondit le peuple, c’est bien le Seigneur que nous servirons.» 22Josué reprit : «Vous êtes donc vos propres témoins : vous avez choisi vous-mêmes de servir le Seigneur. » – «Oui, déclarèrent-ils, nous en sommes témoins. » – 23«Alors, dit Josué, débarrassez-vous des dieux étrangers qui se trouvent chez vous et attachez-vous de tout votre coeur au Seigneur, le Dieu d’Israël. » 24Le peuple lui répondit : « Oui, nous voulons servir le Seigneur notre Dieu et obéir à ses ordres. » 25Ce jour-là, à Sichem, Josué lia le peuple par un engagement solennel. Il établit pour le peuple une loi et des règles de conduite, 26et les inscrivit dans le livre de la loi de Dieu. Puis il prit une grande pierre et la dressa sous le chêne, au sanctuaire du Seigneur. 27Il dit ensuite au peuple : « Regardez bien cette pierre : elle servira de témoin à notre sujet, car elle a entendu toutes les paroles que le Seigneur nous a dites. Oui, elle sera un témoin contre vous pour vous empêcher d’être infidèles à votre Dieu. » 28Alors Josué congédia l’assemblée et chacun retourna dans la part de terre qui lui revenait.

Ephésiens 5

21 à 32

 

Femmes et maris

21Soumettez-vous les uns aux autres à cause du respect que vous avez pour le *Christ. 22Femmes, soyez soumises à vos maris, comme vous l’êtes au Seigneur. 23Car le mari est le chef de sa femme, comme le Christ est le chef de *l’Église.

Le Christ est en effet le Sauveur de l’Église qui est son corps. 24Les femmes doivent donc se soumettre en tout à leurs maris, tout comme l’Église

se soumet au Christ.

25Maris, aimez vos femmes tout comme le Christ a aimé l’Église jusqu’à donner sa vie pour elle. 26Il a voulu ainsi rendre l’Église digne d’être à Dieu, après l’avoir *purifiée par l’eau et par la parole ; 27il a voulu se présenter à lui-même l’Église dans toute sa beauté, pure et sans défaut, sans tache ni ride ni aucune

autre imperfection.

28Les maris doivent donc aimer leurs femmes comme ils aiment leur propre corps. Celui qui aime sa femme s’aime luimême. 29En effet, personne n’a jamais haï son propre corps ; au contraire, on le nourrit et on en prend soin, comme le Christ le fait pour l’Église, 30son corps, dont nous faisons tous partie. 31Comme il est écrit : « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère pour s’attacher à sa femme, et les deux deviendront un seul être.»

 

32Il y a une grande vérité cachée dans ce passage. Je dis, moi, qu’il se rapporte

au Christ et à l’Église.

33Mais il s’applique aussi à vous : il faut que chaque mari aime sa femme comme lui-même, et que chaque femme respecte son mari.

 

Jean 6

60 à 69

Les paroles de la

vie éternelle.

60Après avoir entendu Jésus, beaucoup de ses *disciples dirent : «Là, il exagère ! Comment admettre un tel discours ?»

61Jésus s’aperçut que ses disciples le critiquaient à ce sujet. C’est pourquoi il leur dit : «Cela vous choque-t-il ? 62Qu’arrivera-t-il alors si vous voyez le *Fils de l’homme monter là où il était auparavant? 63C’est *l’Esprit de Dieu qui donne la vie; l’homme seul n’aboutit à rien. Les paroles que je vous ai dites sont Esprit et vie. 64Mais quelques-uns parmi vous ne *croient pas.»

 

En effet, Jésus savait depuis le commencement qui étaient ceux qui ne croyaient pas et il savait qui allait le trahir.

65Il ajouta :

«Voilà pourquoi je vous ai dit que personne ne peut venir à moi si le Père ne lui en a pas donné la possibilité. »

 

66Dès lors, beaucoup de ses disciples se retirèrent et cessèrent d’aller avec lui.

67Jésus demanda alors aux *douze disciples :

«Voulez-vous partir,

vous aussi ?»

68Simon Pierre lui répondit :

« Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles qui donnent la vie éternelle. 69Nous le croyons, nous le savons : tu es le Saint envoyé de Dieu. »

 

70Jésus leur répondit :

« Ne vous ai-je pas choisis vous les *douze ? Et pourtant l’un de vous est un *diable !»

