Jn 1, 1 à 18

Premier ensemble

traduction de JCT, le 9 avril 2019

1 En commencement  (en archè)  était le dire (o logos) , et le dire (o logos)  était pour le Dieu (pros),  et Dieu était pour le dire (o logos)  
2 Celui-ci était en commencement  (en archè) vers le Dieu (Ywhw, hébreu, theos, grec)
3 Toutes choses par le dire sont advenues et sans le dire pas même une seule chose n'est advenue.

4 Dans le dire était vie (zoè)  et la vie (zoè) était la lumière (phos) des humains,
5 Et la lumière brille dans l'obscurité (skotia), et l'obscurité  ne l’a pas saisie (katelaben).

6 Advint un humain ( anthrôpos ) envoyé ( apostellô) de la part de Dieu ( YHWH), son nom était Jean (johannès)
7 Celui-ci vint pour un  témoignage,( marturia) afin qu'il témoigne (marturein) au sujet de la lumière, afin que tous croient (pisteuein) par lui.
8 Celui-là n’était pas la lumière, mais afin qu'il  témoigne (marturein) au sujet de la lumière.
9 Existait la lumière, la véritable (alèthinè), qui illumine (photizei) tout humain(anthrôpos), venant dans le monde (kosmos).
10 Elle  était dans le monde (kosmos), et le monde par elle est advenu (egeneto)  
11 Elle est venue vers les siens (ta idia) et les siens ne l’ont pas accueillie (parelaben).
12 A tous ceux d'autre part  qui l’ont reçue,(elabon)  elle a donné  pouvoir (exousia) pour devenir (genestai) enfants (tekna) de Dieu, à ceux qui croient(pisteuein) en son Nom (onoma).
13 eux qui ne viennent pas des sangs (aimaton) , ni d’un vouloir (telema) de chair (sarkos) , ni d’un vouloir de mari  (aner)  mais sont nés (eggenethesan) de Dieu.(YHWH)
14 Et le dire ( o logos)  est devenu chair (sarx), et il a établi sa tente ( eskènosen) en nous (en umin). Et nous avons contemplé (theasameta) sa gloire (doxa),  gloire comme celle d'un unique engendré (monogenes) d'auprès du Père, plein (plèrès) de joie (kharis) et de vérité (aletheia).
15 Jean témoigne (marturei)  à propos du dire (logos), et il a crié (kekragen) en disant Celui-ci (outos) était celui dont j'ai dit : le venant derrière (opiso) moi est advenu devant (emprosthen) moi parce qu'il était premier (prôtos) par rapport à moi.
16 parce que nous avons tous reçu (elabomen) de sa plénitude (plèromatos)  et joie(kharis) après joie (kharis)
17 parce que  la Loi (nomos) a été donnée par l'intermédiaire de (dia) Moïse, la joie (kharis) et la vérité (aletheia) sont venues par (dia) Jésus Christ.
18 Dieu, personne n'a jamais vu (eoraken), dieu unique engendré (monogène) celui qui est sur le sein (kolpon) du Père, celui-là a raconté (exègesato).



Jean 1, 19

Second ensemble


Traduction par JCT: 22 juin 2020

19 Et voici  le témoignage (marturia) de Jean, lorsque, de Jérusalem, les Juifs envoyèrent des prêtres (iereis) et des lévites(levitas)  pour l’interroger : (erôtesôsin) “ toi, qui es-tu ?” (su tis e)
20 Et il affirma (ômologèsen), et il ne nia (èrenèsato) pas, et il affirma : “Moi, je ne suis pas le Christ”.


21 Et ils l’interrogèrent (erôtèsan)  : “Quoi donc es-tu? (ti oun) Es-tu Elie ?” Et il dit : “Je ne le suis pas”. “Es-tu le prophète ?” Et il dit : “Non”.


