Jn 5, 1 à 18

Neuvième ensemble

Traduction de  JCT janvier 2019

1 Après cela il y eut une fête des Judéens, et Jésus monta à Jérusalem.

2.D'autre part il existe dans les Jérusalems, en deça de la porte des brebis (probatikê) un bassin (kolumbêthra) surnommé  en hébreu Bethzatha  ayant cinq portiques (stoas)

3.Dans ceux-ci était couchée une foule de ceux qui étaient sans-force (asthéniques), aveugles, boiteux, desséchés (xêrôn ),

( 4.absent de certains manuscrits) qui attendaient le bouillonnement de l’eau ; car un messager du Seigneur descendait de temps en temps dans l’eau et agitait l’eau, et celui qui y descendait le premier, après que l’eau avait été agitée retrouvait la santé  de quelque mal qu'il fût atteint )

5.Et était là d’autre part un certain humain,( antrôpos g; adam h )  38 ans ayant dans son asthénie. 

6.Jésus, ayant vu celui-ci étendu, et sachant qu'il a beaucoup de temps, lui dit : veux-tu devenir sain (ugiès g) ?

7.L’asthénique lui répondit : Seigneur  je n’ai pas d’humain (idem) afin que, quand l’eau est trouble, il  me jette dans le bassin et quand moi j’y vais un autre descend avant moi.

8.Jésus lui dit : mets-toi debout (egeire g), lève ton grabat et marche (peripatei g). 

9.Et aussitôt l’humain  devint sain ( ugiès g), leva son grabat et marchait. 

10.En ce jour là d’autre part c’était Sabbat.Les Judéens disaient alors à celui qui était soigné  (tetherapeumenô g.): c’est sabbat, tu n’as pas le droit de lever ton grabat. 

11.Et celui-ci leur répondit d’autre part : celui qui m’a fait sain (ugiès)  celui-là m’a dit : lève ton grabat et marche !

12.Ils l’interrogèrent : qui est l’humain (anthrôpos g;  Adam h. )  qui t’a dit, lève et marche ?

13.Le guéri (iatheis g.) d’autre part  ne savait pas qui il était, en effet le Jésus avait été esquivé  de la foule qui était dans le lieu. 

14Après cela, le Jésus le trouve dans le temple (hieron g.)  et lui dit : vois, tu es devenu sain (ugiès), Ne pèche plus (amartane g) afin qu’il ne t’arrive pas quelque chose de pire.

15.L’humain partit de là et il annonça (aneggeilen,g) aux Judéens  que Jésus est celui qui l’avait fait sain (ugiès).

16.Et à cause de ceci les Judéens poursuivaient le Jésus, parce qu’il faisait ces choses pendant un sabbat.

17.Le (Jésus) d’autre part leur répondit : le Père de moi œuvre (ergazétai g.) jusqu’à présent ; et moi j’œuvre.

18. A cause de cela les Judéens le cherchaient encore plus pour tuer (apokteinai,g), parce que non seulement il déliait (eluen) le shabbat, mais aussi il disait Dieu (theos g) son propre Père, se faisant lui-même égal au Dieu (theos g)

Jn 5, 19 à 47 

Dixième ensemble

19.Le Jésus alors répondit et leur disait : amen, amen je vous  dis, le Fils ne peut de lui-même faire aucune chose s’il ne voit le Père faire cette chose. Les choses qu’en effet si (an g) celui-là fait, le Fils fait ces choses de la même manière.

              20.Car le Père aime (philei g) le Fils, et lui montre toutes les choses qu’il fait lui-même, et il lui montrera des oeuvres plus grandes que celles-ci afin que vous voyiez avec admiration (thomazô g).

              21.De même qu'en effet le Père réveille (egeirei,g) les morts et les rend vivants (zôopoiei g), ainsi également le Fils rend vivants (zôopoiei) ceux qu’il veut.

              22.En effet, le Père ne juge personne, mais il a donné tout le jugement  (krisis)  au Fils. 

              23.afin que tous honorent le Fils de même qu’ils honorent le Père, celui  qui le conduit.

              24. Amen, Amen je vous dis, celui qui entend ma parole et croit en celui qui me conduit a la vie éternelle et il ne vient pas en jugement (krisis g), mais il est passé de la mort à la vie (zoè).

              25.Amen, amen, je vous dis, qu'une heure vient, et elle est maintenant, quand les morts entendront la voix du Fils du Dieu, et ceux qui l'auront entendue vivront.

              26.En effet, de même que le Père a vie (zoe g.) en lui-même, ainsi également il a donné au Fils d’avoir vie en lui-même.

              27. Et il  lui a donné autorité (exousian g.) pour faire jugement (krisin) parce qu’il est fils d’humain.

              28. Ne vous étonnez pas de ceci, parce que une heure vient dans laquelle tous ceux qui sont dans les tombeaux (mnêmeiois g) entendront sa voix(phonê g)

              29. et ils sortiront,  ceux ayant fait les bonnes choses, pour une résurrection de vie, ceux ayant pratiqué les choses mauvaises, pour une résurrection (anastasis,g) de jugement. ( krisis g). 

              30.Moi, je ne peux faire aucune chose de moi-même; comme  j’entends je juge et le jugement, le mien, est juste parce que je ne cherche pas ma volonté mais la volonté de celui qui me conduit.

              31.Si moi je témoigne au sujet de moi-même, mon témoignage n’est pas vrai.

              32. Le témoignant à mon sujet est un autre, et  je sais que le témoignage qu’il témoigne à mon sujet est vrai.

              33.Vous, vous avez envoyé vers Jean et il a rendu témoignage à la vérité.

              34.Moi, d'autre part, je ne reçois pas le témoignage d’un humain ( anthrôpos g; adam h. ) mais je dis ces choses afin que vous vous puissiez être sauvés (sôthête g).

              35.Celui-là  était la lampe, celle qui brûle et qui brille, et vous d'autre part, vous avez bien voulu vous réjouir pour une heure dans sa lumière.

