sixiemedim

Les textes et leurs commentaires

Traduction de "la Bible expliquée" dans la colonne de GAUCHE -Commentaires de "la Bible expliquée" dans la colonne du CENTRE- Commentaires de Jean Charles Thomas dans la colonne de DROITE.

Impression papier des commentaires: très facile. Les trois colonnes sont formatées pour tenir sur une feuille classique format A4. Demandez à votre imprimante les pages, de 2 à la fin (la page 1 n'est pas utile, elle donne seulement les titres, photos et boutons de navigation)

Si vous avez seulement besoin d'un petit passage,sélectionnez-le avec la souris et reportez-le dans un document word ou open office et imprimez-le ou envoyez-le dans un mail.

 

 

Vous pouvez lire également sur votre SMARTPHONE, PORTABLE.

Les colonnes ne seront pas juxtaposées.

Défileront d'abord les TRADUCTIONS,

puis les Commentaires de la BIBLE EXPLIQUEE,

et enfin les COMMENTAIRES de Jean Charles THOMAS

Accepter sa Mission pour le Bien de Tous

Rupnick, mosaïque

Traduction en Français courant de

"la Bible expliquée"

avec les autorisations de l'éditeur

 

 

Deutéronome 18

15 à 20

Faux prophètes

et vrai prophète

9Lorsque vous aurez pénétré dans le pays que le Seigneur votre Dieu vous accordera, vous ne vous mettrez pas à imiter les pratiques abominables de ses habitants actuels. 10Qu’on ne trouve parmi vous personne qui offre son fils ou sa fille en *sacrifice, ni personne qui s’adonne à la magie ou à la divination, qui observe les présages ou se livre à la sorcellerie, 11qui jette des sorts ou qui interroge d’une manière ou d’une autre les esprits des morts. 12Le Seigneur votre Dieu a en horreur ceux qui agissent ainsi, et c’est pourquoi il va déposséder les habitants de ce pays lorsque vous arriverez. 13Pour vous, conduisez-vous de manière irréprochable à l’égard du Seigneur votre Dieu. 14Les peuples que vous allez déposséder écoutent les conseils de ceux qui pratiquent la magie ou la divination. Le Seigneur votre Dieu vous interdit d’agir ainsi. 15Il vous enverra un *prophète comme moi, Moïse, qui sera un membre de votre peuple : vous écouterez ce qu’il vous dira. 16C’est bien ce que vous avez demandé au Seigneur, le jour où vous étiez rassemblés au mont *Horeb ; vous avez dit : « Nous ne voulons plus entendre le Seigneur notre Dieu nous parler directement,

ni voir ce feu ardent !

Nous ne tenons pas à mourir !»

17Le Seigneur m’a alors déclaré : « Ce peuple a eu raison de parler ainsi. 18Je vais leur envoyer un prophète comme toi, qui sera un membre de leur peuple. Je lui communiquerai mes messages, et il leur transmettra tout ce que je lui ordonnerai. 19Si un homme ne tient pas compte des paroles que le prophète prononcera en mon nom, je le punirai moi-même. 20Mais si un prophète a l’audace de prononcer en mon nom un message que je ne lui ai pas communiqué, ou s’il parle au nom d’autres divinités, il devra être mis à mort. »

21Vous vous demanderez peut-être comment on peut reconnaître qu’un message ne vient pas du Seigneur. 22Eh bien, si un prophète annonce quelque chose au nom du Seigneur et que cela ne se réalise pas, c’est que son message ne vient pas du Seigneur. Le prophète a eu l’audace de le prononcer lui-même. Ne vous laissez pas impressionner par lui.

 

I Corinthiens 7

32 à 35

 

J’aimerais que vous soyez

libres de tout souci.

Celui qui n’est pas marié se préoccupe des affaires du Seigneur, il cherche à plaire au Seigneur ; 33mais celui qui est marié se préoccupe

des affaires du monde,

il cherche à plaire à sa femme, 34et il est ainsi partagé entre deux préoccupations.