22 Ils lui dirent alors : “Qui es-tu (tis ei)  ?"pour que nous donnions réponse à ceux qui nous ont envoyés. "Que dis-tu de toi-même ?”(ti legeis peri seautou)


23 Il déclara : “ Je suis la voix (egô phonè boôntos) clamant dans le désert : rendez droit (euthunate) le chemin (odon) du Seigneur , comme a dit Isaïe le prophète”.


24 Et les envoyés (apestalmenoi) étaient des Pharisiens.
25 Et ils l’interrogèrent, et lui dirent : “alors, pourquoi baptises-tu (ti oun baptizeis) , si tu n’es ni le Christ, ni Élie, ni le prophète ?”


26 Jean leur répondit disant : “Moi, je baptise en eau: au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas,
27 celui venant derrière moi, de qui moi je ne suis pas digne de délier (lusô) la lanière (imanta)  de sa sandale (upodèmatos)”.


28 Ces choses advinrent (egeneto) à Béthanie de l'autre côté du Jourdain, où Jean était  baptisant.



29 Le lendemain (epaurion), il voit (blepei) le Jésus venant (erkomenon) vers lui et il dit : “Voici l’Agneau (amnos) de Dieu, celui  enlevant (airôn) le péché (amartian) du monde,
30 celui-ci est au sujet de qui  j’ai dit : derrière moi vient un homme advenu devant moi, parce qu'il était premier (prôtos mou en) de moi.
31 Et moi je ne le connaissais pas (èdein), mais pour qu’il soit manifesté à Israël à cause de ceci (dia touto)  je suis venu, moi, baptisant dans l’eau”.


32 Et Jean témoigne (emarturèsen) disant : “J’ai vu l’Esprit  descendant (katabainôn) comme (ôs) une colombe (peristeran) venant du ciel, et il est demeuré (emeinen)sur lui.
33 Et moi je ne le connaissais pas, mais le m'envoyant (pempsas) baptiser en eau, celui-là m’a dit : Celui sur lequel tu verras l’Esprit descendant et demeurant sur lui, celui-ci est le  baptisant en Esprit Saint (pneumati agiô).
34 Et moi j’ai vu et j’ai témoigné que celui-ci est le ( o uios)Fils de Dieu”.



35 Le lendemain Jean se tenait encore là et deux de ses disciples,
36 et regardant Jésus marchant peripatounti) il dit : “Voici l’Agneau (amnos)  de Dieu”.
37 Et les deux disciples l’entendent parler  et ils accompagnent (èkolouthesan)  Jésus.
38 Jésus se retournant (strapheis) et  les voyant l'accompagner (akoluthountas) leur dit : “Que cherchez-vous ?(ti zèteite) ”.  D'autre part ils disent : “Rabbi (mot qui veut dire : Maître (didaskalos) où( pou)  demeures-tu ? (meneis) .
39 Il leur dit : “Venez (erkheste) et vous verrez (opsesthe)”. Ils viennent  donc et voient où il demeure (menei), et ils demeurent près de lui (par autou)  ce jour-là: l'heure était comme (ôs) la dixième.
40 André, le frère de Simon-Pierre, était l’un des deux entendant (akousantôn)  Jean et accompagnant (akolouthesanôn)[Jésus].


41Celui-ci  trouve en premier (prôton) son propre frère Simon et lui dit : “Nous avons trouvé (eurèkamen) le Messie !” (ce qui veut dire : Christ).
42 Il le mène (ègagen) vers le Jésus. Le regardant (emblepsas) Jésus lui dit : “toi, tu es Simon, le fils de Jean ; toi, tu seras appelé Képhas”, ce qui signifie Pierre (petros) .



43 Le lendemain, (Jésus) voulait aller vers la Galilée et il trouve Philippe et lui dit “accompagne-moi” (akolouthei moi) .
44  d'autre part Philippe était de (apo)  Bethsaïde, de la ville d’André et de Pierre.
45 Philippe trouve le Nathanaël et lui dit : “Celui dont Moïse a écrit (egraphen) dans la Loi (nomô) ainsi que les Prophètes, nous l’avons trouvé ! Jésus, fils de Joseph de Nazareth”.


