Chapitre 21

Traduction  de JCThomas,

3 septembre 2020


1.Après ces choses, le Jésus se manifesta (ephanerosen) lui-même encore aux disciples au bord de la mer, celle de Tibériade. Il se manifesta ainsi.


2.Etaient ensemble Simon Petros et Thomas, celui étant dit Jumeau (didumos) et Nathanaël celui venant de Kana de la Galilée, et ceux de Zébédée et deux autres d’entre ses disciples.


3.Simon Petros dit à eux, je vais pêcher. Ils lui disent, nous allons nous aussi avec toi.

Ils sortirent et ils montèrent dans le bateau (ploion).

Et dans cette nuit-là (en ekeinè tè nukti)  ils ne prirent rien.

 

4.Et l’aube étant déjà advenue, Jésus se tint sur le rivage. Cependant les disciples ne savaient pas que c’est Jésus (oti Yèsous estin).

5.Jésus leur dit alors : enfants, avez-vous quelque nourriture (prosphagion) ? Ils lui répondirent non.


6.Et lui leur dit, jetez le filet vers les côtés droits (eis ta dexia merè) du bateau et vous trouverez (euresete). Ils jetèrent donc (ebalon) et ils n’avaient plus la force (isxuon) de le tirer (elkusai) à cause de la foule (plèthous) des poissons (ikthuôn).

 

7. Dit alors le disciple, celui-là que Jésus aimait (ègapa), à Petros, c’est le Seigneur (o kurios estin). Alors Simon Petros ayant entendu (akousas) que c’est le Seigneur (o kurios estin) ceignit le vêtement (diexôsato ton ependutèn), car il était nu (gumnos) et il se jeta lui-même (ebalen eauton) dans la mer.

 

8.D’autre part les autres disciples vinrent (èlthon) dans le petit bateau (ploairiô), en effet ils n’étaient pas loin (makran apo tès gès) mais à environ deux cents coudées, tirant le filet des poissons (surontes to diktuon tôn ikthuôn).

9.Quand donc ils débarquèrent  (apebèsan)sur la terre (gèn) ils voient (blèpousin) un feu de braises (anthrakian) posé et un plat de poissons (opsariôn) posé dessus (epokeimenos) et du pain( arton).

 

10.Le Jésus dit alors  à eux, apportez des poissons (opsariôn) que vous avez pris (epiasate) maintenant .

 

11.Alors Simon Petros monta (anebè) et il tira le filet (diktuon) vers la terre (eis tèn gèn), plein de grands poissons (ikthuôn megalôn) cent cinquante trois, et étant si nombreux (tosoutôn) le filet ne se déchira pas (eskisthè).

12.Le Jésus leur dit alors, venez prendre le repas (aristèsate). D’autre part aucun des disciples n’osait le questionner, toi, qui es-tu (su tis ei), sachant qu’il est le Seigneur (o kurios estin).

 

13.Jésus vient (erketai) et prend le pain (lambanei ton arton) et il donne à eux (didôsin autois) et des poissons (opsariôn) de même.


14.Ce fut la troisième fois que Jésus se manifesta (ephanerôtè) aux disciples ayant été réveillé d’entre les morts (egertheis ek nekrôn).

 

15.Quand alors ils eurent pris le repas (èritèsan) le Jésus dit à Simon Petros , Simon de Jean, m’aimes-tu (agapas) plus que ceux-ci ? Il lui dit, oui, Seigneur, toi tu sais que j’ai de l’amitié (phileô) pour toi. Il dit à lui, fais paître (boske) mes agneaux (arnia).

16.Il lui dit encore une deuxième fois (deuteron), Simon de Jean, m’aimes-tu (agapas) ? Il lui dit, oui, Seigneur, toi tu sais que j’ai de l’amitié pour toi (phileô). Il lui dit, fais paître (poimane) mes moutons (probata).

17. Il dit à lui la troisième fois (triton), Simon de Jean, as-tu de l’amitié (phileis) pour moi ? Le Petros fut attristé (elupthè) qu’il lui ait dit la troisième fois as-tu de l’amitié pour moi (phileis) ? Et il lui dit, Seigneur, toi tu sais tout, tu connais que j’ai de l’amitié pour toi (phileô). Jésus lui dit, fais paître (boske)mes moutons (probata).

 

18.Amen amen, je te dis, quand tu étais plus jeune (neôteros) tu attachais ta ceinture (exônnues)  toi-même et tu marchais (peripateis) où tu voulais ? Quand d’autre part tu deviendras vieux (gèrasès) , tu étendras tes mains et un autre passera ta ceinture ( zôsei) et te portera (oisei) là où tu ne veux pas.

19. Il dit ceci signifiant (sèmainôn) par quelle mort (poiô thanatô) il glorifierait (doxazei) le Dieu. Ayant dit ceci il lui dit, accompagne-moi (akolouthei).