              36. Et moi d'autre part j'ai le témoignage plus grand que celui de Jean car les œuvres que le Père m’a donné de conduire à leur accomplissement (teleio), ces œuvres même que j’ai faites témoignent à mon sujet que le Père m’a envoyé (apostollein,g).

              37. Et le Père me conduisant, (pempsas) celui-là il a témoigné à mon sujet. Ni vous n’avez jamais entendu sa voix (phonè), ni vous n’avez jamais vu sa manière d'agir (eidos).

              38. et sa parole ne demeure pas en vous parce celui qu'a envoyé celui-là en lui vous vous n'avez pas foi. 

                39.Vous scrutez les Ecritures (graphas) parce que vous vous pensez avoir en elles vie éternelle,( zoèn aiônion )et celles-là sont celles qui témoignent à mon sujet

                40.et vous ne voulez pas venir à moi afin que vous ayez vie. ( zoè)

                41. Je ne traite pas durement une croyance  venant  d' humains,

                42 mais je vous connais, parce que vous n’avez pas en vous-mêmes l’amour (agapè) du Dieu.

                43.  Moi je suis venu dans le nom du Père de moi et vous vous ne me recevez pas; si un autre vient dans son nom propre, celui-là vous le recevrez.

                44. Comment pouvez-vous  avoir foi, vous qui recevez votre croyance  les uns des autres et qui ne cherchez pas le principe  qui vient du seul Dieu ? 

                45. Ne pensez pas que je vous accuserai auprès du Père. c’est Moïse qui vous accuse, en qui vous avez mis votre espérance. 

                46.Car en effet, si vous aviez foi en Moïse, vous croiriez en moi, car c’est à mon sujet qu’il  écrivit.

                47. si d'autre part vous ne croyez pas en ses écrits (grammatôn) , comment croirez-vous en mes paroles (remata) ?




                Commentaire de JCT


                Jésus se rend  à Jérusalem

                à l'occasion d'une fête Juive. 



                C'est la troisième fête mentionnée par l'évangile de Jean, Jn 5, 1


                Si on tient compte du cycle annuel des fêtes du judaisme il s'agit probablement de la fête joyeuse de Pourim.


                Et s'il s'agit de Pourim, l'événement a lieu en février de l'an 29.


                https://www.calameo.com/books/005692956d98935c01561



                Commentaires de JCT

                sur les versets 1 à 18 




                -Le texte est centré sur le regard de Jésus et l'efficacité de sa parole.

                 

                --le verbe vouloir est primordial: "Veux-tu ?" (comparer avec Luc 5,17 à 26 - et avec Marc 1, 21 à 45 où il n'apparaît pas).


                -Jésus attire l'attention du malade  sur sa propre santé. S'il se comporte de façon irresponsable il doit s'attendre à une dégradation de son état.


                - Pécher, au sens biblique, c'est rater la cible, passer à côté de la cible. Ce n'est pas d'abord faire un acte bon ou mauvais, c'est fauter, se tromper, tordre l'Écriture. ( Gen. 3)


                -Pour la première fois l'évangéliste, mentionne les raisons pour lesquelles des Juifs condamnent Jésus et cherchent à le tuer. Elles concernent sa façon d'interpréter la fidélité au sabbat - et surtout sa prétention d'être l'égal de Dieu.( Genèse 2 )


                - Proches du niveau de la rue se trouvaient aussi les bassins où on nettoyait les animaux destinés au culte dans le temple (Jn 2,13-23). L'ensemble constituait un complexe parcouru par une foule nombreuse, diverse, parlant de multiples  dialectes:" internationale"

                dirait-on aujourd'hui.


                - Avant la porte nord de Jérusalem par où entraient les animaux destinés au culte dans le Temple (Jn 2,15) se trouve la citerne d'eau du Guihon (percée) qui alimentait la ville en eau.


                -Le bassin dédié aux soins des humains était probablement proche du niveau de la rue. Les différents malades pouvaient y accéder. Il était dédié au dieu guérisseur égyptien Sérapis, au dieu syro-grec médecin Aesculape, pendant l'occupation romaine ( rappel des 5 dieux  époux dans le dialogue de Jésus avec la Samaritaine, Jn 4,17-18 ?).




                - Noter  l'écart entre la vision prioritairement "médicale" de l'être humain et la conception "religieuse" .

                      Toutefois, la religion de Judée avec son temple à Jérusalem n'est pas meilleure que celle de la Samarie avec ses montagnes destinées au culte, Jn 4,20 à 22.


                -Bethzatha aurait dû être un lieu de miséricorde. Il est devenu un lieu de concurrence, du chacun pour soi, sans aucune entraide réciproque. Un lieu de commerce juteux.L'asthénique y est traité comme le pauvre des pauvres. Mais grâce à  Jésus ,tout change. Il est considéré, valorisé. Jésus l'invite à se mettre debout, à sortir de son habituelle inconscience, à devenir sthénique, fort, à se mettre en marche.


                - Les soins consistaient probablement à plonger et à ressortir le malade. (cf les cures thermales aujourd'hui ?) Evocation de la dualité de l'eau: elle donne la vie ou la mort. De la dualité du mouvement: descendre ou monter. (du symbolisme du baptême ?)


                - Le mot "bouillonnement" de l'eau peut faire penser au mot hébreu Cana qui signifie  zèle...


                - L'asthénique appelle Jésus kurios, en grec. Ceci peut signifier simplement "monsieur" ou "Seigneur", en hébreu Yhwh, le Nom propre du Dieu  d'Israël.


                - L'asthénique obéit à ce Jésus, lui fait confiance. Il ne se contente pas de respecter les usages sur le sabbat. Il vit un sabbat libérateur. Un vrai septième jour selon Genèse 2,v.2 et 3.


                - Le nombre 38. Significations possibles. Choisi pour dire " presque toute la durée de la vie" ? - et/ou, selon la gématrie hébraïque, 30 et 8: lettre Lamed qui vaut 30 et lettre H qui vaut 8 et rapelle le péché.  Le  8 évoque  l'éternité. Penser également  à Deutéronome 2, 14 : le peuple hébreu stationna 38 ans dans le désert avant d'entrer dans la Terre promise et donnée par Yhwh.


