troisiemedim

Les textes et leurs commentaires

Traduction de "la Bible expliquée" dans la colonne de GAUCHE -Commentaires de "la Bible expliquée" dans la colonne du CENTRE- Commentaires de Jean Charles Thomas dans la colonne de DROITE.

Impression papier des commentaires: très facile. Les trois colonnes sont formatées pour tenir sur une feuille classique format A4. Demandez à votre imprimante les pages, de 2 à la fin (la page 1 n'est pas utile, elle donne seulement les titres, photos et boutons de navigation)

Si vous avez seulement besoin d'un petit passage,sélectionnez-le avec la souris et reportez-le dans un document word ou open office et imprimez-le ou envoyez-le dans un mail.

 

 

Vous pouvez lire également sur votre SMARTPHONE, PORTABLE.

Les colonnes ne seront pas juxtaposées.

Défileront d'abord les TRADUCTIONS,

puis les Commentaires de la BIBLE EXPLIQUEE,

et enfin les COMMENTAIRES de Jean Charles THOMAS

Ecouter ce que disent l'Esprit du Seigneur

la Conscience et les événements du Monde

Traduction en Français courant de

"la Bible expliquée"

avec les autorisations de l'éditeur

 

 

Jérémie 31

7 à 9

1«Un jour viendra, déclare le Seigneur, où je serai le Dieu de tous les clans d’Israël, et ils formeront mon peuple. » Le retour des survivants d’Israël 2Voici ce que déclare le Seigneur : «Dans le désert j’ai montré ma faveur au peuple qui avait échappé au massacre. Israël va donc pouvoir vivre tranquille. 3 Il disait : “De loin le Seigneur est venu se montrer à moi.” Et je lui ai dit à mon tour : “Je *t’aime depuis toujours, c’est pourquoi je te reste profondément attaché. 4 Je te rétablirai, chère Israël ; de nouveau, tu prendras ton joli tambourin pour te joindre aux danseurs joyeux. 5 De nouveau, tu planteras des vignes sur les collines de Samarie, et les vignerons pourront enfin profiter de leurs plantations. 6 De nouveau, un jour viendra où, sur les collines *d’Éfraïm, ceux qui veillent s’écrieront : Allons, montons à *Sion auprès du Seigneur notre Dieu ! ” »

* 7 Poussez des cris de joie pour Israël, défiez les nations par vos acclamations, faites entendre vos alléluias et dites : «Seigneur, sauve ton peuple, sauve les survivants d’Israël !»

Voici en effet ce que déclare le Seigneur :

8 «Je vais les ramener du pays du nord et les rassembler des plus lointaines contrées. Tout le monde est là,

les aveugles, les boiteux, même les femmes enceintes

et les accouchées.

Mon peuple revient au grand complet.

9 Ils arrivent en pleurant et en suppliant,

et je les accompagne.

Je vais les conduire à des ruisseaux pleins d’eau par un chemin facile,

sans obstacle qui les fasse trébucher.

Car je suis comme un père pour Israël, et c’est Éfraïm qui est mon fils aîné. » * 10Vous, les nations étrangères, écoutez ce que dit le Seigneur, et faites-le savoir jusque dans les îles lointaines. Dites : « Le Seigneur avait dispersé Israël, mais maintenant il le rassemble et veille sur lui comme un *berger sur son troupeau. » 11 Car le Seigneur a libéré les gens d’Israël, il les a délivrés d’un ennemi plus puissant. 12 Ils arriveront en criant de joie sur la colline de *Sion ; leurs visages rayonneront devant tout ce qu’ils recevront du Seigneur : du blé, du vin nouveau, de l’huile fraîche, des moutons, des chèvres et des boeufs. Ils seront comme un jardin bien arrosé ; ils ne risqueront plus de dépérir. 13 Alors les jeunes filles danseront de joie, de même que les jeunes gens et les vieillards. En effet, déclare le Seigneur, je changerai leur tristesse en gaîté ; je les consolerai de leurs chagrins, je les remplirai de joie. 14 Je régalerai les prêtres de victimes grasses, je comblerai mon peuple de ce qu’il y a de meilleur.

