troisiemedim

Les textes et leurs commentaires

Traduction de "la Bible expliquée" dans la colonne de GAUCHE -Commentaires de "la Bible expliquée" dans la colonne du CENTRE- Commentaires de Jean Charles Thomas dans la colonne de DROITE.

Impression papier des commentaires: très facile. Les trois colonnes sont formatées pour tenir sur une feuille classique format A4. Demandez à votre imprimante les pages, de 2 à la fin (la page 1 n'est pas utile, elle donne seulement les titres, photos et boutons de navigation)

Si vous avez seulement besoin d'un petit passage,sélectionnez-le avec la souris et reportez-le dans un document word ou open office et imprimez-le ou envoyez-le dans un mail.

 

 

Vous pouvez lire également sur votre SMARTPHONE, PORTABLE.

Les colonnes ne seront pas juxtaposées.

Défileront d'abord les TRADUCTIONS,

puis les Commentaires de la BIBLE EXPLIQUEE,

et enfin les COMMENTAIRES de Jean Charles THOMAS

Ecouter ce que disent l'Esprit du Seigneur

la Conscience et les événements du Monde

Traduction en Français courant de

"la Bible expliquée"

avec les autorisations de l'éditeur

 

 

Exode 16

2 à 15

 

 

La manne et les cailles 1Toute la communauté d’Israël quitta Élim; le quinzième jour du deuxième mois après la sortie d’Égypte, ils arrivèrent au désert de Sin, situé entre Élim et le mont *Sinaï. 2Là, dans le désert, les Israélites se remirent à protester contre Moïse et Aaron. 3Ils disaient : «Si seulement le Seigneur nous avait fait mourir en Égypte, quand nous nous réunissions autour des marmites de viande et que nous avions assez à manger! Mais vous nous avez conduits dans ce désert pour nous y laisser tous mourir de faim!» 4Le Seigneur dit à Moïse : « Du haut du ciel, je vais faire pleuvoir du pain sur vous. Chaque jour les gens iront ramasser leur ration de la journée. Je vous mettrai ainsi à l’épreuve pour savoir si vous obéissez ou non à mes ordres. 5Le sixième jour, quand vous préparerez ce que vous aurez ramassé, vous en trouverez le double des autres jours. » 6-8Moïse et Aaron dirent à tous les Israélites : «Ce soir, le Seigneur vous donnera de la viande à manger, car il vous a entendus protester contre lui ; vous saurez alors que c’est lui qui vous a fait sortir d’Égypte. Et demain matin, quand il vous donnera du pain en suffisance, vous verrez sa *gloire. Quant à nous, nous ne sommes même pas dignes que vous protestiez contre nous. Et si vous le faites, en réalité, c’est le Seigneur que vous attaquez. » 9Puis Moïse ordonna à Aaron: « Dis à toute la communauté d’Israël de venir se présenter devant le Seigneur, car il les a entendus protester contre lui. » 10Pendant qu’Aaron parlait à la communauté, ils se tournèrent du côté du désert et, soudain, la glorieuse présence du Seigneur se manifesta dans la fumée. 11Le Seigneur dit à Moïse : 12«J’ai entendu les protestations des Israélites. Dis-leur donc ceci de ma part : “Ce soir vous mangerez de la viande, et demain matin vous aurez du pain en suffisance ; ainsi vous saurez que moi, le Seigneur, je suis votre Dieu.” » 13En effet, le soir, des cailles arrivèrent et se posèrent sur tout le camp; et le matin, tout autour du camp, il y avait une couche de rosée. 14Lorsque la rosée s’évapora, quelque chose de granuleux, fin comme du givre, restait par terre. 15Les Israélites le virent, mais ne savaient pas ce que c’était, et ils se demandèrent les uns aux autres : « Qu’est-ce que c’est ?» Moïse leur répondit : « C’est le pain que le Seigneur vous donne à manger. 16Et voici ce que le Seigneur a ordonné : “Que chacun en ramasse la ration qui lui est nécessaire ; vous en ramasserez environ quatre litres par personne, d’après le nombre de personnes vivant sous la même tente.” » 17Les Israélites agirent ainsi ; ils en ramassèrent, les uns beaucoup, les autres peu. 18Mais lorsqu’ils en mesurèrent la quantité, ceux qui en avaient beaucoup n’en avaient pas trop, et ceux qui en avaient peu n’en manquaient pas. Chacun en avait la ration nécessaire. Règles diverses concernant la manne 19Moïse leur dit encore : « Que personne n’en mette de côté pour demain matin.» 20Mais certains désobéirent et en conservèrent jusqu’au matin ; la vermine s’y mit et rendit le tout infect. Alors Moïse se mit en colère contre eux. 21Dès lors, chaque matin, ils en ramassèrent leur ration quotidienne. Quand le soleil devenait chaud, le reste fondait. 22Le sixième jour, ils en ramassèrent une double ration, environ huit litres par personne. Les responsables de la communauté allèrent l’annoncer à Moïse, 23qui leur dit : « C’est bien ce que le Seigneur a ordonné. Demain, c’est le *sabbat, jour de repos consacré au Seigneur. Cuisez ce que vous voulez cuire, faites bouillir ce que vous voulez bouillir, et gardez le surplus jusqu’à demain matin. » 24Ils en mirent donc de côté pour le lendemain, selon les instructions de Moïse, et il n’y eut ni puanteur ni vermine. 25«Mangez cela aujourd’hui, leur dit alors Moïse. Car aujourd’hui, c’est le sabbat en l’honneur du Seigneur ; vous ne trouveriez rien dehors.