                - Jérusalem est ici au pluriel. L'évangéliste veut-il attirer l'attention du lecteur sur la réalité cosmopolite de Jérusalem, ville des Judéens, ville des Romains occupants, accueillant des gens de passage, ville dirigée par les chefs du Temple, grands prêtres de l'aristrocratie hasmonéenne, collaborateurs des Occupants romains ? Ville symbolisant la Jérusalem céleste? La Jérusalem à venir selon l'Apocalypse ?



                Textes bibliques à lire:


                - sur le sabbat qui  plaît à Yhwh : Esaïe 58, 13 et 14-


                - concernant Yhwh, Ex 3, spécialement v.13 à 17 - Les paroles d'Etienne-Stephanos lorsque des Juifs ont décidé de le tuer par lapidation, Ac 6, 8 à 15, et tout le chapitre 7.

                - à propos du culte des Samaritains, lire Josué tout le chapitre 24, et, sur les ossements de Joseph rapportés d'Egypte à Sichem, le verset 32.


                -La ville de Sichem et celle de Sychar se trouvaient dans la cuvette entre le mont Ebal et le mont Garizim. Lire Dt 11,29; Dt 27, 4 à 12; Jos.8,30 ( environ 1800 mètres séparent les deux monts. Actuellement ville de Nablus ou Naplouse visible sur internet)


                - Le pluriel choisi pour désigner les Jérusalems veut-il évoquer la ville de Melchisédek le prêtre du Très Haut qui apporta du pain et du vin et qui bénit Abraham ? (Gen 14,17-20)


                - Concernant les "desséchés" du v.3, lire Mc 3,1-5. La guérison y est également mise en rapport avec le sabbat...et la décision de "faire périr Jésus", prise par entente entre Pharisiens et Hérodiens...


                - Premier message transmis par les disciples de Jésus: changer d'état d'esprit et de comportement (conversion), chasser beaucoup de "démons", faire des onctions d'huile et guérir de nombreuses personnes malades, Marc 6,12 et 13. et 16,8, et 16,15 à 20.


                Jn 5, 19 à 47 Dixième ensemble



                - L'évangéliste insère ici le premier enseignement de Jésus concernant sa Relation avec le Père et avec des Juifs de Jérusalem. Ceux-ci sont très critiques envers Jésus, ils ont déja formé le projet de le supprimer du monde des vivants.


                - Un retournement de situation est annoncé.


                - Jésus  fait vivre -  alors que ses accusateurs poursuivent sa mort.


                - Jésus jugera les humains car le Père s'en remet à lui pour porter un jugement fondé, équilibré. Jésus sait parfaitement ce qu'il en est de l'existence humaine.


                - L'humanité entière sera plongée en pleine lumière. Ceux qui auront fait le bien connaîtront une existence de relèvement, de résurrection. Ceux qui auront pratiqué le mal comprendront qu'ils doivent accepter un discernement pour entrer dans la vie.


                - Le jugement final n'est ni un réquisitoire, ni une sentence, mais l'heure de vérité, la vérité ultime vue par celui qui est venu pour  donner le salut  et non pour condamner (Jn 3,16 à 21).

                La mort biologique rappelle notre finitude et l'impossibilité de continuer à évoluer.


                Le jugement ressemble à une lumière éclairant le sens que nous avons donné à notre existence,

                à une lumière projetée sur le plus intime de notre conscience.


                - Chaque personne humaine est déjà en cours de jugement et en cours de salut. 


                - Celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu, qui écoute ses Paroles et les met en pratique, vit déjà une existence de ressuscité.


                - Dès maintenant, chaque croyant est invité à lire et méditer les Ecrits bibliques. Particulièrement un jour sur sept, le Jour du Seigneur.


                - Dès maintenant, chaque croyant peut se comporter en personne sage et prévoyante


                s'il s'en remet à la Lumière venant de Dieu et de son Fils Unique,


                et non pas aux opinions dominantes: celles-ci fonctionnant comme un jeu de miroirs déformants, variant de jour en jour, mélangeant le vrai et le faux, l'info et la pub, le respect, le mépris  ou la haine, notamment sur ceux dont on ne parle jamais, ceux qu'on exclut...





                Textes à lire.

                Lettre aux Romains, tout le chapitre 12

                - I Cor 1,17 à 31

                - Jn 6, 39 à 47

                - Ps.1- Ps 8

                - Hebreux, chapitre 11

                - I Pierre,2, 4 à 12

                -Apoc, chapitre 7

                - I Jn chapitre 1 




                Jésus thérapeuthe 

                Texte pour le bulletin du doyenné

                de St Gilles, janvier 2020


                     Nous faisons attention à notre santé. Quand tout va bien, nous n’y pensons pas. Dès qu’elle se dérègle, l’inquiétude nous gagne. Nous consultons et cherchons un remède.

                     Un homme s’est considérablement préoccupé de la santé de ses contemporains, Jésus de Nazareth. J’ai pitié de ces gens. Ils sont comme des brebis sans pasteur. Je suis venu pour qu’ils aient la vie. Je suis venu pour sauver.

                     Les évangiles relatent ses multiples guérisons. Il réintègre des lépreux dans leur entourage. Il ouvre les yeux de ceux qui n’y voyaient plus. Il apaise les délires de malades psychiques, calme les troubles de certains pour permettre à leurs proches de respirer…

                     Un matin de sabbat, il se rend dans les thermes de Jérusalem où beaucoup venaient se plonger pour guérir. Il y repère un homme et apprend qu’il est invalide depuis 38 ans, presque depuis toujours. Veux-tu vraiment guérir ? L’asthénique répond Je n’ai personne pour accéder à ces eaux qui guérissent. Jésus lui dit Réveille-toi, Remets-toi debout, prends-toi en charge. Change ta façon de vivre, de peur que ta santé devienne pire. (Jn 5, 1 à 15)

                    Prenons conscience des maladies dont souffrent nos contemporains : anxiétés, peur de mourir, épuisement, déprime, addictions à l’alcool, à la drogue, anorexie, boulimie, agressivité, égocentrisme, besoin de dominer, d’être le meilleur, prédations sexuelles, discrimination contre les femmes, prétention d’avoir toujours raison, mépris des petites gens, des étrangers, non assistance à personne en danger,  soif de pouvoir et d’avoir, rejet du dialogue, haines tenaces, refus de pardonner ou de solliciter le pardon…

                         Assumons mieux la responsabilité de notre santé.