71Il parlait de Judas, fils de Simon Iscariote.

Car Judas, quoiqu’il fût un des douze disciples, allait le trahir.

 

 

 

 

 

Choisir un dimanche

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires de

"la Bible expliquée"

avec les autorisations de l'éditeur

 

Josué 24

1 à 28

 

 

L’engagement solennel de Sichem (24.1)

En rupture avec le chapitre précédent, le chap. 24 montre les tribus rassemblées à Sichem, pour entendre Josué leur proposer

un choix décisif :

servir le Seigneur ou servir les autres dieux.

 

Au peuple de répondre.

 

Sichem, dans le territoire de Manassé, est une ville qui a joué un rôle important dans l’histoire d’Israël.

Elle sera même la première capitale du royaume du Nord.

 

Un peuple et un Dieu toujours en marche (24.2-13)

 

Josué récapitule l’histoire comme une série de voyages et de traversées : le pays de Canaan,l’Égypte, la mer des Roseaux, le désert, le pays des Amorites, le Jourdain

 

A chacun de ces passages de frontière qui font naître le peuple, le Seigneur est là, fidèle, qui l’accompagne.

 

L’alternance de «vous», «votre peuple », « vos ancêtres » permet d’inclure dans l’aventure à la fois les générations passées et présentes.

 

Chacun est incité à revivre ces événements comme s’il y était présent.

 

Servir le Seigneur ou les autres dieux ? (24.14-24)

 

Demeurer esclave avec les dieux restés «de l’autre côté » ou servir le Seigneur ?

 

Voilà l’alternative proposée par Josué dans un dialogue mouvementé.

 

En hébreu, « service » et «esclavage» sont exprimés par un même mot.

Josué pousse le peuple jusque dans ses derniers retranchements,

pour que chacun puisse dire comme lui :

«ma famille et moi, nous servirons le Seigneur » (v. 15).

 

Une pierre témoin qui entend (24.27)

 

Le dernier geste de Josué consiste à ériger une pierre, peut-être inscrite, comme témoin durable des engagements pris,car cette pierre a entendu toutes les paroles du Seigneur.

 

Dans le livre de Josué les pierres servent souvent de témoin : c’est le cas pour les douze pierres du Jourdain, déposées à Guilgal (4.20), pour les pierres sur lesquelles Josué grave une copie de la loi de Moïse (8.32), enfin pour l’autel construit par les tribus de l’est afin de servir de témoin (22.34).

 

La guerre est finie (24.28)

 

Josué a terminé son mandat. Il ne désigne pas de successeur.

Chacun rentre chez soi.Il n’y a plus de chef en Israël.

Une nouvelle période va commencer avec les Juges.

 

 

 

 

Ephésiens 5

21 à 32

Un idéal pour maris et femmes

(5.21-33)

 

En référence aux images bibliques de l’alliance d’amour entre Dieu et son peuple et de Jésus donnant sa vie pour l’Église,

les maris sont invités à aimer leur femme sans domination,

et les femmes à accueillir leur amour.

 

 

Maris et femmes vivront alors une vraie solidarité selon le projet de Dieu.

 

 

L’amour de Dieu ainsi vécu au fil des jours les construit et les sauve.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean 6

60 à 69

 

Déformer, récuser

ou croire?

(6.60-71)

 

Ceux qui s’intéressent à l’enseignement de Jésus se partagent selon deux attitudes.

 

La plupart ne comprennent rien à ce que Jésus vient d’exprimer en demandant de « manger sa chair et de boire son sang».

Ils vont rester sur ce malentendu

et quittent Jésus dont le message leur apparaît trop mystérieux

ou trop exigeant.

 

 

A l’opposé,

Simon Pierre affirme sa foi au nom des douze disciples et il confesse que Jésus est bien envoyé par Dieu pour donner la vie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Site,

page d'accueil

Commentaires de

Jean Charles Thomas

 

Josué 24

1 à 28

Le rédacteur du livre de Josué nous fait comprendre sa perspective. Il compare Josué à Moïse, le serviteur à celui qui fut son formateur et maître.

Connaissant par la mémoire orale du peuple d'Israël un certain nombre de souvenirs plus ou moins vérifiés ou vérifiables, il les assemble à partir de ce parallèle entre Moïse et son successeur.