 

 

 

 

 

 

Ephésiens 4

17 à 24

 

 

La vie nouvelle des chrétiens 17Voici donc ce que je vous demande avec insistance au nom du Seigneur : ne vous conduisez plus comme les païens que leurs pensées mènent au néant. 18Ils refusent de comprendre ; ils n’ont aucune part à la vie qui vient de Dieu, parce qu’ils sont complètement ignorants et profondément endurcis. 19Ils ont perdu tout sentiment de honte ; ils se sont livrés au vice et commettent sans aucune retenue toutes sortes d’actions *impures. 20Ce n’est pas là ce que vous avez appris au sujet du *Christ ! 21Vous avez certainement entendu tout ce qui le concerne, et on vous a enseigné, en tant que chrétiens, la vérité qui est en Jésus. 22Vous devez donc, en renonçant à votre conduite passée, vous débarrasser de votre vieille nature que ses désirs trompeurs mènent à la ruine. 23Il faut vous laisser complètement renouveler dans votre coeur et votre esprit. 24Revêtez-vous de la nouvelle nature, créée à la ressemblance de Dieu et qui se manifeste dans la vie juste et sainte qu’inspire la vérité. 25C’est pourquoi, rejetez le mensonge! Que chacun dise la vérité à son prochain, car nous sommes tous membres d’un même corps. 26Si vous vous mettez en colère, ne *péchez pas ; que votre colère s’apaise avant le coucher du soleil. 27Ne donnez pas au *diable l’occasion de vous dominer. 28Que celui qui volait cesse de voler ; qu’il se mette à travailler de ses propres mains pour gagner honnêtement sa vie et avoir ainsi de quoi aider les pauvres. 29Qu’aucune parole mauvaise ne sorte de votre bouche ; dites seulement des paroles utiles, qui répondent à un besoin et encouragent autrui, pour faire ainsi du bien à ceux qui vous entendent. 30N’attristez pas le Saint-Esprit que Dieu vous a accordé ; il est la garantie que le jour viendra où Dieu vous délivrera complètement du mal. 31Chassez loin de vous tout sentiment amer, toute irritation, toute colère, ainsi que les cris et les insultes. Abstenez-vous de toute forme de méchanceté. 32Soyez bons et pleins d’affection les uns pour les autres ; pardonnez-vous réciproquement, comme Dieu vous a pardonné par le Christ.

 

Jean 6

24 à 35

 

 