                         Comme au début de la messe redisons: Seigneur Jésus, envoyé par le Père, pour guérir et sauver tous les hommes, prends pitié de nous.

                 

                Jean Charles Thomas, ancien évêque de Corse et de Versailles,

                retraité à Challans

                 

                http://www.thomasjch.one/index.html







                Jn 5, 1 à 47



                Traduction de Cathérine Cheyns  Vrignaud, révisée au 5 novembre  2020


                1. Après  tout cela il était une fête des Judéens, et Jésus monta vers Jérusalem.


                2. D'autre part il existe parmi les Jérusalemitains (adjectif dat. Pluriel ) ,

                au dessus de celui des brebis (probatikê) un bassin (kolumbêthra) le surnommé en hébreu Bethzatha

                ayant cinq portiques /doctrines stoïciennes. (stoas)


                3. Dans ceux-ci était couchée/étendue une foule d’impuissants/pauvres (asthéniques), d' aveugles, de boiteux, de secs ( xêros)


                 

                (4. absent de certains manuscrits) qui attendaient le bouillonnement de l’eau ; car un messager du Seigneur descendait de temps en temps dans l’eau et agitait l’eau, et celui qui y descendait le premier, après que l’eau avait été agitée retrouvait la santé de quelque mal il fût atteint )





                5. Et était là d’autre part un certain humain,( anthrôpos g; adam h : masc ou fém) ayant trente et huit époques déterminées ( etè) dans l’asthénie de lui .


                6. Le Jésus, le voyant couché, et sachant depuis longtemps ( chronos) lui dit : veux-tu devenir sain et sauf / entier /saint d’esprit ? ( ugiès)


                7. Le faible lui répondit : Seigneur (Kurios), je n’ai pas d’humain (idem v.5) afin que, si  l’eau devient  troublée ( subjonctif aoriste passif ), il/elle me jette dans le bassin et quand moi j’y vais un autre descend avant moi.



                8. Jésus lui dit: mets-toi debout/ressuscite (egeire), lève/élève  ton grabat et marche /marche dans telle ou telle voie.  (peripatei ).


                9. Et aussitôt l’humain devint sain et sauf /entier/saint d’esprit (ugiès g), leva /éleva son grabat et allait et venait (indicatif imparfait actif)


                10. En ce jour là d’autre part c’était Sabbat.

                 Les Judéens disaient alors à celui qui était soigné (tetherapeumenô ) : c’est sabbat, tu n’as pas le droit de lever ton grabat.


                11. Et celui-ci leur répondit d’autre part : celui qui m’a fait sain et sauf/saint d’esprit (ugiès) celui-là m’a dit : élève ton grabat et marche dans telle ou telle voie !


                12. Ils l’interrogèrent : qui est l’humain (anthrôpos g; adam h. ) qui t’a dit, élève et marche dans telle ou telle voie?


                13. Le guéri (iatheis g.) d’autre part ne savait pas qui il était, en effet le Jésus avait été esquivé de la foule qui était dans le lieu.

                 


                14. Après cela, le Jésus le trouve dans le temple (hieron g) et lui dit : vois, tu es devenu sain /sauf/saint d’esprit , entier (ugiès), Ne pèche plus (amartane g) afin qu’il ne t’arrive pas quelque chose de pire .



                15. L’humain partit de là (aperchomai) et il annonça (aneggeilen,g) aux Judéens que Jésus est celui qui l’avait fait sain de corps et d’esprit. (ugiès).


                16. Et à cause de ceci les Judéens poursuivaient le Jésus, parce qu’il faisait ces choses pendant un sabbat.



                17. Le (Jésus) d’autre part leur répondit : le Père de moi travaille/oeuvre (ergazétai g.) jusqu’à présent ; et moi je travaille ( idem)



                18. A cause de cela les Judéens le cherchaient encore plus pour le tuer (apokteinai), parce que non seulement il traitait outrageusement (eluen) le shabbat, mais aussi il disait Dieu (theos g) son propre Père, se faisant lui-même égal au Dieu (theos g)

                 






                19. Le Jésus alors répondit et leur disait : amen, amen je vous dis, le Fils ne peut de lui-même faire aucune chose s’il ne voit le Père faisant  cette chose. Les choses qu’en effet si (an) celui-là fait, ( subjonctif présent actif )  le Fils fait ces choses de la même manière.





                20. Car le Père aime (philei) le Fils, et lui montre toutes les choses qu’il fait lui-même, et il lui montrera des oeuvres plus grandes que celles-ci afin que vous voyiez avec admiration (thomazô).



                21.De même qu'en effet le Père réveille/ressucite  (egeirei,g) les corps morts ( nekros : adjectif normal accusatif masc. pl.)) et donne la vie (zôopoiei g), ainsi également le Fils vivifie (zôopoiei) ceux qu’il veut.


                22.En effet, le Père ne juge personne, mais il a donné tout le jugement (krisis) au Fils.


                23.afin que tous honorent le Fils de même qu’ils honorent le Père, celui qui le conduit ( pempô)


                24.Amen, Amen je vous dis, celui qui entend ma parole et croit en Celui qui me conduit ( pempô) a la vie éternelle et il ne vient pas en jugement (krisis g), mais il est passé de la mort ( Thanatos)  à la vie (zoè).



                25.Amen, amen, je vous dis, qu'une heure vient, et elle est maintenant, où les morts entendront la voix du Fils du Dieu, et ceux qui comprendront/obéiront /connaîtront   vivront.




                26.En effet, de même que le Père a une vie (zoe g.) en lui-même, ainsi également il a donné au Fils d’avoir une vie en lui-même.




