Chapitre 11

      traduction Osty Trinquet

1 Il y avait un malade, Lazare, de Béthanie, le village de Marie et de Marthe, sa soeur.
2 C’est cette Marie qui oignit le Seigneur de parfum et lui essuya les pieds avec ses cheveux, et c’est son frère Lazare qui était malade.
3 Les [deux] soeurs envoyèrent donc dire à [Jésus] : “Seigneur, voilà : celui que tu aimes est malade”.
4 En entendant, Jésus dit : “Cette maladie ne va pas à la mort, mais elle est en vue de la gloire de Dieu, afin que par elle soit glorifié le Fils de Dieu”.
5 Or Jésus aimait Marthe, et sa soeur, et Lazare.
6 Quand donc il eut appris que [Lazare] était malade, alors même il demeura deux jours à l’endroit où il se trouvait.
7 Puis, après cela, il dit aux disciples : “Allons en Judée de nouveau”.
8 Les disciples lui disent : “Rabbi, tout récemment les Juifs cherchaient à te lapider, et de nouveau tu t’en vas là-bas !”
9 Jésus répondit : “N’y a-t-il pas douze heures dans le jour ? Si quelqu’un marche le jour, il n’achoppe pas, parce qu’il voit la lumière de ce monde,
10 mais si quelqu’un marche la nuit, il achoppe, parce que la lumière n’est pas en lui”.
11 Il dit cela, après quoi il leur dit : “Lazare, notre ami, repose ; mais je vais aller le réveiller”.
12 Les disciples lui dirent donc : “Seigneur, s’il repose, il sera sauvé”.
13 Jésus avait parlé de sa mort, mais ils pensèrent, eux, qu’il parlait du repos du sommeil.
14 Alors donc Jésus leur dit ouvertement : “Lazare est mort,
15 et je me réjouis pour vous de n’avoir pas été là, afin que vous croyiez ; mais allons vers lui”.
16 Thomas, appelé Didyme, dit donc aux autres disciples : “Allons, nous aussi, pour mourir avec lui !”
17 Étant donc venu, Jésus trouva [Lazare] depuis quatre jours déjà au tombeau.
18 Béthanie était proche de Jérusalem, à environ quinze stades,
19 et beaucoup de Juifs étaient venus vers Marthe et Marie, pour les réconforter au sujet de leur frère.
20 Marthe donc, quand elle apprit que Jésus venait, partit au-devant de lui, tandis que Marie restait assise à la maison.
21 Marthe dit donc à Jésus : “Seigneur, si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort !
22 Et maintenant, je sais que tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l’accordera”.
23 Jésus lui dit : “Ton frère ressuscitera”.
24 Marthe lui dit : “Je sais qu’il ressuscitera, lors de la résurrection, au dernier Jour”.
25 Jésus lui dit : “Moi, je suis la Résurrection et la Vie : celui qui croit en moi, fût-il mort, vivra,
26 et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Le crois-tu ?”
27 Elle lui dit : “Oui, Seigneur, moi j’ai toujours cru que c’est toi, le Christ, le fils de Dieu qui doit venir dans le monde”.
28 Et ayant dit cela, elle s’en fut appeler Marie, sa soeur, et lui dit en cachette : “Le Maître est là, et il t’appelle”.
29 Dès qu’elle eut entendu, celle-ci se lève vite, et elle venait vers lui.
30 Jésus en effet n’était pas encore venu au village, mais il était toujours à l’endroit où l’avait rencontré Marthe.
31 Les Juifs donc, qui étaient avec Marie dans la maison et la réconfortaient, voyant que bien vite elle s’était levée et qu’elle était sortie, la suivirent, pensant qu’elle allait au tombeau pour y pleurer.
32 Quand donc Marie vint où était Jésus, en le voyant, elle tomba à ses pieds et lui dit : “Seigneur, si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort !”
33 Jésus donc, quand il la vit pleurer, pleurer aussi les Juifs qui l’avaient accompagnée, gronda en [son] esprit et se troubla ;
34 puis il dit : “Où l’avez-vous mis ?” On lui dit : “Seigneur, viens et vois”.
35 Jésus versa des larmes.
36 Les Juifs disaient donc : “Voilà comme il l’aimait !”
37 Mais certains d’entre eux dirent : “Ne pouvait-il, lui qui a ouvert les yeux de l’aveugle, faire aussi que cet homme ne mourût pas ?”
38 Jésus donc, grondant de nouveau en lui-même, vient au tombeau. C’était une grotte, et une pierre était placée contre.
39 Jésus dit : “Otez la pierre”. Marthe, la soeur du trépassé, lui dit : “Seigneur, il sent déjà : c’est le quatrième jour”.
40 Jésus lui dit : “Ne t’ai-je pas dit que, si tu crois, tu verras la gloire de Dieu ?”
41 On ôta donc la pierre. Jésus leva les yeux en haut et dit : “Père, je te rends grâce de m’avoir exaucé.
42 Moi, je savais que tu m’exauces toujours, mais c’est à cause de la foule qui m’entoure que j’ai parlé, afin qu’ils croient que c’est toi qui m’as envoyé”.
43 Et ayant dit cela, il cria d’une voix forte : “Lazare, ici, dehors !”
44 Le mort sortit, les pieds et les mains liés de bandes, et son visage était enveloppé d’un suaire. Jésus leur dit : “Déliez-le, et laissez-le aller”.
45 Beaucoup de Juifs donc, qui étaient venus vers Marie et qui avaient vu ce qu’avait fait [Jésus], crurent en lui.
46 Mais certains d’entre eux s’en allèrent trouver les Pharisiens et leur dirent ce qu’avait fait Jésus.
47 Les grands prêtres et les Pharisiens réunirent donc un conseil, et ils disaient : “Que faisons-nous, alors que cet homme fait de nombreux signes ?
48 Si nous le laissons [agir] ainsi, tous croiront en lui, et viendront les Romains, qui détruiront notre Lieu et notre nation”.
49 L’un d’entre eux, Caïphe, qui était grand prêtre cette année-là, leur dit : “Vous n’y entendez rien, vous,
50 et vous ne réfléchissez pas qu’il vaut mieux pour vous qu’un seul homme meure pour le peuple, et que la nation tout entière ne périsse pas”.
51 Cela, il ne le dit pas de lui-même ; mais comme il était grand prêtre cette année-là, il prophétisa que Jésus devait mourir pour la nation,
52 et non pour la nation seulement, mais encore afin de rassembler dans l’unité les enfants de Dieu qui étaient dispersés.
53 Dès ce jour-là donc, ils décidèrent de le tuer.
54 Jésus donc ne circulait plus ouvertement parmi les Juifs ; mais de là il s’en fut dans la région proche du désert, dans une ville appelée Éphraïm, et là il séjournait avec les disciples.
55 La Pâque des Juifs était proche, et beaucoup de gens montèrent de la campagne à Jérusalem avant la Pâque, pour se purifier.
56 Ils cherchaient donc Jésus et se disaient les uns aux autres, en se tenant dans le Temple : “Qu’en pensez-vous ? Ne viendra-t-il pas à la fête ?”
57 Mais les grands prêtres et les Pharisiens avaient donné des ordres : si quelqu’un connaissait où il était, il devait prévenir, afin qu’on l’appréhende.