46 Et Nathanaël lui dit : “De Nazareth peut-il sortir quelque chose de bon ?”

Philippe lui dit : “Viens et vois”.


47 Jésus voit Nathanaël venant vers lui et dit à son sujet : “Voici un vrai (alèthôs)  Israélite en qui il n'y a pas de ruse (dolos) ”.
48 Nathanaël lui dit : “d'où (pothen) me connais-tu ? (ginôskeis) ”

Jésus répondit et lui dit : “Avant que (pro tou se)  Philippe t’appelle sous le figuier, je te voyais (eidon se) ”.
49 Nathanaël lui répondit : “Rabbi, tu es le Fils de Dieu tu es roi d’Israël !”
50 Jésus répondit et lui dit : “Parce que je t’ai dit que je t’ai vu sous le figuier tu crois (pisteueis) ? Tu verras plus grand (meizô)  que cela”.
51 Et il lui dit : “En vérité, en vérité (amèn)  je vous le dis : vous verrez le ciel ouvert (aneôgota) , et les messagers (aggelous) de Dieu montant et descendant sur (epi)  le Fils de l’homme”.



Commentaires provisoires par JCT

     Cet ensemble est centré sur le témoignage de Jean le baptiseur. Il développe ce qui était annoncé au verset 15 concernant sa personnalité: un homme témoin.

     Son témoignage est prononcé dans le désert et non pas dans la ville ou le temple de Jérusalem. Premier déplacement vers la périphérie.

      Il est destiné d'abord aux Autorités religieuses de Jérusalem qui lancent une enquête pour savoir qui est ce prêtre du temple n'assurant pas son rôle de sacrificateur dans le temple mais passant son temps au bord du Jourdain, où il plonge des gens de Judée et de Galilée.  

       Jean énonce la foi du peuple d'Israël et celle-ci va faire germer la foi en Jésus de Nazareth.

     Jean est l'homme charnière entre la première et la seconde Alliance. Un précurseur.

      Jean est un homme d'ouverture, détaché de son pouvoir  sur ses disciples. Il les oriente vers un nouveau guide:  lui, le Judéen, fait contempler un Galiléen, Jésus le Nazaréen.

        Tout ce qu'il connaît de Jésus, il le transmet à des Galiléens: André, qui transmet à son frère Simon, à Philippe qui transmet à Nathanaël.

       Le troisième jour, tous se retrouvent à une noce, à Cana, en Galilée.

        La mère de Jésus crée le lien: c'est elle, la mère, la femme, qui est invitée. Elle  fait entrer Jésus dans sa nouvelle mission d'Envoyé du Père et non plus de professionnel des travaux de construction.  

       L'Alliance Nouvelle est inaugurée, comme Joie des Noces entre Yhwh et son Peuple.

       Ce sera le commencement absolu, le principe même de tous les signes offerts pour devenir des croyants.


Ecrits bibliques à lire en harmonie avec cet ensemble

    Esaïe, 40,3 - Lév 23, 4-22- Nombres 9- Deutéronome 4 & 16 & 27 - Josué 24- Psaumes 102/103; 107/108.

  Hébreux,1 & 2;

  Apoc 21


Traduction et explications de Cathérine Cheyns Vrignaud

au 06/02/2021

     

 


                           

LECTIO DIVINA

               

                                    DE  L’ÉVANGILE

                           OU LA BONNE NOUVELLE

                                               SELON

 

                    Le quatrième LIVRE

 

          


INTRODUCTION

 

Ce Livre est le témoignage écrit de l’évolution de l’auteur jusqu’à sa Foi biblique aboutie par la miséricorde de Dieu UN Père et Dieu Fils UN Vivant pour Le Fils UN de l’humain éternel, le jumeau, don de YHWH-Elohim aux terriens parlants que nous sommes tous.