                27.Et il lui a donné autorité (exousian g.) pour faire jugement (krisin) parce qu’il est fils d’humain. ( anthrôpos)


                28.Ne vous étonnez pas de ceci, parce que une heure vient dans laquelle tous ceux qui font mémoires (mnêmeiois g) entendront sa voix (phonê g)



                29.et ils s’en iront , ceux ayant fait les trésors, pour une résurrection de vie, ceux par contre ayant accompli les choses sans valeur, pour une résurrection (anastasis,g) de jugement. ( krisis g).



                30.Moi, je ne peux faire aucune chose de moi-même; comme j’entends je juge et le jugement, le mien, est juste parce que je ne cherche pas ma volonté mais la volonté de celui qui me conduit.(pempô)





                31.Si moi je témoigne au sujet de moi-même, mon témoignage n’est pas vrai.


                32.Le témoignant à mon sujet est un autre, et je sais que le témoignage qu’il témoigne est vrai au sujet de moi


                33.Vous, vous avez envoyé (apostellein) vers Jean et il a rendu témoignage à la vérité.


                34.Moi, d'autre part, je ne reçois pas le témoignage d’auprès un humain (anthrôpos g; adam h. )mais je dis ces choses afin que vous vous puissiez être sauvés (sôthête g).


                35.Celui-là était la lampe, celle qui brûle et qui brille, et vous d'autre part, vous avez bien voulu vous réjouir pour une heure dans sa lumière.



                36.Et moi d'autre part j'ai le témoignage plus grand que celui de Jean car les oeuvres que le Père m’a donné de conduire à leur accomplissement (teleio), ces oeuvres même que j’ai faites témoignent à mon sujet que le Père m’a envoyé (apostollein,g).





                37.Et le Père me conduisant, (pempsas) celui-là il a témoigné à mon sujet. Ni vous n’avez jamais écouté sa voix (phonè), ni vous n’avez jamais vu sa manière d'agir (eidos).



                38.et sa parole ne demeure pas en vous parce que Celui qu'a envoyé (apostollein) Celui-là en lui vous vous n'avez pas foi.

                 

                39.Vous scrutez les Ecritures (graphas) parce que vous vous pensez avoir en elles la vie éternelle,( zoèn aiônion)et celles-là sont celles qui témoignent à mon sujet




                40.et vous ne voulez pas venir à moi afin que vous ayez vie. ( zoè)


                41.Je ne traite pas durement (lambanô) une croyance (doxa) venant d'humains,( anthrôpôn)


                42 mais je vous connais, parce que vous n’avez pas en vous-mêmes l’amour (agapè) du Dieu.


                43.Moi je suis venu dans le nom du Père de moi et vous vous ne me recevez pas; si un autre vient dans son nom propre, celui-là vous le recevrez.


                44.Comment pouvez-vous avoir foi ( pisteusai) vous qui recevez votre croyance les uns des autres et qui ne cherchez pas le principe ( doxan) qui vient du Dieu unique ?


                45.Ne pensez pas que je vous accuserai auprès du Père ; c’est Moïse qui vous accuse, en qui vous avez mis votre espérance.




                46.Car en effet, si vous croiriez en Moïse, vous croiriez en moi, car c’est à mon sujet que celui-là écrivit.


                47.Si d'autre part vous ne croyez pas en ses écrits (grammatôn) , comment croirez-vous en mes paroles (remata) ?


                Explications  de Cathérine Cheyns Vrignaud


                L’identité de Yehoschouah ( YHschWH) par rapport au Shabbat. Schin/beit /tav .

                 

                L’identité de Jésus et le 7° Jour de la semaine selon Genèse 1 et 2. Voir https:www.thomasjch.one/genunquatre.html

                 

                Ici commence les scènes de polémiques quant au shabbat selon Yehoshoua, le rejet de son enseignement biblique, son identité et les menaces de mort qui finiront effectivement par le meurtre.

                 

                Parmi les 10 commandements reçus dans le désert , après la sortie de l’esclavage :

                                  

                          « Tu ne tueras pas »


                1 Après tout cela il était une fête des Judéens, et Jésus monta vers Jérusoluma ( singulier)

                 

                En grec « d’une part » se dit « men » ce qui inclût un autre côté qui se dit « dé » G. « d’autre part », comme l’adret d’une montagne. En fait dans ce monde tout est binaire : mâle /femelle, homme/femme, l’eau peut étancher la soif , rendre propre ou noyer. Ne dit- on pas noyer le poisson ! Par quoi ? Par une eau, un enseignement toxique. Jeter le bébé avec l’eau du bain . Drôle de baptême ! Le feu peut chauffer ou tuer. Le feu de l’amour (Bereshit alliance de feu Gen.1 et 2 ) ou le feu de la guerre meurtrière ( gen 3 l’adversaire le satan ). Le nahash est une sorte de poisson : un serpent , un poisson opposant, adversaire . Le nahash et le messiah ( oint /roi) ont le même poids : 358. Massiah veut dire : venant de la Parole. M/siah.

                Le mot serpent est hiviah (h)

                 

                Ici le « men » est signifié par «  après tout cela » c-à-d. du début de l’évangile qui commence par le titre « Dans le principe était la Parole », le dire , l’enseignement, jusqu’à la fin du chapitre 4. Somme toute paisible dans la discussion entre deux Rabbins_ Nicodème, le notable Judéen et ignorant et   Jehoschoua _ et entre Yehoshoua et une femme, grande théologienne, mais qui a été idolâtre, de Samarie. Les bénéficiaires sont au départ des individus particuliers. De Kana à Kana en passant par la Judée et la Samarie la boucle est bouclée.