Commentaires


de JCT

-Premier constat: Marthe agit, parle et  exprime ce que ses contemporains du Judaïsme pensent et croient. Marie ne parle pas, elle écoute, regarde, se déplace, et entraîne ses amis et les amis de son frère Lazare vers l'endroit où il est déposé selon les coutumes des gens de  Judée,les Judéens.

      Marie est touchée, émue: elle pleure. Jésus voit les pleurs de Marie et, touché à son tour, pleure.

      Jésus a le regard centré sur Marie - et surtout sur son Père à qui il s'adresse dans la prière qu'il fait avant de rendre la vie terrestre à Lazare. Cette prière exprime la certitude de Jésus: le Père l'exauce toujours, il sait d'avance ce que le Fils  demande ou va demander...

      Modèle à retenir pour toutes les prières des humains, modèle du Notre Père...

de CVC

(insertion ici des commentaires de ccv)




Ecrits bibliques à lire en harmonie avec ces versets:

Genèse 1et 2;Psaumes 126/127; 127/128;128/129; Ezéchiel 37; Jérémie 31, versets 31 à 40;Esaïe 66, versets 18 à 24; Apoc. 12 et 13; Hébreux,chapitres 12 et 13; Apoc 21 et 22.

Traduction CCV Cheyns Vrignaud

Infos, localisation, chronologie


Année 30, printemps, peu de jours avant la fête juive de la Pâque


Béthanie proche de Jérusalem


Village de Marthe, Marie et Lazare, 














Thomas Didyme se comporte en homme courageux, le plus en phase spirituelle avec Jésus.

L'évangéliste lui attribue le rôle principal, sans mentionnerune seule fois l'apôtre Simon Petros.























Les amis de Marie suivent Marie, vont avec elle au tombeau, commentent ses pensées: Jésus aimait ces personnes...Jésus aime les humains...et particulièrement ceux qui en ont le plus grand besoin, asthniques, malades,







N'imaginons pas que Lazare aurait été momifié à la manière égyptienne. Deux bandelettes retiennent collés au corps ses bras et ses pieds.  Un linge entoure son visage pour empêcher  la retombée disgracieuse de la machoire laissant la bouche ouverte. 


Le texte nomme le grand prêtre en fonction pendant  cette année 30, et rapelle ce qu'il a dit à ses collègues sadducéens