La foule cherche Jésus

22Le lendemain, la foule qui était restée de l’autre côté du lac se rendit compte qu’il n’y avait eu là qu’une seule barque ; les gens savaient que Jésus n’était pas monté dans cette barque avec ses *disciples, mais que ceux-ci étaient partis seuls. 23Cependant, d’autres barques, venant de la ville de Tibériade, étaient arrivées près de l’endroit où ils avaient mangé le pain après que le Seigneur eut remercié Dieu. 24Quand les gens virent que ni Jésus ni ses disciples n’étaient là, ils montèrent dans ces barques et se rendirent à Capernaüm pour le chercher. Jésus, le pain de vie 25Ils trouvèrent Jésus de l’autre côté du lac et lui dirent : « *Maître, quand es-tu arrivé ici ?» 26Jésus leur répondit : «Oui, je vous le déclare, c’est la vérité : vous me cherchez parce que vous avez mangé du pain à votre faim, et non parce que vous avez saisi le sens de mes *signes miraculeux. 27Travaillez non pas pour la nourriture qui se gâte, mais pour la nourriture qui dure et qui est source de vie éternelle. Cette nourriture, le *Fils de l’homme vous la donnera, parce que Dieu, le Père, a mis sur lui la marque de son autorité. » 28Ils lui demandèrent alors : « Que devons-nous faire pour travailler aux *oeuvres voulues par Dieu ?» 29Jésus leur répondit : «L’oeuvre que Dieu attend de vous, c’est que vous *croyiez en celui qu’il a envoyé. » 30Ils lui dirent : « Quel signe miraculeux peux-tu nous faire *voir pour que nous te croyions ? Quelle oeuvre vas-tu accomplir ? 31Nos ancêtres ont mangé la *manne dans le désert, comme le dit l’Écriture : “Il leur a donné à manger du pain venu du *ciel.” » 32Jésus leur répondit : « Oui, je vous le déclare, c’est la vérité : ce n’est pas *Moïse qui vous a donné le pain du ciel, mais c’est mon Père qui vous donne le vrai pain du ciel. 33Car le pain que Dieu donne, c’est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au *monde. » 34Ils lui dirent alors : « Maître, donne-nous toujours de ce pain-là. » 35Jésus leur déclara : « Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim et celui qui *croit en moi n’aura jamais soif. 36Mais je vous l’ai dit : vous m’avez vu et pourtant vous ne croyez pas. 37Chacun de ceux que le Père me donne viendra à moi et je ne rejetterai jamais celui qui vient à moi ; 38car je suis descendu du ciel non pas pour faire ma volonté, mais pour faire la volonté de celui qui m’a envoyé. 39Et voici ce que veut celui qui m’a envoyé : c’est que je ne perde aucun de ceux qu’il m’a confiés, mais que je les relève de la mort au dernier jour. 40Oui, voici ce que veut mon Père : que tous ceux qui *voient le Fils et croient en lui aient la vie éternelle et que je les relève de la mort au dernier jour.»

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires de

"la Bible expliquée"

avec les autorisations de l'éditeur

 

 

 

Exode 16

2 à 15

 

 

 

Nous étions bien mieux en Égypte ! (16.1-3)

Les lamentations du peuple se répètent régulièrement durant la marche au désert. Le Seigneur répond toujours à ces critiques en soulageant Israël dans l’épreuve. Quand sa soif est apaisée (15.22-27), le peuple se plaint de la faim. Dans son désespoir, Israël en vient à préférer le régime tyrannique de l’Égypte à l’aventure de la traversée du désert sous la conduite du Seigneur. Du pain et de la viande (16.4-12) Dieu met à l’épreuve le peuple, qui doit vivre chaque jour en ne comptant que sur la bienveillance divine. Le pain que Dieu fait pleuvoir du haut du ciel (v.4), c’est-àdire la manne, prendra dans les traditions juive et chrétienne une signification spirituelle (Ps 78.23-25 ; 1Cor 10.3 ; Jean 6.31- 33,58). La Providence de Dieu (16.13-21) Les cailles sont de petits oiseaux migrateurs qui survolent le Sinaï en mars ou avril. Si le vent change subitement, ils sont tellement épuisés qu’ils doivent se poser au sol, où on peut facilement les prendre. La manne provient du tamaris, un arbuste du Sinaï, dont le suc se cristallise au soleil et tombe sur le sol. Cette substance collante, riche en sucres, peut entretenir la vie. Déconcertés par cette découverte, les Israélites s’écrient :mân-hou (Qu’est ceci ?), expression qui est à l’origine du mot «manne». Le Seigneur, créateur de ces phénomènes naturels, s’en est servi au moment opportun pour sauver son peuple. Chacun reçoit de Dieu la nourriture selon l’idéal suivant : à chacun d’après ses besoins, et personne ne peut faire des réserves.