 

20.S’étant retourné (epistrapheis) le Petros voit le disciple que le Jésus aimait (ègapa) accompagnant (akoloutounta) , celui qui aussi s’est penché pendant le souper (en tô deipnô) sur sa poitrine (stèthos) et a dit (eipen) Seigneur, qui est celui te livrant (paradidous) ?

21.Le Petros voyant donc (idôn) celui-ci dit à Jésus, Seigneur, et celui-ci quoi ? (outos de ti).

22.Le Jésus lui dit , si je veux que lui demeure (menei) jusqu’à ce que je vienne (erkomai), quoi à toi (ti pros se) ? Toi, accompagne-moi (akolouthei).

23.Sortit (exelthen) alors cette parole (logos) vers les frères (eis tous adelphous) que le disciple, celui-là, ne meurt pas (apothnèskei).   Le Jésus ne lui a pas dit qu’il ne meurt pas (apothnèskei) mais si  je veux que lui demeure  (menein) jusqu’à ce que je vienne (erkomai) quoi à toi ? (ti pros se).

 

24.Celui-ci est le disciple (mathètès), celui témoignant (marturôn) au sujet de ces choses et celui ayant écrit ces choses ( graphas) et nous savons (oidamen) que son témoignage(marturia) est vrai (alèthès).

 

25.Le Jésus a fait d’autre part de nombreuses autres choses (alla polla) lesquelles, si elles étaient écrites (ean graphètai) une par une (kath’ n) le monde lui-même (kosmon), je pense, (oimai) n’aurait pas de place (xôrèsai) pour les livres qu’on écrirait (graphomena biblia).


(Fin du chapitre 21, fin de l’évangile de Jean,

3 septembre 2020).

Note : comparer avec

Luc 5, 1 à 11,

Mt 4, 18 à 22,

Mc 1,16 à 20.



Comparer avec I Corinthiens 15,

document de Paul dont nous connaissons la date de rédaction:


 

1.Et je vous fais connaître, frères, la Bonne Nouvelle que je vous ai annoncée, que vous avez reçue,

dans laquelle vous vous tenez,

2. par laquelle vous êtes sauvés si vous la retenez telle que je vous l’ai annoncée, à moins que vous ayez cru en vain.

3.Je vous ai transmis avant tout ce que j’ai reçu : que le Christ est mort à cause de tous nos péchés, selon les Ecritures,

4.et qu’il a été enseveli, et qu’il s’est réveillé le troisième jour selon les Ecritures,

5.et qu’il s’est fait voir à Kephas, ensuite aux Douze,

6.par la suite il s’est fait voir à plus de cinq cents frères à la fois, parmi lesquels les plus nombreux demeurent jusqu’à présent, toutefois quelques-uns se sont endormis

7.Par la suite il s’est fait voir à Jacques, ensuite à tous les Apôtres, 

8.et en dernier de tous, comme à un avorton, il s’est voir à moi aussi.

9.Moi en effet je suis le moindre des apôtres, qui ne suis pas apte à être appelé apôtre parce que j’ai persécuté l’Eglise de Dieu.

10.et par la grâce de Dieu je suis ce que je suis, et sa grâce envers moi n’a pas été vide, mais bien plus qu’eux tous j’ai peiné, non pas moi mais la grâce de Dieu avec moi….

 

 

Commentaire personnel de JCThomas le 23 septembre 2020

   Dès les années 51 l'apôtre Paul faisait connaître sa pensée concernant les manifestations de Jésus de Nazareth après sa mort et sa mise au tombeau.

   De son côté, le quatrième évangile, rédigé en langue grecque, diffusait dans le monde méditerranéen sa pensée sur les manifestations de Jésus après sa mort et sa mise au tombeau. Il leur consacrait les chapitres 20 et 21.

   Nous pouvons légitimement comparer le texte de Paul et celui de Jean. Nous devons comparer également la date de rédaction de Paul et celle de Jean.

     Je ne peux donc pas adhérer à l'hypothèse soutenue par la majorité actuelle des commentateurs selon laquelle le texte de Jean  aurait pour auteur une école de disciples de Jean, rédigeant vers la fin des années 90 ou 95 ou après la fin du premier siècle.

    

  



Traduction de CCV

Catherine Cheyns Vrignaud

Infos,chronologie, localisation



16  avril  année 30


Huitième jour après le 9 avril année 30




En Galilée 


Au bord (du lac de Tibériade) appelé


MER de Tibériade


Texte rédigé par l'évangéliste Jean dont on reconnaît les habitudes rédactionnelles.



 Autre hypothèse:

texte très tardif rédigé et inséré ici par des disciples de l'évangéliste ?







Retour au plan général

de l'évangile de Jean