                Avec le ch. 5 il s'agit « des Judéens"  en général : les autorités religieuses/politiques/sociales et leur peuple. La religion de l’État ou de la Nation. » Les Judaioi

                  (g.) sont nommés 71 fois dont 30 fois  sous cette forme. Jésus parle souvent du signe de Yonah , qui vaut également 71. Et le 30 lamed est l' enseignement. Et 71 est l'idôlatrie ou l'adultère : même mot. Mais l'auteur dit aussi : " ..... parce que le salut est parmi les Judéens " ( 4° 4,22)


                Après le chiffre 7 du 7ième jour de Genèse 1- 2, le vin 70 à Kana de la Galilée dans le jour le troisième ( l’arbre des vies) et la 7ième heure ou guérison du jeune asthénique de l’officier royal à Capharnaum, niveau 1 de la mer, le vrai et bon shabbat, le bon enseignement, la bonne information, la bonne eau, vient le 8 la lettre het de hâtât : péché, manquer le but, rater le mil de la cible, Genèse 3 et l’antique poisson - serpent contre la volonté de Y_E décrit en Genèse 2 : «  Il n’est pas bon pour le a-dam ( masculin et féminin = l’humain, l’anthrôpos en grec) ) d’être solitaire, isolé de lui ….  ». Cependant le 8 , le het est aussi ( de g. ) la lettre du pluriel haim : les vies. Le 8 conduit à la mort ou à la vie éternelle par la vie terrestre.

                 

                L’ auteur n’indique pas le nom de cette fête des judéens. Cela pourrait vouloir dire qu'ici il ne s'agit pas de celle-là. Il ne la nomme pas. Mais il pourrait s’agir  de la fête de Pourim, qui tomberait cette année un jour de sabbat : une sorte de carnaval où l’on s’envoie des cadeaux, donc selon le livre, la femme « Esther » et son triomphe, qui valut aux juifs de Perse en exil depuis 50 ans le salut. S'agit-il de montrer l'importance de la femme ? Quand la fête de Pourim tombe un sabbat elle s'appelle Pourim Meshoulash car les célébrations sont réparties sur trois jours. Clin d'oeil à Kana ! Le culte du sabbat juif de Jérusalem n’est pas YHWH, qui est ESPRIT. L’auteur fait comprendre plus loin que le sabbat selon les judéens fait parti des us et coutumes pas conformes au shabbat selon Genèse fin-1et   2 .( cfr Dialogue avec la femme de Samarie 4° , 4, 20-26)

                 

                Shabbat : shin/beit/tav . 300/ (x2)/+ 400 = 1000 ou aleph final . Ou l’alpha et l’ômega en g . le début et la fin … de l’histoire …. la nôtre . Septante deux deux envoyés donc 4 (Lc 10,1) par Jésus. Le verbe : cesser de créer par forte chaleur, cauma (lat)  : chômer, pour « faire » faire fonctionner.

                Sab : Samek/beit = ancien , prebuteros (g). 60 (fois 2= 120 comme le nombre de jours de la vie du globule rouge dans le sang. Seule cellule du corps qui perd son noyau. )

                Saba : samek/beit/aleph final est le grand-père , aussi l’ivrogne, l’ivre de bon vin. Noé et Pentecôte.

                 

                l’ancien , le presbuteros, le sab, et non la traduction prêtre ( Cohen H. /hierus G.) qui pénètre le aleph final est ivre de connaissance , ivre de l’Esprit Saint . ( actes des apôtres : pentecôte. Act 2, 12-13)

                Le samek , 60, l’arbre de Noël au milieu du mot p/heth le « piège » est le mot P/S/CHet = Pâque . ÇA PASSE ou ça craque ….

                Qui potest capere capiat dit Jésus. Mt 19,10-12

                 

                Tav : dernière lettre de l’alphabet hébreu , la 22 et qui vaut 400 : Le signe : la gloire, le principe, le dogme, doxa G./ Kavod H. : 26 comme YHWH.

                L’Ancien des Jours , le grand- Père, le Saba, le seul Dieu, l’unique Dieu, le Pape, Seul Père,  !!! conduit les humains au dernier jour par  le 7° , décrit en genèse 2. (Daniel 7,9-14).

                La vraie Tradition biblique est au-delà des âges et de certains cultes, aussi actuelle qu’antique car elle ressortit au non-temps. ( Lectio divina à faire sur la rosée mystique.)

                 

                En Jn 2, 13 Jésus était monté à Jérusoluma pour la fête de Pâque des Juifs : la commémoration de la sortie de l’esclavage en Egypte. ( 10 commandements avec le shabbat au milieu Ex 20, 8 … ) . Il vida violemment le Temple de tout commerce. Il montra qu’ils sont dans un processus de destruction, d’idolâtrie, de magie. Il indique les vraies Pâques, la libération des esclavages toutes sortes de toute une population : le « sanctuaire » le centre du temple, lieu d’enseignement, est le corps, la Personne Totale, le corps du Christ, le Roi, le Paraclet des Paraclets, le Roi des Rois ( apok.) toujours par rapport au troisième jour. L’arbre des vies : haïm H. .

                 

                Jésus montre que YHWH, son Père et le nôtre ?! ( gen 1-2) libère des fausses religions, guérit et donne le salut : la vie saine et sainte sur terre pour la vie éternelle.

                Suivra donc la seconde montée vers Jérusoluma ( datif singulier neutre) qui dit que Jésus guérit de toutes sortes de maladies autrement que par magie : c’est un autre « bouillonnement » Kana en hébreu. Le mot zèle a aussi les mêmes racines KANA .( Jn 2, 17)), qui veut aussi dire , « passionné », être acheté, roseau, fléau de balance , bras , fût, jaloux, à l’égard de sa femme. Car YHWH est dieu Kana, son NOM est KANA ( Ex.34,14) acheter, posséder, acquérir, créer, tige, canne ( mesurer). De la Jérusalem terrestre, qui s’est appelée jadis aussi Jébous, Ariel et Salem ( Melchitsedek , roi de Salem) à la Jérusalem céleste en Esprit et en vérité. ( Jn 4, 22.), qui reçoit un nom nouveau . ( Apok. Réfé ? .)

                Jérusalem en grec : hiero /soluma .