 

Ephésiens 4

17 à 24

 

Changer de comportement (4.17-24)

Il est impossible de vivre cette croissance spirituelle sans changer ses manières de penser et de vivre. Tout croyant doit se laisser renouveler par la vérité, la justice, la sainteté dont Jésus est le modèle parfait et devenir une personne nouvelle. Marcher dans la vérité (4.25-32) S’il se laisse conduire par l’Esprit du Seigneur, le croyant regardera en face la source de ses comportements, reconnaîtra ce qui le pousse au mal, et se laissera transformer. Toutes ses relations aux autres en seront modifiées : honnêteté, rejet de la colère, bonté, affection et pardon l’habiteront. Il se comportera en enfant de Dieu, inspiré par l’amour, comme le Christ.

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean 6

24 à 35

 

Début d’incompréhension (6.22-26)

La venue de Jésus à Capernaüm déconcerte la foule, tout comme son enseignement la surprend. Les gens ne discernent que les apparences, tandis que Jésus leur présente le sens caché du signe. Les quatre parties de son discours commencent par l’introduction solennelle : « Oui, je vous le déclare, c’est la vérité » (6.26,32,47, 53). Mais à chacune de ces révélations, beaucoup répondent par l’incompréhension ou le refus de croire. La vraie nourriture (6.27-31) Quelles sont les oeuvres nécessaires, en accord avec la loi, pour obtenir la vie éternelle ? Jésus répond qu’il suffit de croire en celui que Dieu a envoyé.

 

 

 

 

 

 

Commentaires de

Jean Charles Thomas

 

Exode 16

2 à 15

 

Le chapitre 16 de l'Exode entrelace deux récits: ceci en rend aléatoire l'interprétation. Le ou les rédacteurs invitent le lecteur à en tirer plusieurs convictions. 1. Le désert est un lieu d'épreuve: on y trouve à peine l'indispensable. On y murmure, on se plaint on accuse ceux qu'on juge responsables de la situation: ici Moïse, Aaron et surtout le Seigneur. 2. Même en plein désert, Dieu est présent, voit, entend. Il manifeste sa capacité de compassion et de pardon. Les besoins des humains le touchent. 3. Il intervient pour maintenir en vie ceux qui lui font confiance. Dieu nourrit son peuple en utilisant les ressources de la nature qu'il a créée. -Ici, la manne (comme de la graine de coriandre, blanc avec un goût de beignets au miel, v.31) - et des cailles (petits oiseaux migrateurs qui passent en mars avril et peuvent se poser en cas de grande fatigue: voir Nombres 11). 4. Cette nourriture vient du ciel: le rédacteur invite à reconnaître qu'elle est donnée par Dieu lui-même. Belle occasion pour développer quelques enseignements: - nourriture donnée chaque jour, à récolter, - impossible à stocker : elle pourrit -sauf le jour du sabbat, car le sixième jour on en récolte le double pour se nourrir au jour du sabbat, sans travailler (v.22-30) - nourriture suffisante, autant qu'il faut, pas plus que nécessaire. 5. Cette nourriture sera fidèlement donnée par le Seigneur tout au long du séjour au désert. Elle cessera quand le peuple pourra bénéficier des récoltes une fois installé dans le pays qu'il devra cultiver (v.35 et Josué 5,12) 6. Cette façon de considérer Dieu comme celui qui nourrit son peuple influencera la pensée religieuse. "Dieu t'a humilié, il t'a fait sentir la faim, il t'a donné à manger la manne que ni toi ni tes pères n'aviez connue, pour te montrer que l'homme ne vit pas seulement de pain, mais que l'homme vit de tout ce qui sort de la bouche de Yahvé" (Deut 8,3). * Jésus de Nazareth en fera une riposte à Satan, lorsqu'il éprouvera la faim pendant ses "quarante jours au désert", où il sera testé, tenté, mis à l'épreuve Il y reviendra dans son discours sur "le pain du ciel" à la synagogue de Nazareth (Jean 6), en affirmant qu'Il est, en personne, le Vrai Pain venu du Ciel pour nourrir l'Humanité.