 

De même, une femme qui n’est pas mariée ou une jeune fille se préoccupe des affaires du Seigneur, car elle désire être à lui dans tout ce qu’elle fait et pense ; mais celle qui est mariée se préoccupe des affaires du monde, elle cherche

à plaire à son mari.

35Je dis cela pour votre bien et non pour vous imposer une contrainte ; je désire que vous fassiez ce qui convient le mieux, en demeurant totalement attachés au service du Seigneur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marc 1,

21 à 28

 

L’homme tourmenté par

un esprit mauvais

(Voir aussi Luc 4.31-37)

21Jésus et ses disciples se rendirent à la ville de Capernaüm. Au jour du sabbat, Jésus entra dans la synagogue et se mit à enseigner.

22Les gens qui l’entendaient étaient impressionnés par sa manière d’enseigner ; car il n’était pas comme les *

maîtres de la loi, mais il leur donnait son enseignement

avec autorité.

 

23Or, dans cette synagogue, il y avait justement un homme tourmenté par un esprit mauvais. Il cria : 24« Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous détruire ? Je sais bien qui tu es : le Saint envoyé de Dieu !»

25Jésus parla sévèrement à l’esprit mauvais et lui

donna cet ordre :

«Tais-toi et sors

de cet homme !»

26L’esprit secoua rudement l’homme et sortit de lui en poussant un grand cri.

 

27Les gens furent tous

si étonnés qu’ils se

demandèrent

les uns aux autres :

« Qu’estce que cela ?

Un nouvel enseignement

donné avec autorité !

Cet homme commande

même aux esprits mauvais

et ils lui obéissent

 

28Et, très vite,

la renommée de Jésus

se répandit dans

toute la région de la Galilée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires de

"la Bible expliquée"

avec les autorisations de l'éditeur

 

Deutéronome 18

15 à 20

 

Le prophète

(18.9-22)

La tradition du Deutéronome met

le prophète au-dessus de tous.

Choisi directement par Dieu (v. 15), il n’entre dans aucun cadre législatif précis.

Sa fonction n’est pas une institution mais un don fait par Dieu à son peuple en vue d’établir une communication directe et privilégiée (v.17-18).

 

Moïse est le modèle par excellence du prophète. En 34.10, on constatera que la promesse d’un autre prophète semblable à lui ne s’est pas encore réalisée.

 

Le rédacteur dénonce certaines pratiques magiques, qui visent à entrer en communication avec Dieu (v.9-14 ; 2Rois 17.17).

Il envisage aussi le cas du faux prophète

(v. 20-22).

Plus que des critères qui permettraient de discerner immédiatement entre vrais et faux prophètes, le rédacteur propose l’épreuve du temps;

l’histoire montrera quelle parole a un

effet durable, alors,

on reconnaîtra le vrai prophète

(v.21; Jér 14.13-16 ; 23.9-40 ; 28.1-17).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

I Corinthiens 7

32 à 35

 

 

Pourquoi il vaut mieux ne pas être marié (7.25-40)

 

Paul sait bien que la vie de couple a des exigences.

 

 

Or, en raison de la difficulté des temps, et parce qu’il estime la fin du monde imminente, il suggère de rester, si possible, sans conjoint,

 

afin de pouvoir se concentrer sur les affaires du Seigneur.

 

Mais ce ne sont que des suggestions d’ordre pratique et non un jugement sur la supériorité du célibat par rapport au mariage.

 

Dans tout ce passage, Paul invite les croyants à user des choses et des habitudes de ce monde sans y jouer l’essentiel de leur existence.

 

 

La proximité du Royaume éclaire

les recommandations de Paul.

 

 

Marc 1,

21 à 28

 

Questions autour du sabbat

(Chap. 1–2)

 

Plusieurs épisodes de l’évangile de Marc se déroulent le jour du sabbat (1.21; 2.23 ; 3.2, etc.).

 

Les Juifs devaient s’abstenir de tout travail le samedi,

car ils célébraient le septième jour couronnant la création de Dieu

(Gen 2.2-3).

 

 

Jésus a reproché à certains de ses contemporains de

faire du sabbat

une observation trop rituelle,

d’en avoir oublié l’esprit.