 

 

Hébreux 5

1 à 6

 

Jésus le grand-prêtre souverain

14Tenons donc fermement la *foi que nous proclamons. Nous avons, en effet, un *grand-prêtre souverain qui est parvenu jusqu’en la présence même de Dieu: c’est Jésus, le *Fils de Dieu. 15Nous n’avons pas un grand-prêtre incapable de souffrir avec nous de nos faiblesses. Au contraire, notre grand-prêtre a été *tenté en tout comme nous le sommes, mais sans commettre de *péché. 16Approchons-nous donc avec confiance du trône de Dieu, où règne la *grâce. Nous y obtiendrons le pardon et nous y trouverons la grâce, pour être secourus au bon moment.

1Tout grand-prêtre, choisi parmi les hommes, a pour fonction de servir Dieu en leur faveur ; il offre des dons et des *sacrifices pour les péchés. 2Il est lui-même exposé à bien des faiblesses ; il peut donc montrer de la compréhension à l’égard des ignorants et de ceux qui commettent des erreurs. 3Et parce qu’il est faible luimême, il doit offrir des sacrifices non seulement pour les péchés du peuple, mais aussi pour les siens.

4Personne ne peut s’attribuer l’honneur d’être grand-prêtre. On le devient seulement par appel de Dieu, comme ce fut le cas pour *Aaron.

5Le Christ également ne s’est pas accordé lui-même l’honneur d’être grand-prêtre. Il l’a reçu de Dieu, qui lui a déclaré : «C’est toi qui es mon Fils, à partir d’aujourd’hui je suis ton Père. » 6Et ailleurs il a dit aussi : «Tu es prêtre pour toujours dans la tradition de Melkisédec. »

7Durant sa vie terrestre, Jésus adressa des prières et des supplications, accompagnées de grands cris et de larmes, à Dieu qui pouvait le sauver de la mort. Et Dieu l’exauça à cause de sa soumission. 8Bien qu’il fût le Fils de Dieu, il a appris l’obéissance par tout ce qu’il a souffert. 9Après avoir été élevé à la perfection, il est devenu la source d’un salut éternel pour tous ceux qui lui obéissent. 10En effet, Dieu l’a déclaré grand-prêtre dans la tradition de Melkisédec.

 

Marc 10

46 à 52

 

Jésus guérit l’aveugle Bartimée

(Voir aussi Matt 20.29-34 ;

Luc 18.35-43)

46Ils arrivèrent à Jéricho. Lorsque Jésus sortit de cette ville avec ses *disciples et une grande foule, un aveugle appelé Bartimée, le fils de Timée, était assis au bord du chemin et mendiait. 47Quand il entendit que c’était Jésus de Nazareth, il se mit à crier : « Jésus, *Fils de David, aie pitié de moi !» 48Beaucoup lui faisaient des reproches pour qu’il se taise, mais il criait encore plus fort : « Fils de David, aie pitié de moi ! »

49Jésus s’arrêta et dit :

« Appelez-le. »

Ils appelèrent donc l’aveugle et lui dirent : « Courage, lève-toi, il t’appelle.»

50Alors il jeta son manteau, sauta sur ses pieds et vint vers Jésus. 51Jésus lui demanda :

« Que veux-tu que je fasse pour toi ?»

L’aveugle lui répondit : «Maître, fais que je voie de nouveau. »

52Et Jésus lui dit :

«Va, ta *foi t’a guéri. » Aussitôt, il put voir,

et il suivait Jésus

sur le chemin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires de

"la Bible expliquée"

avec les autorisations de l'éditeur

 

 

 

Jérémie 31

7 à 9

 

 

 

Une nouvelle libération (31.1-14)

 

Ce chapitre présente le retour des déportés comme un nouvel Exode hors d’Égypte.

 

Autrefois, Dieu a sauvé Israël de la servitude et de la domination égyptienne.

Il l’a guidé dans le désert jusqu’à la terre promise aux ancêtres.