                Hieron = temple

                Soluma : nom d’un homme ( p.ex Salomon,un fils de David, Soliman le Magnifique, musulman 16° siècle) ; un disque en pierre !!! lithos (g)  brique : lebenah ( h.)   tour de Babel ?  ; le nom d’une ville Babylon ( baby alone ) … . Car les humains ne sont plus des pierres : pierre est abn : ab : père, ben : fils . Ils veulent se faire un Nom et ne sont plus liés, cimentés entre eux par le même NOM YHWH du Père et du Fils. Sur le marché financier un homme vaut autant de briques . !!!! Il n’y a plus la dimension spirituelle biblique en communion. Les humains ne sont plus des pierres vivantes .

                Si je déploie le n final( 700) de Soluman/Salomon on voit bien que Jésus, fils du roi David ( le bien-aimé) montre Le Père , qui fait sortir de l’esclavage et donne après ses 10 commandements dont le centre est le « shabbat «  qui lui renvoie à gen 1 et 2 , le 7 ° jour , le zain et le ayin 70. Explic par L.D.

                Melchi tsedek : roi de justice et de paix .

                 

                On peut penser symboliquement que Jésus fait monter vers la Jérusalem Céleste, comme l’échelle ( école, escalier) de Jacob ( talon) où tout en haut se trouve YHWH : le El Elion : le dieu très haut. Gab-ri-El, dieu fort, dieu puissant. Jésus dira qu’IL est la PORTE ( dalet h. 4, l’or du Pischôn). La porte ouverte franchie, le Ciel ouvert, il y a l’échelle ou l’enseignement d’en haut de Jehoshoua, qui fait la juste exégèse de YHWH son Père et notre Père. (Jn 20,17) pour le sacerdoce royal .

                Si Kana se situe à 7 kms au nord-est de Nazareth ( à 300 m. d’altitude, schin/sin : le NOM / la résurrection ) , Jérusalem ou Hierosoluma se trouve à 700 m. d’altitude. 700 est le nun final : la totalité acquise, le poisson parfait ( le noun )et l’aigle volant dans la vapeur d’eau : ad (courant d’eau douce souterraine ou céleste, ) M (13°lettre 600). Ad aM . «  Que NOUS fassions celui-là : le cosmique ( Gen. 1, 28) Je pense aux peintures de Chagal.

                Jérusalem et le second Temple devenu celui d’Hérode seront détruits en 70 par les Romains. Quand la création ( beith /2) est totalement accomplie jusqu’au noun final elle est beith/nun = ben = fils . Et aben (ab père et ben fils ) est la pierre pétra ( g féminin ) contre la tour de babel = brique qui a perdu le Père, donc aussi le fils . Simon barYonah est surnommé Pétros : Pierre vivante. .

                Jésus est le Fils de l’humain ( anthrôpos ,masculin et féminin ) et le Fils du Père, le seul incarné, armé du glaive, de l’épée à double tranchant, le 7. La vraie symbolique sexuée selon la Bible est là . Il est grandement temps de relier la sexualité à son archétype afin de lui redonner la plénitude de son sens et de sa beauté. Contre la pédérastie, le viol, la violence physique et morale, la religion sans connaissance. .  

                Voir le tableau des lettres en mots et en chiffres. Jésus va du zain 7 arme, l’épée ou montagne : hereb/Horeb, aussi sécheresse, par le vin 70 à Kana à 700 le poisson final : l’Humain cosmique , le AD-M cosmique universel, oiseau dans les eaux d’en haut.( gen. 2) Il fait ( men ) passer du 8, la lettre het, le péché, la barrière, la clôture, la peur de la mort, mais ( dé ) aussi la lettre de « les vies » haim,  au 80, le lettre ph/, la bouche, la libération, l’ouverture, le Pischôn, la Parole vers tous les mots qui se terminent par la lettre phé , f finale 800 comme séraph (brûlant) , raph ( médecin) , kaph ( paume), oreph ( nuque) , soph , limite, fin ( YO-seph), qoph, double hache (100) , al-eph … le 1000 le Aleph final : le dieu final, accompli. ( Apok. )

                 

                2. IL existe d’autre part un bassin parmi les Jérusolumitains /parmi les bassins de Jérusalem ( datif pluriel!!!!) au dessus de celui du petit bétail le surnommé en hébreu Bethzatha, ayant cinq portiques/doctrines stoïciennes.( donc grecques)

                 

                Nous avons ici l’opposition au « men » G. : le « dé » G.   : d’autre part. Car en dehors de cet enclos.

                Au nord-est du Temple, en dehors des murs de Jérusalem au dessus du bassin probatique où les agneaux étaient lavés avant d’entrer par une porte dans le temple pour être sacrifiés par les prêtres ( Cohen h /cohanim pl. .) ( Jn2 ,15) se trouve un autre bassin, sur-nommé  appelé après coup : Bethzatha. Ces réservoirs sont alimentés par l’eau du Guihon ( percée, 3° fleuve après le phrat et le hiddeqel ) pour alimenter la ville et le Temple en eau . Le chiffre 5 = Hé en H. : = esprit . L’esprit peut être bon ou mauvais, saint/sain ou profane/malade. Profane veut dire : en dehors du temple.

                 

                Ce bassin était dédié d’abord au dieu guérisseur égyptien Sérapis, puis au dieu syro- grecque médecin Aesculape, pendant l’occupation romaine avec son polythéisme et sa sorte de syncrétisme. Lorsque le culte du dieu , Seigneur, Asclépios est adopté à Athènes en 420 av. J.-C., de nouvelles divinités lui sont associées. On fait de lui le père, le Seigneur, l’Adonaï, de nouvelles déesses de la guérison au nombre de cinq : Hygie (Santé), Panacée (Qui Guérit Tout), Akéso (Médicament), Iaso (Guérison) et Églé (La Lumineuse).Voir les 5 dieux, même le sixième comme faux époux dans la Samaritaine .

                Ce complexe de piscines a été découvert récemment. Ces précisions en disent long sur l’auteur de cet Évangile.

                 

                Bethesda, pas nommé ici, est le nom donné à tout la quartier nord de Hierosoluma en dehors des remparts.

                Le Nord : maboul = déluge .

                On dit de quelqu’un qui est maboul qu’il a perdu l’attraction du vrai nord. Il est déboussolé .