"Je serai avec toi comme j'ai été avec Moïse; je ne te délaisserai pas, je ne t'abandonnerai pas! Sois fort et courageux, car c'est toi qui vas donner à ce peuple, comme patrimoine, le pays que j'ai juré à leurs pères de leur donner."(Jos 1, 6). Josué traverse le Jourdain, circoncit le peuple à Guilgal, célèbre la Pâque en Canaan, s'empare de Jéricho, mène des combats , fait des alliances politiques, partage le pays entre les douze tribus.

Il dévoile ses dernières volontés (son testament) et termine sa mission en présidant l'aliiance solennelle

à Sichem en Samarie.

Il s'efforce d'enraciner la juste façon de vivre : donner à Dieu la première place, renoncer à l'idolâtrie persistante et au syncrétisme avec les religions

des autres habitants du pays.

Dans ce lieu saint, rempli du souvenir des Patriarches Jacob (Gn 33, 18-20) et Joseph, Josué a déjà bâti un autel à YHWH

sur le mont Ebal.

Il a écrit une copie de la Loi de Moïse :

il en a lu toutes les bénédictions et malédictions en présence de l'arche d'alliance et de tout le peuple réparti par moitié vis-à-vis du mont Ebal

et du mont Garizim (Jos 8, 30-35).

 

L'esprit du Deutéronome plane sur cette nouvelle proclamation de l'Alliance.

Selon ce livre, le Deutéronome, avant l'entrée dans la terre promise, Moïse avait amplement commenté la relation de Yahvé avec le peuple qu'il avait choisi, libéré et éduqué au désert ( Dt 29 et 30,

avant de mourir, Dt 34) ).

Josué l'imita (Jos 23 et 24, avant de mourir, Jos 24, 29 à 33)

Après le retour d'exil, Esdras fit de même , en rappelant la façon dont le peuple avait respecté, oublié ou violé l'alliance (Néhémie, 8)

La Samaritaine évoquera devant Jésus le culte sur le mont Garizim, preuve qu''il a durablement marqué la mentalité des gens de Samarie (Jn 4, 20-24).

 

Le récit dramatise la question : allez-vous, oui ou non, choisir de respecter l'Alliance ? Réfléchissez bien.

Depuis Abraham la même question est posée: les grands Ancêtres ont servi Yahvé loyalement. Etes-vous prêts à les imiter ?

 

Pour ma part, affirme Josué, moi et ma maison nous servirons Yahvé. - « Loin de nous d'abandonner Yahvé pour servir d'autres dieux ! » Nous devons tout à Yahvé, à commencer par la liberté.

- Josué insiste : « Vous n'arriverez pas à servir Yahvé », tellement il est saint et exigeant. -« C'est Yahvé, notre Dieu, que nous servirons et c'est sa voix

que nous écouterons ».

-« Cette grande pierre dressée sous le térébinthe dans le sanctuaire de Yahvé servira contre nous de témoignage, car elle a entendu toutes les paroles que Yahvé nous a adressées : elle servira contre vous de témoignage pour vous empêcher de renier votre Dieu ».

 

Telle sera la dernière parole

de Josué avant de mourir.

On ensevelira les ossements de Joseph à Sichem dans la parcelle de champ que Jacob avait achetée (Gen 33,18-20).

 

Ainsi prend fin le récit des interventions historiques de Yahvé en faveur du petit peuple qu'il a choisi et comblé, depuis Abraham jusqu'à l'installation en Terre promise. Yhwh a tenu toutes ses promesse.

 

Les prochains livres bibliques diront comment le peuple ne cessera d'osciller entre fidélité, reniements, malheurs, appels lancés vers Dieu, et conversion.

L'histoire du peuple de Yhwh peut servir de trame pour décrypter l'histoire spirituelle d'un grand nombre de croyants, d'Abraham jusqu'à la fin des temps.

Notre histoire personnelle aussi ?

 

Ephésiens 5

21 à 32

 

Dans les relations interpersonnelles

chacun doit prendre sa juste place.

Ni dominateur, ni dominé, le disciple doit imiter le Christ, conscient de sa dignité et plein de respect envers le Père : c'est cela que décrit le verbe « se soumettre ».