 

Pour lui, le commandement du sabbat n’est pas une loi destinée à écraser l’être humain sous des contraintes,

mais à le rendre

saint et libre

(Ex 20.8-11;Marc 2.27).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires de

Jean Charles Thomas

 

Deutéronome 18

15 à 20

Connaître la volonté de Dieu n'est pas chose facile. Si Dieu aime que nous vivions selon sa volonté, encore faut-il être certain de ne pas mal interpréter ses désirs. Là précisément interviennent ceux que la Bible appelle des "prophètes".

Ce sont d'abord des croyants,

membres du peuple croyants,

affrontés aux interrogations des croyants. Particulièrement "branchés" sur Dieu,

ils demeurent attentifs à ses inspirations.

Ils donnent leur avis sur les événements, sur les orientations que prennent les peuples, leurs chefs, leurs philosophes.

Ils font des discernements et les proposent à leurs contemporains. Ils se comportent ainsi en transmetteurs de la pensée et des désirs de Dieu.

En d'autres termes, ils écoutent Dieu, et deviennent ses porte-Parole authentiques.

" Je mettrai mes Paroles dans sa bouche...Il dira tout ce que je lui prescrirai".Il engage yhwh, Il parle "au Nom de Yahvé", "dans le Nom" de Yahvé, en cohérence avec Lui.

 

. Il n'est pas tourné vers Dieu. Il trompe le Peuple.

Si ce qu'il annonce ne se réalise jamais, c'est qu'il n'est pas à l'écoute de Dieu, puisque Dieu réalise toujours ce qu'il désire.

* Jésus, en ce sens, peut être appelé Le grand Prophète , le meilleur interprète des Paroles du Père.

Il se présente comme celui qui dit au Monde, les pensées du Père qui l'a envoyé comme Lumière pour la Vie.

Jésus est La Parole de Dieu faite homme pour parler à l'Humanité. ( Jean 1; et 7, 16-19, et 8, 12-23) *

En principe, les chrétiens sont des prophètes, porte-parole de Dieu pour leurs contemporains.

Là est la source de leur authenticité. Leurs paroles, leurs discernements, avis, exhortations, paroles de consolation ou de pardon sont en cohérence avec l'Autorité de Dieu.

On ne s'instaure pas prophète pour épater ses contemporains, ou pour gagner de l'argent, ou pour impressionner les esprits faibles.

Le propre du prophète n'est pas d'abord d'annoncer l'avenir mais de rendre ses contemporains conscients de l'action de Dieu ici, maintenant. Il rend "sensible à Dieu". Il rend attentif au spirituel.

Aussi est-il souvent en décalage avec ce que disent "les opinions du moment".

Il "décoiffe", il "réveille".

Les sociétés endormies qui ronronnent ont besoin de prophètes pour se réveiller et prendre en charge leur mission. Toutes les sociétés, toutes les églises, toutes les nations sont ainsi réveillées de temps à autre par des "prophètes" qui ébranlent les certitudes qu'on croyait définitives et déclenchent des évolutions indispensables auxquelles on se refusait par paresse ou conformisme.

 

I Corinthiens 7

32 à 35

 

Paul s'efforce de répondre à diverses questions que lui ont posées des chrétiens de Corinthe. L'ensemble concerne le couple.

1. Paul distingue nettement ses opinions personnelles et les (rares) ordres exprimés par le Christ. Respectons cette distinction fondamentale. Sinon, nous déformons complètement la pensée de Paul et celle du Christ. Que d'homélies ou commentaires déformants !

2. Paul fonde ses conseils sur deux convictions.

L'histoire approche de sa fin, le temps est compté, le Seigneur est sur le point de clore l'histoire par sa venue: tel est l'horizon à regarder au lieu de s'installer dans le quotidien comme s'il devait se prolonger pendant des siècles. Ainsi pensait Paul comme beaucoup de ses contemporains. Seconde conviction: se comporter en être libre, minimiser les contraintes au maximum: le sommet de la liberté étant de garder les yeux fixés sur le Seigneur qui nous libère. D'où les célèbres "comme si..." répétés par Paul

3.La décision de se marier ou de rester célibataire, de prendre épouse ou de ne pas le faire ?