La liberté de conscience donne la capacité aux humains d’accueillir ou de refuser cette réalité. C’est le combat entre la Lumière et les ténèbres, le Jour et la Nuit, encore aujourd’hui, même après le meurtre sur Jésus, dernier carat envoyé.  

 

Cependant le livre commence par la fin de son parcours. La boucle est bouclée. Sa conclusion devient son introduction concise.

 

IL s’agit d’être avisé et de comprendre qui est la Personne Une et donc à chacun de répondre qui est Jésus. C’est possible en lisant bien ce Livre.  

La Personne UNe, en hébreu le Basar Ehad de Genèse 1,26 et 2,24  est le sujet de tout ce Livre.

L’auteur résume Genèse 1 et 2, la LOI fondamentale dans toute sa rigueur. Il s’agit de la Personne Une et d’en être avisé. 


lire la note sur genèse 1 et 2


http://thomasjch.one/genunquatre.html


 

Dans le texte, qui est une rétrovision de sa vie, l’auteur va de Genèse 1 et 2, passe probablement par les Prophètes, certes Jonas, Esaïe et Jérémie, du témoignage de Jean, le baptiseur en eau, jusqu’au don de l’autre Paraclet, le Fils de l’Humain, le Adam, grâce à l’enseignement plénier de Jésus, l’Adam d’en haut, Paraclet seul incarné et la bonté de Dieu.

 

Ce Livre permet aux lecteurs qui le méditent de connaître le chemin   de son image, « innée : mâle Et femelle » qu’ils sont du Dieu Un de la Bible, à la ressemblance en plénitude «à faire».

 

Ceux qui ont accueilli ce don d’office ou par conversion à YHWH et qui devenus «homme ET femme pour la Personne Une»,

leur El au Ciel, leur Paraclet,  possèdent déjà la vie éternelle.

 

La mort n’est qu’un passage et ils n’entrent plus en jugement.

 

Ceux-là sont en communion avec le Dieu biblique dans sa trinité et les uns avec les autres.

Ils sont l’Assemblée chrétienne, les pierres vivantes, la synagogue, l’Eglise de Yeschua, dit Jésus en français, selon le premier et le plus grand commandement des deux autour desquels toute la Bible tourne. Réf.

 

 

      1) Le projet de ce Livre

 

 

  Le chapitre 20 verset 31


- C’est vers la fin que l’auteur explique sa mission altruiste de témoin oculaire. Il s’agit du témoignage écrit de son propre parcours de vie et de cheminement avec Jésus et les autres dont il est témoin vers la foi accomplie pour la vocation aboutie d’abord et le témoignage ensuite par leur vie et la mission pour les lecteurs.

 

Il décrit d’une part la rigueur de la LOI de Genèse 1 et 2 et d’autre part la miséricorde pour la Foi biblique accomplie en Jésus, Paraclet seul incarné.

 

Il est également témoin du parcours différent de beaucoup d’autres personnes. Ainsi chaque lecteur ou lectrice peut trouver dans ce Livre son ou ses miroirs.

 

 30 D’une part donc aussi le Jésus fit beaucoup d’autres signes devant ses disciples, lesquels ne sont pas écrits dans ce livre ci.

 

 

31 D’autre part ceux - ci ont été écrits

- afin que vous croy(i)ez que Jésus est le Christ le Fils du Dieu et

- afin que ayant Foi vous ayez vie éternelle dans le NOM de Lui.

 

Il s’agit de comprendre le Nom Jésus en hébreu, qui se prononce Yehoschuah  : YHW H, le Nom du dieu de la Bible dès Genèse 2 avec la lettre /sin au milieu et dont il faut connaître la signification des lettres en chiffres et en mots.

Il est clair que l’auteur est parfaitement bilingue.

 

 

             2) La conclusion de ce Livre .