 

Demain, il rassemblera son peuple, le délivrera,

le bénira et le ramènera vers la terre promise qui regorge de bénédictions.

 

Ce retour sera le fait de la seule bienveillance

du Seigneur.

Ce jour là, le peuple connaîtra l’abondance.

 

Les sacrifices d’animaux gras constituent un exemple de cette prospérité retrouvée.

On lit dans le livre d’Ésaïe : « Le Seigneur de l’univers offrira à tous les peuples un banquet de viandes grasses arrosé de vins fins»

(És 25.6).

 

 

 

 

Hébreux 5

1 à 6

 

Jésus notre grand-prêtre parfait

(4.14–5.10)

 

Tous les grands-prêtres sont des hommes semblables aux autres : capables donc de comprendre les

faiblesses humaines.

 

Soumis à la souffrance, à la tentation et au péché, ils présentent à Dieu dons et sacrifices et pour le peuple et pour euxmêmes.

 

Ils accomplissent cet office parce qu’ils sont de la descendance d’Aaron, luimême choisi par Dieu.

Ils ne se désignent

pas eux-mêmes.

 

Jésus, lui, parce que Fils, a reçu directement de Dieu sa qualité de grand-prêtre en devenant homme.

 

Son sacerdoce est donc exceptionnel. Il est dans la lignée de Melkisédec,dont on dira plus loin

l’origine mystérieuse.

 

Jésus n’a pas choisi un chemin de facilité : prières, larmes furent

son lot quotidien.

A travers les souffrances injustes que les pécheurs lui ont imposées, il a atteint la perfection car il n’a jamais fait le mal, jamais désobéi au Père.

 

Il a réalisé son dessein : traverser le mal subi à la manière d’un homme totalement étranger

à la vengeance et au péché.

 

Il est ainsi devenu source de salut et modèle pour ceux qui obéissent à Dieu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marc 10

46 à 52

 

 

 

Un aveugle voit clair (10.46-52)

L’aveugle Bartimée souhaite ardemment être guéri par Jésus pour ne plus avoir à mendier.

 

En l’interpellant comme «Fils de David »,

il reconnaît en lui le Messie.

 

Ainsi se noue le grand paradoxe : ceux qui n’y voyaient pas comprennent qui est Jésus, ceux qui ont des yeux sont égarés par leurs principes.

 

Les événements qui vont suivre à Jérusalem confirmeront cet aveuglement des

chefs religieux.

 

Ayant retrouvé la vue et sa capacité d’agir, Bartimée accompagne aussitôt Jésus.

 

Le verbe suivre est souvent utilisé pour exprimer l’attitude des disciples (v. 52 ; 1.18 ; 10.21 ; 11.9 ; 15.41).

 

Commentaires de

Jean Charles Thomas

 

Jérémie 31

7 à 9

 

Jérémie vécut l'une des périodes les plus difficiles du peuple de Dieu, comportant alors la Judée autour de Jérusalem, (de 626 à 587, à partir du relèvement spirituel initié par le roi Josias jusqu'à la déportation et l'exil à Babylone).

Il dut souvent avertir,

annoncer les malheurs causés par le mauvais comportement

du peuple et de ses dirigeants.

Ayant toujours vécu une religion du coeur, de la fidélité pleine d'amour envers Yahvé, Jérémie sut annoncer un dernier renversement de situation, positif celui-là.

Les chapitres 31 et 32 en parlent dans un style flamboyant, jubilatoire. Jérémie y évoque l'époque historique de Moïse : la fin de l'esclavage en Egypte, la sortie d'Egypte, le temps de conversion vécu au désert.

Il annonce qu'un nouveau retour historique va se produire.

Et une nouvelle conversion pour les survivants de l'exil.

Après les destructions, l'heure est aux reconstructions.

Après avoir arraché, on va planter. Après le deuil, on va danser.

Après avoir brisé l'Alliance, on va accepter une nouvelle Alliance.

A l'origine de ce renversement de situation: l'amoureuse fidélité de Yhwh envers ceux qu'il a choisis pour en faire son peuple bien-aimé. "Je veillerai sur eux pour bâtir et pour planter, comme j'ai veillé sur eux pour déraciner et renverser"(v.28).