A chacun de choisir ce qui lui convient le mieux. Les deux situations sont possibles: ne pas les comparer, ne pas affirmer la supériorité de l'une sur l'autre. (v. 36 à38)

4. La femme devenue veuve peut se remarier, mais en choisissant un époux chrétien. Elle peut également ne pas se re-marier. Paul émet l'hypothèse qu'elle sera plus heureuse. Quelques années après avoir donné cet avis, Paul développera plus longuement ce qu'il conseille aux veuves, selon l'âge auquel elles sont devenues veuves . (Comparer avec I Timothée 5, 3-16: les communautés locales ont alors organisé le soutien matériel et spirituel des veuves de plus de soixante ans. Paul conseille de ne pas inscrire dans ces organismes "les veuves les plus jeunes": il préfère qu'elles se remarient)

*

Paul conclut: "C'est là mon opinion, et je pense avoir, moi aussi, l'Esprit de Dieu".

Avertissement destiné aux responsables de communautés locales: n'édictez pas d'ordres personnels comme s'ils venaient du Seigneur: restez discrets sur ces questions.

Il n'est pas inutile de rappeler qu'à cette époque la majorité des responsables de communautés étaient des gens mariés ayant une réelle expérience de la vie en couple.

A fortiori aujourd'hui doit prévaloir la plus extrême discrétion dans la mesure où les responsables ecclésiaux de l'Eglise latine romaine sont célibataires, de sexe masculin, souvent plutôt âgés: leurs discernements ne sont pas nécessairement les meilleurs !

Marc 1,

21 à 28

 

Marc présente ici la première manifestation publique de Jésus.

1. C'est un jour de sabbat, jour consacré au Seigneur. Jésus consacre cette journée à des actions "sanctifiant" le sabbat. Il en fait un jour saint.

2. Il rejoint les Juifs fidèles du village de Capharnaüm, le village qu'il a choisi, celui de ses premiers disciples, pêcheurs professionnels.

3. Il écoute la Parole de Yahvé, lue dans les Saintes Ecritures: comme un bon Juif fidèle.

4. Il prend la parole pour dire le sens des Ecritures. Il le fait à sa façon, probablement claire, simple et forte. A tel point que les gens de Capharnaüm sont étonnés, frappés, touchés, admiratifs. Marc le souligne.

5. Mais déjà surgit une question. Un homme "psychiquement malade" crie sa vérité: il sent que les choses vont changer: que la parole de Jésus va être libératrice. Il agresse verbalement:" Entre toi et moi, qu'y a-t-il de commun ? Es-tu venu pour mettre fin à notre influence?" Il proclame son interprétation: Jésus est "Le saint de Dieu", un Juste qui va déranger, un Bienfaiteur qui va guérir.

6. Jésus le fait taire: il pense que ces affirmations le concernant sont prématurées, qu'elles vont être mal comprises, détournées de leur sens.

Il libère un homme du "mauvais esprit" qui perturbait sa vie: esprit impur dit Marc, esprit de démon impur dit Luc. Cet homme ne manque pas de perspicacité:comme beaucoup de personnes perturbées relationellement, il voitclair, il ressent, il ose dire ce que les gens dits "normaux" taisent. Il discerne en Jésus et dans son enseignement l'arrivée d'une nouveauté qui va renverser la situation et retourner les esprits. Ceux-ci vont se détourner des pensées perverses, violentes. Jésus va chasser ces mauvais esprits et les remplacer par un esprit de fidélité à Yahvé, de pacification intérieure, de guérison.

Quel beau sabbat !

Nos "jours du Seigneur" devraient retrouver quelque chose des sabbats de Jésus: communion rétablie avec d'autres croyants, écoute de la Parole de Dieu, approfondissement de la Foi chrétienne et guérison des dépendances mauvaises de nos sociétés à travers l'ensemble de la Planète. Nous sommes sur-informés, trop souvent de manière déformante, essentiellement pessimiste et négative, cassant le moral.

La méditation des textes bibliques rééquilibre notre information, nos pensées, nos intentions de prière pour le monde actuel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© Copyright 2015. All Rights Reserved