 

 

Le chapitre 21

 

- reprend la suite du chapitre 1 verset 39 quant aux deux disciples André et le non nommé à la foi différente.

Dans ce verset 39 il est déjà dit qu’ils vont de Jean le baptiste à Jésus incarné jusqu’à Jésus ressuscité. Ils sont déjà ressuscités.

 

 

38 D’autre part le Jésus s’étant retourné et regardant les accompagnants leur dit : « que cherchez-vous ? ». Ceux-ci lui dirent : « Rabbi, ce qui se traduit par enseignant,   où demeures-tu ? »   

 

 

39 Il leur dit : «venez et vous verrez».

Ils allèrent donc et ils virent où il demeure et parmi lui ils demeurèrent le jour celui-là; l’heure était comme la dixième.

 

- décrit tout ce qui concerne Simon Pierre fils de Jean depuis, via André, la première rencontre avec Jésus jusqu’à un commandement et une prophétie.

 

Philippe, chapitre 1 versets 43-44, est l'apôtre appelé directement par Jésus sans intermédiaire. Et Philippe trouve Nathanaël de Cana en Galilée.

 

43 Le lendemain il (Jésus) voulut partir pour la Galilée et il trouve Philippe. Et il lui dit : «Accompagne-moi».

  1. D’autre part le Philippe était de Bethsaïde, de la ville d’André et de Pierre.

 

- explique le «nous»  qui atteste la vérité du témoignage de celui qui l’a écrit: André et Philippe sont deux témoins. Et ils sont aussi les deux «autres» parmi les 7 du chapitre 21 verset 2. du quatrième évangile. Il est «le témoin» du début à la fin et «l’écrivain»

chapitre 21 verset 24.

 

24 Celui-ci est le disciple le témoignant de tout cela et l’ayant écrit cela.

                

      - dit que son Livre est universel mais se termine non pas sur lui-même mais sur Jésus. chapitre 21, verset 25

Par ce Livre beaucoup de personnes auront la vraie foi biblique et sont témoins par leur vie. Ils n’ont pas besoin d’écrire leur biographie. Tout est déjà dit : ils ne feraient que glaner.

 

25 D’autre part le Jésus fait aussi d’autres nombreuses choses ; si éventuellement par rapport à l’UN il était écrit je pense que le monde lui-même ne contiendrait pas les livres écrits.

 

 

                         CHAPITRE 1

 

 

1 A l’origine/en tête (Genèse 1 et 2) était le dire (1° le verbe  amar (h); 2° le substantif : la promesse/ l’intention/ la pensée de cœur / l’appel/ la décision/ pluriel construit : agneau. …. // logos (gr): le mot/ la parole/ le sujet/ la sagesse/ la raison/ le pacte/ la nouvelle ...)

et le dire était relativement au Divin, et Dieu (theos gr singulier masculin et féminin Elohim h pluriel) était le dire.

 

2 Celui-ci (le dire) était à la source relativement au Divin.

 

3 Tout vint à l’existence au moyen de lui (de ce dire, de cette parole de Dieu), et sans lui (ce dire /parole de Dieu) UN/ (neutre de eis Ehad en hébreu, Genèse 2,24 ) un unique (une Personne totale)  ne naît pas, qui, ( gr ; ho neutre de o celui-ci) étant né 

4 par ce moyen était la vie, (zoè) et la vie (zoè) était (phôs) le salut/ la joie/ l’honneur/ l’espérance/ la gloire/ l’être aimé/ le chéri/ la vue des humains /la vue de Dieu.

 

5 Et la lumière du jour (phôs) brille (présent) dans le caché, (skotia) et la ténèbre (skotia) ne l’a pas comprise (indicatif aoriste présent).

 

6 Advint un humain  envoyé  de la part de Dieu, nom à lui :  Jean ( YO/YAH, Yo : dieu et HAN (h) : bienveillant, favorable, grâce accordant, grâce que l'on inspire, charme en français : arbre) 

 

7 Celui-ci vint pour un  témoignage afin qu'il témoigne  au sujet du salut/de la lumière, (to phôs)  afin que tous puissent croire (subjonctif aoriste)  par lui (Jean: YOHAN ) .