Les peuples voisins seront témoins de cette restauration, ou plutôt de cette nouvelle construction.

Ces nations étrangères admireront l'œuvre accomplie par le Dieu d'Israël.

Lisez maintenant ce magnifique chapitre 31: vous en goûterez le style et le souffle.

Lors de son dernier repas avec ses disciples, Jésus a évoqué ce texte en parlant de la Nouvelle Alliance qu'il vient établir avec ceux qu'il aime d'un amour sans faille, définitif, éternel (v.40).

Luc 22, 20 et Paul aux Corinthiens 1 Cor, 11, 25.

Le repas eucharistique sera le mémorial de l'Alliance Nouvelle et Eternelle établie par Jésus.

Comme Jérémie, Jésus aura été rejeté, persécuté, méprisé, avant d'entrer dans une Vie Nouvelle et définitive.

Il est Le Vivant aidant ceux qui croient en lui à se reconstruire

dans l'amour

sans jamais désespérer.

 

 

Hébreux 5

1 à 6

 

1. Tout grand prêtre.

Attention, le rédacteur de cette lettre pense exclusivement aux prêtres du Judaïsme, membres de la tribu de Levi, famille d'Aaron. Y voir la définition de ceux que nous appelons maintenant prêtres (par déformation du mot grec presbuteros qui veut dire Ancien, presbytre, et désigne un Envoyé du Christ, un Apôtre) c'est sortir entièrement de la perspective de cette Lettre aux Hébreux.

Il y a donc 20 siècles,

voici comment le Judaïsme considérait les grands prêtres, officiant dans le temple de Jérusalem (pensez à Caïphe).

Ceux-ci ont disparu définitivement en 70 avec la destruction du Temple de Jérusalem où ils officiaient trois fois par jour, selon un rituel amplement décrit dans le Lévitique, ou Livre des fils de Lévi.

2. Jésus de Nazareth n'était pas prêtre par naissance puisqu'il n'était pas membre de la tribu de Lévi (mais de la tribu de Juda, par Joseph, l'époux de Marie).

L'auteur de la Lettre veut quand même faire réfléchir les destinataires de sa lettre, les disciples du Christ, à propos du Sacerdoce exceptionnel accompli par Jésus.

Voici les bases de son raisonnement de style théologique ou rabbinique.

- Jésus est prêtre puisqu'il est Fils unique du Père (la lettre, v.5-6, cite le Psaume 2, 7 et le psaume 109/110, 4). Sous-entendu: c'est beaucoup mieux que d'être seulement de la famille humaine d'Aaron. Et l'auteur désigne Jésus comme prêtre du type de Melkisedech (et non pas d'Aaron) dont on ne connaissait pas le père (voir Gn 14,18).

-Jésus est membre de la famille humaine puisqu'il a pris notre humanité. Sous-entendu: il est beaucoup plus humain que tous les humains grands prêtres du temple de Jérusalem.

- Comme tous les humains, Jésus a traversé des temps d'épreuve et de détresse. En fait, beaucoup plus durement que le majorité des humains en raison de l'opposition qu'il a subie de la part des autorités religieuses de son peuple Juif. Jésus a tiré de ces épreuves un enseignement et une puissante capacité d'aimer même ceux qui ne l'aiment pas.

- Toujours vivant, Ressuscité, Jésus vit auprès du Père Universel, intercédant et s'offrant en permanence pour ceux

qui croient en Lui.

Il est donc le

seul grand prêtre éternel.

Tous les prêtres ou sacrificateurs de la Première Alliance sont morts et ont cessé leur mission.

Jésus, seul, l'exerce actuellement.

*

Rappelons et retenons qu'aucun autre texte du Nouveau Testament n'a donné à Jésus le titre de Prêtre. Aucun texte du NT n'a jamais attribué le titre de prêtre aux Apôtres ou aux Disciples de Jésus.

Aucun de ceux que nous appelons "prêtres" ne peut définir son ministère en se fondant sur cette présentation des prêtres-sacrificateurs de l'Ancien Testament.