 

Ainsi l'épouse par rapport à son mari.

Par contre, Paul innove considérablement par rapport à l'univers machiste de son temps.

Il répète aux époux qu'ils doivent « aimer » leurs épouses : aimer d'agapè, à la façon du Christ par rapport à l'humanité ou par rapport à la communauté des croyants, l'Eglise. Il en est bien la tête ( certains traduisent le « chef », mais attention, ce mot peut couvrir des comportements déviants) : il en assume les responsabilités, protection, prévoyance, gouvernement, soutien.

Mais c'est avec amour d'agapè qu'il remplit ces fonctions : il cherche en priorité le bien et le bonheur de ceux qu'il conduit, même si cela lui impose des choix difficiles, même s'il n'en reçoit peu de reconnaissance.

Le Christ aima sans jamais asservir personne .

Il sut équilibrer sens du service et sens des responsabilité, sens des exigences et pratique du pardon.

Tel est l'exemple que Paul propose aux hommes chrétiens vis-à-vis de leurs épouses.

Il y voit un grand « secret à découvrir » (c'est cela un mystère) et à mettre en pratique.

Tel doit être le cœur de toute spiritualité conjugale chrétienne.

Un Amour plénier entre deux personnes d'égale dignité, deux personnes développant entre elles toutes les composantes de l'amour, eros, amitié, empathie, agapè, miséricorde, compassion et pardon.

Beaucoup de commentaires ont déformé ces lignes en traduisant mal le verset 22 : par le mot "sacrement" ( en se référant au latin "sacramentum": ils appliquent à ce passage toute la théologie sacramentaire du douzième siècle à laquelle, évidemment, Paul ne pense pas un seul instant) .

En réalité, Paul choisit le mot grec "musterium" (mystère, secret à découvrir).

D'autres oublient les affirmations fortes des versets 23 à 32 sur le véritable attachement amoureux de l'époux envers son épouse, conformément à l'intention du Créateur dès la première page de la Bible.(Gn 2,24).

 

D'autres enfin ne citent même pas le verset 33 qui conclut le passage: "Pour en revenir à vous, chacun doit aimer sa propre femme comme lui-même, et la femme doit avoir du respect pour son mari"

Retenons enfin le nombre de "comme", "de même que" : évitons les équivalences absolues,

du genre: l'époux est le Christ,

l'épouse est l'Eglise.

 

 

Jean 6

60 à 69

 

Selon son habitude après les discours de Jésus faisant débat, l'évangéliste mentionne les prises de position des auditeurs.

Jésus fait d'abord un constat:

- certains murmurent, étonnés, à la limite du scandale. Ils interprètent mal les mots choisis par Jésus : Pain de Ciel, chair sang à consommer comme source de Vie. Ils n'en comprennent pas le sens spirituel, mystique, symbolique.

- d'autres cessent de croire, perdant confiance en la parole de ce Maître qui les enthousiasmait jusqu'à présent.

- Beaucoup le quittent : première grande crise de rejet envers le compatriote Galiléen se présentant comme un proche de Dieu à titre exceptionnel.

A l'origine de ce rejet ? Un manque de foi envers un Dieu ayant l'Amour d'un Père envers son Fils. Devant ces désertions,

 

Jésus s'adresse aux Douze :

- « Et vous ? Voulez-vous aussi vous en aller? »

- Simon-Pierre répond Non, ne sachant quel autre Maître ils pourraient suivre.

Il proclame que Jésus est le Saint de Dieu et que ses paroles donnent la vie éternelle.

- Jésus conclut qu'il les a tous choisis, eux, les Douze , et pourtant que l'un d'eux le livrera, Judas de Simon Iscariote.

 

Selon l'évangéliste Jésus va désormais poursuivre son ministère en Galilée, malgré le désenchantement produit par le discours sur le pain de vie.

Il montera en Judée dans six mois seulement pour la fête des Tentes.

Certains Judéens cherchent en effet à le tuer.

Les chapitres 7 et 8 vont expliquer comment les Autorités religieuses de Jérusalem commencent à instruire le procès de Jésus

 

 

 

 

Nombreux compléments proposés par F. Laurent sur son site "Lumière de la Parole" pour ce dimanche de l'année B.

http://www.lumieredelaparole.org/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© Copyright 2015. All Rights Reserved