 

8 Celui-là n’était pas le salut/la lumière, mais afin qu'il  témoigne au sujet de la lumière/du salut.

 

9 Existait la lumière, la véritable  qui illumine  tout humain venant dans le monde.

 

10 Elle était dans le monde et pour elle le monde a paru et le monde ne l’a pas connue.

 

11 Dans son bien propre elle vint et les siens ne l’ont pas accueillie.

 

12 D’autre part, à tous ceux qui l’ont reçue, elle a donné pouvoir de devenir enfants de Dieu, à ceux qui croient à son Nom,
13 qui ne sont pas nés du sang, ni d’un vouloir de chair, ni d’un vouloir d’homme, mais de Dieu.

Ce pouvoir est un don qui n’est pas inné.

- Ce n’est pas un fruit de l’effort de l’humain : c’est un accueil.

- L’enfant de Yhwh ne naît pas de la procréation charnelle ; ni de la vertu du simple désir de l’humain de survivre ou d’un vouloir de l’humain qui désire se surpasser.

 

 

14 Et le dire est devenu une personne humaine

Le « Et » reprend le verset 1. Le mot « parole/verbe disparaît à la suite. Ne se laisse voir que le «Anthrôpos » /Adam parmi l’humanité. C’est l’incarnation. Voir les vignerons homicides. lien

et elle a dressé sa tente en nous.

 

Dresser la tente :

La fête des Azymes et de l’agneau pascal dure 7 jours ( parfois 8) et est l’une des trois fêtes de pèlerinage au cours de laquelle on fait mémoire de la sortie de l’esclavage. L’auteur parle ici déjà au pluriel : «en nous».

Cette fête puise ses origines dans le rite agricole des azymes, le levain symbolisant le mauvais levain spirituel, et le rite nomade du sang de l’agneau répandu sur les piquets de la tente pour écarter les épidémies et la mort. Voir la salsa du démon : pessah voulant dire sauter par dessus …. Gen. 3 !

  1. 12,5-6

 

Et nous avons contemplé sa réputation comme celle que tient de son Père un Fils unique/un plein de grâce et de vérité.

Ici le mot Dieu devient Père et le mot verbe Fils.

 

15 Jean témoigne à son sujet, et il crie : “C’était celui dont j’ai dit : Celui qui vient (présent) après moi est passé avant moi, parce que, avant moi, il était”.

Il est le bekor ( h) : premier né en haut du couple, le Emmanu-el (Esaïe).)

 

16 Car de sa plénitude nous avons tous reçu, et grâce sur grâce ;

 

17 car la Loi (nomos (g): genèse 1 et 2 lien ) a été donnée par Moïse, mais la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ.

 

18 Dieu, personne ne l’a jamais vu; un Dieu, Fils UN qui est dans le giron du Père, Celui-là l’a fait connaître.

Jehoschua fait l’exégèse du Père: il révèle « pleinement ». On peut voir que la personne Une car YHWH-Elohim est Esprit.

N’apparaît ici que le Ehad : le UN , = 13 comme Ahavah, agapè en grec, Amour qui n’apparaît que en 3,16 . «Le Père a donné ».

Il y a un voir avant et un voir après la mort de

Infos,chronologie, localisation



Hors temps

historique

Concerne

'Celui qui est,

qui était

et qui vient'.



On  dénombre

plus de 21 expressions qualifiant la Parole, en grec le logos

( trois  fois sept)



***


Calendrier des fêtes du Judaisme au temps de Jésus

calendrierfetes








 














































Lieu mentionné au verset 28


Béthanie,

au-delà du Jourdain

où Jean baptisait

 Ne pas confondre avec le village de Béthanie proche de Jérusalem



Consulter

la  carte

carte