                 

                La religion de Judée avec le Temple à Jérusalem n’est pas meilleure que celle de la Samarie avec l’ Horeb : montagne  ! réf. ( Jn 4, ) ou sécheresse : pas d’eau d’en haut. Il faut aller jusqu’en haut de l’échelle de Jacob/Israël pour trouver la 7° religion que l’on peut connaître par Genèse 1-2. Cette connaissance( daath) n’est pas une religion( dath) mais une spiritualité .

                 

                Hébraïsti :

                Ceci prouve que l’auteur est un parfait hébraïsant et que s’il écrit en grec il a la tournure d’esprit hébraïque. Il serait au moins un bilingue connaissant parfaitement la Jérusalem de son temps et du temps de Jésus, y habitant, un Judéen, de la tribu de Juda. Il serait le propriétaire de la maison à la chambre haute , portant la cruche d’eau sur la tête et la déverse ……

                 

                La première apparition biblique pour désigner la langue Ivrith ( ayin/beith reisch/yod/tav) «  l’hébreu » se trouve dans le prologue du livre de Jésus ben Sirach. Et en Jn 5,2 et 20, 16 . L’auteur de cet évangile s’y réfère en Prol. 21-22 : ce qui est exprimé en hébreu n’a pas la même force une fois traduit dans une autre langue .

                Avant était employé un autre terme pour la langue des hébreux  : le yehoudith ( yod.hé. vav pointé au ventre (prononçé ou comme rabbouni de M.M . Jn20,16). dalet .tav (2Rois 18-26 ; Esaïe 26,11 ; chroniques 32,18 ; Nehemie 13,24 )

                 

                La religion des judéens du temps de Jésus n’est pas encore le bon fleuve : le Pischôn . ( Gen. 2, Elle n’annonce pas la bonne nouvelle,  évangile en grec.

                 

                Il faut distinguer les portes nombreuses des remparts de Jérusalem et les portes de l’enceinte du second Temple .  La bonne, belle porte du Temple le 4, le dalet, étant celle de l’est, de l’orient , la où le soleil se lève . Il n’y a qu’une porte centrale à l’est du Temple  : la porte dite des lions ( ari en H.) Comme le nom de Joseph,   disciple (mathètès ) de Ari. La porte de Soluma le Magnifique, musulman, est la porte des remparts de Jérusalem aux « guépards » et non des » lions » lors de sa réparation.

                Car le mot Eber, hébreu, anagramme de Ereb, Arabe, veut dire, celui qui passe  : le chameau, Gimel 3 ( h.) porteur d’eau dans un désert, dont l’esprit passe par la porte a deux chambranles, le 4, dalet, qui s’écrit comme une pyramide, un triangle,  jusqu’au signe 400 le tav, le signe . Voici le portique à deux chambranles, l’encadrement  : 4-3-400. Du chameau qui passe par le chas de l’aiguille ( lettre qof 100 : aussi la double hache ou le singe , qui imite ).

                 

                 

                 

                Ce bassin du dieu Aesculape au cinq portiques dont le portique de la déesse «  Panacé » sera sur-appelé Bêthzatha.

                 

                La Ischa, bâtie par YHWH est la vraie Panacée ! Et « pan » = total et akos : remède et universel !

                Voir L.D . Gen. Réf. Site JCT .

                Jésus après son plongeon dans le Jourdain pour mettre les poissons à l’air sur terre lavera les pieds dans une cuvette, un bassin ….

                Il va chercher la brebis perdue sur 100. La femme qui avait dix drachmes et en a perdu une aussi ….

                 

                Bêthzatha( g) = beit/hé/zain/aleph/tav/hé/aleph ( h) = 421= 7.

                 

                - Le bet est : la maison, le 2, deux  de la 6° lettre grecque zètha, qui vaut en chiffre la valeur 7  et correspond au zain hébraïque , 7ième lettre qui vaut 7. L’épée ou montagne.

                - Za en grec est une particule inséparable, qui augmente la signification du mot auquel elle est jointe . En éolien elle vaut « dia » «  pour ». ( Prologue de Jn.)

                - Zain/aleph/tav = fém. de zain/tav = celle-ci , celle-là . ( réf. Gen 2, 23)

                Et peut aussi avoir un sens neutre : ceci, ainsi .

                1. La maison de celle-ci = hé= 5 : esprit : l’esprit ainsi d’une Issha. (Gen. 2) La femme qui a perdu la 10° drachme ! Elle cherche …..

                 

                1.  b) beith/zain/aleph/tav//hé/aleph final  veut dire : de cette manière//l’esprit de l’aleph final : le mille qui entre dans la Jérusalem céleste qui reçoit un nom nouveau. ( Apok. de Johannes . ( YO fait grâce )

                 

                Cette piscine s’appelle aussi  «  la maison de la miséricorde. »

                 

                 

                Le « hébreu », le eber qui a comme langue le « yehoudith » ou l’ivrith est la personne qui passe du 6 au 7 , de genèse 1 à genèse 2., du mâle et femelle à Isha et ish et dans cet ordre : le mariage pour la Personne Une,Ehad ( 13) de tulè à gunè et de arsen à Aner, l’époux.  Aner,gen. andros : André est le number one des apôtres . La lettre grecque thèta est la 8 ième lettre et vaut 9.

                Le 10 hébraïque, 10° lettre le Yod, est un Autre .

                Le iota ,9° lettre de l’alphabet grec vaut 10.

                Plus tard Jésus verra les grecs, les habitants de l'Hélennade,  arriver qui veulent «  voir » Jésus. ( 4° év. 12, 20-50) Sur leur mythologie de Ganymède ils veulent voir Jésus. Son heure est arrivée pour eux. Jésus, grain de blé  sait qu'Il va  mourir afin de causer un fruit ( grains de blé) nombreux: des frères . Beaucoup de grains de blé font du pain de blé pour des pains d'orge .

                L.D. à faire pour mages 2021 ? Car Gan( jardin) Y le 10 et mède . Medomai = prendre soin.

                 

                Aussi sur cramoisi ( rouge) le ver de terre dans Yonah et le voile du Temple qui se déchire ….. et qu’il ne faut pas recoudre .