 

 

 

 

 

Ephésiens 4

17 à 24

 

Paul a déjà comparé l'assemblée des disciples du Christ à un corps vivant dont le Seigneur assure toutes les fonctions que la tête assure en chaque personne humaine. (1 Cor 12, 12-20; Rom 12, 4-5). Ce corps grandit, se diversifie, s'organise et avance vers sa plénitude. Paul vient d'appliquer cette comparaison à l'organisation des services et ministères dans ce Corps-Eglise. (v.7 à 13) * Paul en tire maintenant une conclusion : chaque chrétien étant une cellule de ce Corps, doit fonctionner en harmonie avec l'ensemble. Et puisque le Corps du Christ est spécifiquement nouveau par rapport à un ensemble humain, chaque chrétien doit se comporter de manière entièrement nouvelle. Il doit en finir avec ses vieilles habitudes, ses anciennes pensée, ses moeurs de jadis, souvent corrompues et entraînant une certaine mort. (idée développée en Romains 1, 18-32). La perspective proposée à tout chrétien, la voici: chaque jour doit apporter sa nouveauté , sa lumière, son supplément de vérité, de bonté, de collaboration au dynamisme du Corps, de participation à la vie de l'Eglise pour l'amélioration du Monde. C'est une mise en oeuvre quotidienne du baptême dont la réalité est symbolisée par - la plongée dans l'eau (qui noie le mal) , ou dans la tombeau (mort au péché) - et la sortie de l'eau (qui suscite la Vie nouvelle) ou sortie du tombeau (qui est Résurrection). Paul va développer ce passage de l'ancien au nouveau, des ténèbres à la lumière, de ce qui est mortifère à ce qui est vivant, tout au long des chapitres 4 et 5 de sa lettre. * Demain doit être meilleur qu'hier. Aimer plus demain qu'aujourd'hui. Ne jamais stagner. Aller de l'avant. Ne pas regarder en arrière. Non par ses seules capacités mais par grâce et dynamisme gratuits offerts par l'Esprit du Seigneur. * Ce que Paul dit pour chaque chrétien est valable également pour chaque communauté de chrétiens: église locale, église universelle, activité au service de l'Humanité, ajustement d'activité aux besoins nouveaux de chaque époque historique et civilisation. Tous en marche selon l'Esprit, pour une meilleure fidélité à la Parole du Seigneur.

 

Jean 6

24 à 35

 

Jésus a volontairement fui la foule qui voulait le faire roi. Mais la foule est tenace. Elle le poursuit jusqu'à Capharnaüm. Jésus se rend alors à la synagogue pour y donner un enseignement solennel, officiel pourrait-on dire. (v.59) Quatre fois, il donnera du poids à ses paroles en utilisant le :"Amen, Amen, en vérité, en vérité, je vous le dis!". Que cherchez-vous ? - des signes exceptionnels? Une nourriture facile?- -cherchez plutôt ce qui nourrit vos véritables faims - examinez d'abord ce dont vous avez faim. - Cherchez d'abord à faire ce que Dieu attend de vous ! Jésus amorce un discours non conventionnel, inattendu. La foule est étonnée, prise à contrepied, remise en question. Préoccupez-vous de croire en Celui que Dieu vous envoie.. Jésus va répéter cette expression un certain nombre de fois pour décrire son identité : celle d'un Envoyé demeurant en relation avec Celui qui l'envoie. La foule, piquée au vif, demande des précisions, un signe, aussi fort que celui qui a marqué l'histoire du peuple au désert: alors Moïse a nourri le peuple en lui donnant la manne qui lui permit de rester en vie, de ne pas mourir de faim. C'est l'Ecriture qui l'affirme ! La vraie nourriture vient de Dieu et non pas d'un humain, fût-il Moïse. Jésus remet les perspectives à leur vraie place. C'était Yahvé , et non Moïse, qui nourrissait son peuple. Aucun humain ne peut fabriquer la nourriture qui apaise la faim intérieure des humains. - Donne-nous ce pain! Comme la Samaritaine avait demandé l'eau qui devait apaiser définitivement la soif. En vérité, en vérité! Moi, Je SUIS le Pain de Dieu, le Pain qui descend du Ciel le Pain de la Vie. Jésus prend position sur l'essentiel: sa vraie personnalité. Je viens du Ciel et non pas de la terre. Je vous suis donné par Dieu. Si vous croyez en moi, votre faim sera apaisée: Je suis votre nourriture. Je suis le Pain dont vous avez besoin. * Jamais Jésus n'avait encore été aussi clair dans la façon de parler de lui. Et sa Parole commence par le solennel JE SUIS, évocation directe de Yahvé dans les textes sacrés.

 

 

.

© Copyright 2015. All Rights Reserved