 

Lire en complément les mots et les maux du ministère presbytéral

http://thomasjch.com/motsministere.html

 

 

Marc 10

46 à 52

 

Marc rapporte cette "illumination intérieure" de Bartimée (dont le nom signifie fils de Timée).

Marc situe l'événement à Jéricho, dans les jours où Jésus monte vers Jérusalem peu de temps avant d'y vivre sa Passion.

Plus précisément, Jésus vient de traverser Jéricho et commence sa montée vers Jérusalem.

Selon Luc et Matthieu, Jésus arrive à l'entrée de Jéricho où il va repérer Zachée, chef des collecteurs d'impôts, considéré comme un pécheur

et un collaborateur des occupants romains.

Luc et Matthieu racontent le fait dans un style moins vivant que Marc.

Ils ne mentionnent pas le nom propre de Bartimée. Mais c'est bien du même homme qu'ils parlent, précisant que cet aveugle n'a pas été toujours aveugle: jadis, il voyait clair, maintenant il a besoin de recommencer à voir pour cesser de mendier et retrouver une vie normale.

Cet homme avait perdu la vue - à quel âge?- Il avait été obligé de mendier pour survivre.

Il demande donc à Jésus de recommencer à voir, comme jadis, pour cesser de mendier et vivre normalement.

A-t-il entendu parler de Jésus ? Probablement.

Selon Luc il se renseigne quand il entend le brouhaha du groupe accompagnant Jésus.

En choisissant de l'appeler

"fils de David",

il reconnaît en Jésus un

homme de grande qualité,

de haute responsabilité,

marqué par Dieu pour

une mission importante.

Il témoigne aussi d'une grande confiance envers Jésus.

Il a l'audace de braver les remontrances de ceux qui accompagnent Jésus

et veulent le faire taire,

car il les dérange !

Ils ressemblent à ceux qui accompagnent aujourd'hui des personnages importants, cherchant à se faire photographier avec eux,

à figurer sur des selfies.

Tout inconnu étranger au fan club est un gêneur à éloigner, un sans droit.

Il en va tout autrement pour Jésus qui, à l'inverse de ses disciples

et de la foule, perçoit la détresse

de Bartimée, s'arrête,

lui accorde une attention prioritaire

et demande qu'on le fasse

venir tout près de lui.

Jésus se comporte exactement comme le Samaritain dont il a dressé le portrait (Luc 10, 33):

cet homme qui se fait

proche de ceux qui sont loin,

qui inclut ceux qu'on exclut,

qui voit, touche, soigne, panse les plaies des personnes blessés par la vie.

Jésus est plus que David:

il est le Bon Samaritain de l'Humanité...blessé sur la route de Jéricho.

Deux mots définissent les attitudes soulignées par Marc:

- Jésus appelle: il regarde, porte attention et demande qu'on vienne vers lui, qu'on marche avec lui, qu'on devienne son disciple.

- Bartimée suit Jésus, l'accompagne, se met

en route avec lui.

Il prouve ainsi sa reconnaissance permanente et le changement intérieur provoqué par la rencontre personnelle de Jésus. Sa vie est transformée, illuminée.

*

Il peut nous arriver de devenir plus ou moins malvoyants, spirituellement, de stagner

au bord de la route.

Bartimée nous apprend à

crier vers Jésus, à lui demander d'avoir compassion envers nous.

Si nous n'avons pas honte de crier au secours, kyrie eleison,

nous pouvons découvrir

une nouvelle relation avec le Seigneur,

et reprendre la marche avec Lui, comme et avec d'autres disciples.

Nous sommes également invités à crier au secours pour tant et tant de personnes immergées dans des épreuves ou des situations invraisemblables, intenables, qui les accablent, qu'ils en soient ou non responsables.

Le récit de Marc se déroule à proximité de Jéricho:

il nous suggère de devenir de

Bons Samaritains

et d'entrer dans l'expérience spirituelle de Bartimée.

 

 

http://www.thomasjch.com/vies.html

 

 

 

 

 

© Copyright 2015. All Rights Reserved